Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Découvertes

  • REPS, rock hargneux

    REPS, c'est du rock qui mord. Deux guitares, un sax. Lyrics en français. Esprit punk rock. Ils ont sorti un album en octobre dernier. Il fallait en parler. Le genre de rock agressif qui va bien. Va falloir m'envoyer l'album les gars, histoire que je développe!! Premier single en guise d'apéro, I want more (comme dirait Iggy)!!


    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent
  • Attention ovni! Ouvre tes chakras avec Alain Valdès!

    Pur ovni pop avec un zeste de jazz, et une orchestration somptueusement mise en image. Un trip vers une autre dimension. Et une invitation à ouvrir ses chakras. Et se taire. Une injonction à partager massivement sur les réseaux asociaux, où tant de gloseurs devraient appliquer ces principes de base au lieu de ne se conformer qu'au principe de "c'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule" (pour mémoire, et pour vous épargner des recherches Google, c'est le titre d'un filme de Jacques Besnard,sorti en 1975 avec Michel Serrault, Bernard Blier et Jean Lefebvre).

    Donc, ouvre tes chakras avec Alain Valdès! C'est une injonction catégorique. 

    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent
  • Dye Crap, l'esprit punk

    On en reparlera avec une interview à venir très bientôt. Arrêtons nous d'ores et déjà sur le single de Dye Crap, un quatuor rouennais dans la plus pure tradition des branleurs punks postés sur leurs planches de skate, la musique à fond. Un premier titre prometteur, "The Shits", qui sort aujourd'hui, prélude à un album qui réjouira nos esgourdes engourdies par des mois de confinement... The Shits, c'est joyeux. C'est lumineux. C'est foutraque. De quoi encaisser dans la joie (j'exagère un peu pour l'effet dramatique) l'annonce de Dame Bachelot pour qui le festival, c'est un truc de gens chics, vissés sur leurs chaises et applaudissant d'une main molle des artistes délicats, et sans doute subventionnés. Bref, l'antithèse absolue du public rock qui aime la sueur, la bière, le stupre et les oreilles qui saignent.


     

    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent
  • Nezick au calme

    Il y a des titres sur lesquels tu tombes en arrêt à la première écoute. Qui te scotchent, et que tu écoute en boucle en te demandant pourquoi le morceau est si court, pourquoi il n'y en pas d'autres. C'est le cas de Calm ce titre pop envoutant de Nezick. Un gars discret dont le talent de compositeur mérite d'être exposé au grand jour. Il a inauguré la série des interviews express ici-même. On ne désespère pas un jour de boire une bière ensemble histoire de discuter musique. Il a un double musical, Project [N]. Sur ce titre, les deux se sont confrontés. Joli exemple de dédoublement de la personnalité musicale. 


    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent
  • Interview Express : The Very Most

    Jeremy Jensen m'envoie un message de Boise, Idaho, pour me parler de son groupe The Very Most et de l'album qui vient de sortir Needs Help. Un message sorti de nulle part. Une pure découverte comme je les aime. De la pure sérendipité. Le hasard des rencontres. Curieux, j'écoute l'album, petit bijou de pop indie. Qui se ballade du côté de Belle and Sebastian, Deacon Blue, Prefab Sprout, tous ces groupes aux compositions élégantes. Bien évidemment j'essaie d'en savoir plus. Façon professionnel de la profession, comme aurait dit le père Godard. Et j'envoie mes questions à Jeremy Jensen. Il m'a écrit en français, je lui réponds en français. Quelques jours pus tard, il me renvoie ses réponses, toujours en fraançais en avouant qu'il a fallu qu'il se fasse aider... On échange un peu. 

    Jeremy : Je ne parle pas du tout français. J'ai juste un ami français qui m'a aidé à écrire une lettre aux blogs français. J'ai pensé que ce serait bien de communiquer avec ces blogs dans leur langue maternelle plutôt que de leur faire lire l'anglais.

    Je dois dire que j'apprécie l'attention et trouve le mec éminemment sympathique. Même si je spike ze ingliche wize no problem.

    Avant de rentrer dans le sujet et de se pencher sur les réponse de Jeremy à l'interview express, où l'on découvre, preuve d'un goût sûr, son amour pour le cultissime Jonathan Richman, découvrons celui qui était pour moi un total inconnu et dont probablement vous n'avez à ce jour jamais entendu parler. It's a long way to Boise, Idaho!!!

    Jeremy : Mon parcours musical? Je joue dans des groupes depuis près de 30 ans maintenant, et The Very Most existe depuis 2002. J'ai eu la chance d'avoir des parents qui ont soutenu mes ambitions musicales depuis que j'étais très jeune. The Very Most a sorti 5 albums et 8 EP. Plus de 20 personnes ont joué dans le groupe au fil des ans. Nous avons joué dans de nombreuses villes aux États-Unis et au Royaume-Uni, et j'espère arriver en Europe continentale lorsque la pandémie sera terminée.

    Quelques infos extraites du dossier de presse, pour en savoir plus sur The Very Most : Il existe, sous une forme ou une autre, depuis 2002, et a sorti cinq albums complets et, inexplicablement, huit EP. Il semble qu'ils auraient probablement pu combiner certains de ces éléments pour en faire des albums, mais c'est ainsi... Ils chantent des choses qui comptent, comme la situation politique dans laquelle nous nous trouvons, et des choses qui, dans l'ensemble, n'ont peut-être pas autant d'importance que nous le pensons, comme la situation politique dans laquelle nous nous trouvons. Leur son est doux et stratifié et s'inspire de Brill Building, Johnny Marr, Brian Wilson et d'autres Boiseans Built to Spill, avec qui ils ont partagé la scène. Ils ont joué dans des popfests de New York, San Francisco et Sacramento, ainsi que dans des Indietracks. Lors de leur tournée de 2020 en Irlande et au Royaume-Uni, ils sont rejoints par Jim Rivas, qui a assuré la batterie du grand classique indiepop de Rocketship, A Certain Smile, A Certain Sadness. Ils ont un nouvel album, Needs Help, qui doit sortir le 9 octobre 2020.

    L'album s'appelle "Needs Help" parce que le leader du groupe, Jeremy Jensen, a fait appel à de nombreux chanteurs invités pour le réaliser. On y retrouve Melanie Whittle (The Hermit Crabs), Kristine Capua (Tiny Fireflies), Cristina Quesada (Elefant Records), Gerri White (Arts & Leisure), Sally Jati (Starry Eyed Cadet), Gina Gregerson (Dirt Fishermen/Lovey), Sarah Lowenbot (Thee Ahs), Ashley Eriksson (LAKE), Adam et Darcie, et Eli Moore (LAKE).

    Place à l'interview express de Jeremy Jensen, leader de The Very Most.

    Lire la suite

    Catégories : Découvertes, Interview express, Musiques Lien permanent