Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Festivals - Page 2

  • Parenthèse champenoise, la Magnifique Society

    Sortir de Paris. Première épreuve un vendredi après-midi, direction plein Est, Reims et la Magnifique Society. Température extérieure pas terrible. Mon acolyte de festival découvre que les concerts ont lieu en plein air. Incrédulité. Certes en mai fais ce qu'il te plait, mais le scepticisme s'installe dans les esprits. D'autant plus que quelques gouttes commencent à tomber. Et que Paris congestionne. Comme d'hab. Comme un vendredi. Bâillements. On monte le son. Lizzy Mercier-Descloux. Réédition d'un album-culte des années 80, le son du New York des années CBGB (& OMFUG). Lignes de basses énormes. Son de guitares comme chez Television. On ze road. 

    Arrivée à Reims sur bande-son The XX. 

    A Reims, on bulle. C'est une évidence. Bière d'abord. Pour le rock. Le festivalier doit se mettre en jambes. Aucune improvisation dans la rock 'n' roll attitude. Faut pas croire, ça se travaille. Avec douceur. Mais nous sommes à Reims, me rappelle C. qui connait son monde, et maîtrise les us et coutumes locales. Hé hé, à Rome fais comme les Romains dit la sagesse populaire. Adaptation et acculturation. A Reims, faisons comme les Rémois. Bulles locales, mais pas n'importe lesquelles. Même au nom du rock. Surtout au nom du rock. Car si la Society est Magnifique, dixit le programme, il faut des breuvages à la hauteur de l'évènement! Au passage, profitons-en pour nous extasier sur un champagne vinifié sous bois, un brut délicat aux fines bulles. Que du bonheur. Joie des papilles, avec quelques tapas. Tranquille. 

    Arrivée sur zone. Parc de Champagne. On trouve même de quoi se garer à toute proximité du site. Yeah, baby! Ceux qui ont parcouru les quelques kilomètres séparant le parking d'un festival des scènes apprécieront... 

    Arrivés juste à temps pour le set délicat de la délicieuse Agnes Obel. Le parc est arboré. La pelouse verte et confortable. Mais comme dans tout espace vert, passé une certaine heure, le soleil s'effaçant, un léger froid monte du sol... L'atmosphère est danoise, l'atmosphère est berlinoise. Pas des pays chauds. Agnes Obel est accompagnée de 3 musiciennes, violoncelles, cithare, batterie, clavier. Atmosphère scandinave, le genre qui te transporte les soirs de Midsommar quand tu danses avec des sylphides vêtues de toges évanescentes, coiffées de couronnes de fleurs, en buvant de l'aquavit dans les cornes d'auroch... Euh... Je m'égare. Je me mélange les scandinaves. D'autant plus que l'ambiance est grave. Il y a de la beauté pure dans l'univers musical d'Agnes Obel. Qui propulse un concert dans une zone stratosphérique étrange, où les voix de mêlent aux claviers avec des accents classiques, des envolées qui transportent ailleurs. Elle communique peu, juste quelques mots en français pour dire qu'elle a froid. Et le set s'achève. 

    Le soir tombe lentement. 

    En attendant Air, il faut, car c'est un presque impératif catégorique, une bière. Car bière et festival sont intimement liés dans une consubstantialité absolue. La bière, la bière, qu'est-ce qu'elle a fait de moi mon frère, comme chantaient les Garçons Bouchers. Mais pour la bière déguster, la monnaie locale il faut se procurer, le rubis. Et pour avoir des rubis (1 rubis= 1€), faut faire la queue. Et c'est long (1). Car le temps file...

    Et Air monte sur scène.

    Fan depuis 1998 je suis, yes baby, sans jamais les avoir vus sur scène. Va comprendre... Le point positif de la Magnifique Society - et des festivals à taille humaine - c'est que l'on peut être près d'une scène qui n'est pas perchée en hauteur. Nicolas Gaudin et Jean-Benoit Dunckel sont accessibles, proches. Ils sont là. Sans écran géant. C'est cool. Et là, c'est cosmique. Avec du gros, voire du très gros son, avec un batteur solide. Passons sur l'absence totale de contact avec le public. Côté charisme, nos Versaillais ont encore du taf. Vous pourriez faire un effort les mecs! De Versaillais à Versaillais on peut se comprendre. Les "merci beaucoup" travaillés au vocoder, faut pas déconner. Bon... Passons. Air envoie les tubes. Moon Safari, Talkie Walkie, Virgin Suicides... Je n'ai aps révisé mon Air avant de venir. Mais les mélodies résonnent, familières. Cherry Blossom Girl. Playground Love. Et je ne te raconte pas l'état de transe dans lequel je me trouve quand ils envoient Sexy Boy. Suivi de la Femme d'Argent. Je me revois, le jours où je glissais dans le lecteur de CD, Moon Safari. Inconnu au bataillon, c'est quoi ce truc. Et ce moment d'étonnement. Cette adhésion immédiate à un son qui évoquait le début des 70s, sans parler des ces accents floydiens. Et ce soir, en mode best of. Pur plaisir. Plus d'une heure de set. Fin des hostilités. Sortie de scène. 

    Il fait faim. On mange un truc vegan. Pas par conviction... par opportunisme, juste parce qu'il n'y a pas de file d'attente... Nom d'un steak! 

    Glissement dans le parc. Nouvelle scène et ambiance electro aux accents new wave, qui évoque parfois Siouxsie, parfois The Cure. Fascinant, hypnotique, envoutant. Sans savoir précisément qui joue. Un groupe. Avec DJ. Et chanteuse à la voix profonde. Qu'est-ce... On reste. Plaisir de l'inconnu. Cette sensation délicieuse de faire une découverte. L'extase unique de la première fois! [C'est ainsi que le lendemain, après vérification, la vérité tombe. Nue. C'était Trentemøller. Encore un danois. En version electro, puissante. Adhésion totale!]

    Fin de soirée. Pas d'embouteillages, Reims est une ville apaisante.

    Nuit.

    C'était La Magnifique Society - Reims - 19-21 mai 2017 

    (1) A l'heure des Internets, suggestion au passage, il serait judicieux, #jdcjdr, de recourir à une app, ou à un système de cartes de paiement sans contact... Ca se pratique ailleurs. Détail qui a son importance. 

     

    Lien permanent Catégories : Festivals, Musiques 0 commentaire
  • La Magnifique Society, parenthèse utopique pour monde en folie

    Notre monde en folie nous donne des envies de devenir goûteur de cigüe... Ou de tenter des combinaisons improbables comme le mojito au Xanax. Ou de la jouer façon Elvis, de sortir un flingue et tirer sur des écrans de télé. A minima de devenir troll professionnel sur les résosocios... Où est le positif? Où sont les belles choses? On se le demande. On cherche. Où sont les moments de légèreté? Les moments de lâcher prise? Les instants précieux où l'on va s'extraire de la grande déprime générale. Un autre monde, l'espace de quelques jours? Possible. C'est ce que propose La Magnifique Society. Nom bizarre. Pour joli concept. Un peu à l'est de Paris, sur les terres de Champagne. A Reims.

    la magnifique society, reims, festivalReims, cela fait des années que je n'y ai pas mis les pieds, j'y ai vécu un temps, je me rappelle d'une ville bourgeoisement calme. Entre cathédrale et biscuits roses. La vile s'est effacée petit à petit de ma mémoire. Malgré les heures passées dans les cafés de la place Drouet d'Erlon. J'y retourne bientôt, pour cette parenthèse enchantée. La Magnifique Society, un festival, mais aussi la promesse d'une expérience collective, artistique, créative. Une rupture avec le quotidien autour de l'art, un monde urbain et bucolique. J'aime l'idée. L'affiche est belle: les élégants Air, la classieuse Agnes Obel, l'énergisant Jamie Cullum, pour ne citer que ceux que j'aurais impérativement envie d'écouter. Juliette Armanet, Fishbach pour la nouvelle vague de la chanson française, Talisco et sa pop chaleureuse. Lescop, Her, Paradis... 3 jours de paix et d'amour, comme on disait il y a très très longtemps. 

    la magnifique society, tokyo space odd, reims, festivalIl y a un truc plus que cooooool à signaler impérativement! Un espace dédié au Japon contemporain et à la culture pop japonaise, inspiré de Shibuya et d'Akihabara. Une expérience unique, le Tokyo Space Odd. J'adore la culture japonaise, l'occasion de m'y replonger (avant un nouveau trip tokyoïte)!

    La Magnifique Society, c'est aussi, en préambule, 3 jours d'expériences et de créations sonores au coeur de la ville. Et 3 jours du musique. Et c'est du 16 au 21 mai!

    Impatient!

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Festivals, Musiques 0 commentaire
  • Un soir au Festival des Inrocks

    Etonnante première soirée de ce Festival 2016. La journée avait été bercée des sons du nouvel album de Metallica. Du brutal. Sauvage. Enfin, sauvagerie parfaitement policée. Presque sans surprise. 

    Et puis La Cigale, avec cette première soirée très orientée nouvelle scène française. Et c'est étonnant. Comme un retour au son des années 80, dépoussiéré, remis en selle. Des sonorités comme on en entendait sur les radios dites libres de bon goût et sur France Inter, déjà. Il est marrant de constater que ce qui a pu paraîtrre ringard au oreilles du public des Inrocks naissants plaise au public des Inrocks 30 ans plus tard... 

    Juliette Armanet, clavier, accompagné d'un groupe très rock, évolue dans un univers musical pas si éloigné de Véronique Sanson, sous influence Steve Stills. J'ai bien aimé. J'en redemande.

    Her, étonnant groupe, entre jeunes gens modernes et soul.

    Paradis, et cette pop synthétique qui évoque Daho, mais pas que. Et qui se lance dans une relecture de la Ballade de Jim. Enflammer la Cigale avec une chanson de Souchon... Paradis l'a fait.

    Lescop qui cloture la soirée, avec ces tonalités rock et synthétiques. Il s'était tu. On était resté sur le sombre et envoutant La Forêt. On l'avait presque oublié. Il revient.  Avec une forte présence scénique, un groupe puissant. C'est fin, c'est beau. 

    Affaire à suivre.

    Lien permanent Catégories : Festivals, Musiques 0 commentaire
  • Bloc-note express N°220

    Il y a eu ce concert de la délicieuse Haley Bonar à l'Espace B. J'aime les filles chantait Dutronc. J'aime les filles qui font du rock. Un peu dans l'esprit de Liz Phair. Il faut s'intéresser à Haley Bonar. Pour s'en convaincre, il faut écouter: 

    Que dire du Festival Pitchfork? Côté public, des jeunes gens chics, parisiens, barbe bien taillée, la raie sur le côté pour les mecs. La mini, les Stan Smith, le chic parisien pour les filles. Beaucoup de gens hors de la salle pendant les concerts. Il est vrai que Bat For Lashes a livré un show loin de déclencher l'enthousiasme que j'avais ressenti la première fois que je l'ai vue au Festival des Inrocks il y a quelques années. Où est passée la dimension chamanique de Natacha Khan? A croire qu'elle n'a retenu que les pires tics névrotiques de Björk... Argh. Explosions in the Sky, c'est comme Sigur Ros. Soit on est totalement inconditionnel. Auquel cas on frôle l'orgasme. Soit on ne connait pas bien et au bout du 4ème morceau on se dit que c'est une musique de chambre qu'on écouterait bien au casque, ou assis confortablement à Pleyel. Entre guitares cristallines et bruit blanc. Tout ça pour en venir au gros kif de la soirée, Flavien Berger. LA synthèse absolue entre la chanson chic façon Dominique A, l'electro à la française, Kraftwerk. C'est cool. Flavien est pince sans rire, perché sur son piédestal entre ses machines. Silhouette en contrejour. Le héros du jour. Dont le nouvel album est à écouter ici-même. 

    A part ça, relecture des deux tomes du magnifique Quartier Lointain de Jiro Taniguchi. Ce n'est pas nouveau, mais Taniguchi, c'est du grand art.

    Et ciné, Moi, Daniel Blake de Ken Loach. Fallait-il le palmer à Cannes? Je ne suis pas exégète de l'oeuvre loachienne. Un film d'une grande humanité, avec un peu de pathos, un peu d'humour, un accent geordie à couper au couteau, le constat accablant d'un monde qui change pas forcément pour le meilleur. A voir.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note, Festivals, Musiques 0 commentaire
  • Rock en Seine 2016 - Jour 3

    Tête d'affiche, Iggy Pop. Autrement dit, le Messie. Non, je déconne. Mais pas tant que ça. Iggy a eu 69 ans cette année. Il entre dans la zone dangereuse. Et puis c'est un icone absolue (plus en  forme que son ami/mentor David Bowie) et un survivant (moins aux fraises que Keith Richards, qui titre 3 ans de plus). Bref, c'est LE grand moment du jour, en toute absence d'objectivité.

    Mais n'anticipons pas. 

    Point météo, il fait un rien moins chaud. C'est peut être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup... Moins de poussière peut-être, moins besoin d'étancher une soif tenace à la bière glacée. Au nom du politiquement correct et pour respecter les législations diverses, il ne devrait pas être fait mention de la consommation de boisson alcoolisées, sans préciser que l'abus d'alcool, etc... Et que 5 fruits et légumes par jour c'est mieux. Certes. Mais c'est tuer l'essence même du rock'n'roll. Et la bière est consubstantielle au concept même de festival. Ah, la bière, qu'est-ce qu'elle a fait de toi, mon frère...

    Bref, ces points éclaircis, rien de tel que du bon blues-rock graisseux pour débuter. Avec le camarade Th. (dont nous préserverons pudiquement l'anonymat), nous nous interrogeons sur le budget produits capillaires (shampoing, après-shampoing démêlant et anti-frisottis) d'un groupe comme Blues Pills. Suédois, comme Ikea et Ace of Base avec un guitar hero français (kököriko!). Un peu américains aussi. Elin Larsson (comme Stieg "Millenium", un hasard, je ne crois pas...) est une chanteuse à voix, façon Janis Joplin. Pas le genre à sussurer dans le micro au bord de la défaillance. Bref, ça envoie. Et on en redemande. Et c'est déjà fini. Et c'était trop court!!!!

    Petit arrêt au stand et écoute tranquille de Kevin Morby, qui me fait une impression meilleure que celle ressentie lors de la Route du Rock quinze jours plus tôt. Je vais me repencher sur ce cas. Il y a quelque chose que j'avais loupé. Mea culpa, mea maxima culpa.

    Embarras du choix pour la suite... Editors ou KillASon? Facilité, proximité, ça sera KillASon. Tant pis pour les climats sombres (dans mon souvenir) d'Editors. Et c'est un excellent choix. Un rappeur français, qui balance du très gros son, qui rappe en anglais, yeah mothafucka! Seul sur scène, sur un beat électronique monstrueux, il saute, il danse. Jump, jump. Mains en l'air. Je saute en l'air. 

    Pour la suite, que faire... Tiens Bibi Bourelly. Là, c'est terra incognita. La fille a écrit pour Rihanna, soit. Mais Rihanna, c'est pas trop mon monde, vois-tu? On se laisse tenter quand même. Une voix puissante, des intonations areunbi, des guitares, des gros mots. Ca s'écoute sans déplaisir.

    Trois notes de Gregory Porter. Idéales pour chiller. Mais l'heure est à la régression totale, il faut se positionner pour Sum 41, assez près, tout en s'interrogeant si oui ou non on va faire un petit circle pit... Le terrain est sec.  Et reviennent en mémoire les images d'un concert d'Offspring en ces mêmes lieux où se mêlèrent joyeusement poussière, sueur et bière... Et Sum 41 déroule son pop punk. Efficace. Sans  bavures. Quelques power ballads pour calmer le jeu et un We Will Rock You speedé pour finir. On est content. On jubile. On va réécouter l'intégrale de Green Day pour fêter ça.

    Un peu de Ghinzu, histoire de se faire le constat une fois de plus que la Belgique est une grande nation pop. 

    Mais, puisqu'on parle de pop, l'heure est grave. James Osterberg, aka Iggy Pop, va faire son entrée en scène. On se rapproche. Les agoraphobes prennent sur eux. Les moins d'1m90 se préparent à souffrir. Un Breton exhibe son drapeau. Une question nous vrille l'esprit depuis deux jours, Josh Homme  sera-t-il là? Las, les guitaristes du backing band sont chauves... Pas de Josh, pourtant un plus qu'habitué des lieux? Boude-t-il parce que son crétin de comparse et ses EODM ont été déprogrammés? On oublie vite, dès les premières notes, ce riff, cette note de piano... I wanna be your dog... Je hurle. Je hulule. Je brame. Now I wanna be your dog, now I wanna be your dog. Il enchaîne, premières notes, larmes aux yeux. I am a passenger, and I ride and I ride, I ride through the cities backsides... C'est un best of, le meilleur d'Iggy et des Stooges, un festival de classiques. Iggy est patrimonial, il défend son patrimoine et pas en bon père de famille. Il saute, il prend la pause, il bondit. il est partout. Il a un petit peu grossi. Il a le corps d'un mec de quasiment 70 ans, une énergie intacte. Le groupe est très metal. C'est l'option du jour. On s'attendait à quelques chose d'un peu stoner, on a du très très lourd et agressif. Une seule incursion dans Post Pop Depression, Gardenia. Tout le reste, c'est du Iggy vintage. Il donne tout. Au contact direct du public. Un dernier gag pour finir, il invite une fille sur scène, Anne-Charlotte. Elle s'efface en coulisses (ou presque). Iggy nous la joue jusqu'au bout vieil oncle libidineux. Iggy est grand.

    Que faire ensuite? Se poser sur l'herbe, écouter Cassius. Apprécier le décorum,  deux DJs perchés au sommet d'un petit volcan. C'est plutôt agréable. Ca manque de danger. Ca manque de happening. La surprise viendra de Soulwax. 3 batteurs, une rythmique implacable. C'est parfois abrasif, plein d'aspérités. C'est énorme et séduisant. 

    Final en passant par la dernière scène, la plus proche de la sortie où se produit Peaches. De l'electro brutale, sexuelle et décontractée. En dessous, nichée dans un préservatif géant (ou une bite transparente) elle invite le public à hurler "dick! dick!!!". Two balls, one dick. C'est classieux. On se marre. 

    Point météo, la température a chu. Rock en Seine 2016, c'est fini.

    Il y a eu des  mec déguisés en Pikachu, en licorne, en T-Rex, des bretons, des gens en kilt, des filles tatouées.

    Je me suis baladé sans mon Eastpack. Je n'ai pas croisé Jean-Paul Huchon. J'ai refilé le mediator de Mr Wolmother à un pote. Il y avait de la Kro, de la 1664 blanche et de la Grimbergen. Et des brumisateurs géants. 

    Voila...

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Festivals, Musiques 0 commentaire