Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Découvertes - Page 3

  • Let's talk about sex...

    Cyryel m'envoie quelques mots. Je ne la connais pas. Elle chante. Elle a sorti un EP. Soit. Je suis en train d'écouter la dernière livraison des Stones. Je suis en plein dans le blues intemporel. En plein dans le retour aux sources des vieux briscards. Pause. Image en noir et blanc. Gros plan. Un clic. Un site. Quelques morceaux. Electro pop discrète. Et cette chanson, "Entre toi et moi", qui participe à la bande-son idéale pour ces temps sombres de repli sur soi et de retour au "c'était quand même tellement mieux avant", où d'aucun grimpent dans les tours pour d'éphémères histoires de représentation de la chose (ah, le mot et la chose, si bien évoqués par l'Abbé de Lattaignant)...

    Avant qu'on recommence à brûler les sorcières en Place de Grève et écorcher les apostats, rions encore un peu. Jouissons sans entraves, comme on disait en un temps que les moins de vingt ans ne connaitront jamais. Une chanson qui chatouille les oreilles, comme en firent Boris Vian et Magali Noel en remontant le temps. Sans oublier Gainsbourg et Bardot. Un zeste de Juliette Gréco pour faire bonne mesure. Un truc un peu explicite. Très rock. Comme quand les Stones proposaient qu'on passe la nuit ensemble. Plus sensuel que Gogol Premier et sa Horde ou WASP... Pas moins salace qu'Elmer Food Beat. Plus délicat, plus direct. Pas de litote, le propos est délicieusement amoral, ça va faire frissonner les faux dévots de toutes obédiences. Et rien que pour ça...


     

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire
  • Découverte : The Rusty Bells "Red Sun"

    C'est nouveau, un titre intéressant du duo toulousain, The Rusty Bells dont l'EP sort le 15 novembre (Dead Bees Records - en téléchargement sur les plateformes idoines). Ils se réclament de Pink Floyd, d'Archive, des Kills, de Kavinsky. Un morceau envoutant et acrocheur. A suivre!


    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire
  • Orouni, la pop délicate

    Ourouni, c'est de la pop raffinée. A tel point que Technikart évoque une cousinade avec le britishissime Neil Hannon et sa Divine Comedy. Musicalité, raffinement. J'ajouterai la discrétion et l'élégance. La classe quoi. Orouni est un voyageur qui cisèle des mélodies inspirées de ses voyages. Un type cool, avec qui il est agréable de discuter autour d'un verre, dans le confort d'un bar parisien. Bref, Orouni, il faut écouter, il faut découvrir, il faut se laisser embarquer. Pour un voyage au long cours. 

    Un nouvel album est en préparation, quelques dates de concert sont d'ores et déjà programmées. 

    - le 18 novembre chez le disquaire La Passerelle.2 

    - le 11 janvier aux Trois Baudets

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire
  • Kandace Springs au Duc des Lombards, le jazz en petite robe noire

    jazz, kandace springs, duc des lombards, soulIl y a un choc visuel. L'image avant le son. Bien sûr, les grincheux pourront qualifier ces propos de sexistes. Mais si l'on essaie d'appliquer au quotidien le vieil adage "Don't judge a book by the cover", il faut avouer que quand on reçoit l'invitation à un concert de Kandace Springs, sans avoir entendu parler de l'artiste auparavant, la pochette de l'album est en soi un choc. Comme on dit en marketing, une promesse. Un visage lumineux, une afro impressionnante. On se dit qu'il doit y a voir un loup, qu'on s'est déjà fait piéger par des affiches affolantes, que... Bref, on est circonspect, mais curieux. Alors on écoute, on clique sur le lien, le regard de Kandace Springs sur l'image vous vrillant le cerveau. On aime à nouveau le jazz, tout de suite. On se convertit, on devient prophète, prosélyte. On part proclamer la bonne nouvelle sur les chemins... La donzelle a été repérée et encouragée par Prince himself. Yes, le Kid de Minneapolis. On reconnait là au passage le bon goût du maître et on a une pensée émue pour Vanity 6 et Sheila E... Ceci n'ayant rien à voir avec cela. On est dans un jazz vocal teinté de soul tendance Roberta Flack. un peu de Norah Jones aussi. C'est easy listening, c'est agréable. Ca donne envie d'en savoir plus.

    La suite se passe au Duc des Lombards, un lundi soir de fin d'été. Un concert, en petit comité dans un lieu intimiste. Précédé d'une interview, pour TSF Jazz. Kandace Springs, native du Tennessee, a été bercée de jazz par un père chanteur. Elle a découvert le hip hop vers 20 ans. Et revenue au jazz. A posté des sons sur Twitter, a reçu les conseils de Prince, qui l'invite à monter sur scène pour les 30 ans de Purple Rain. A eu l'envie de se lancer dans la carrière sur les traces de Norah Jones, dont elle a réarrangé certains titres du premier album. Dont The Nearness Of You. Un standard. Kandace Springs, moulée dans une petite robe noire (la fameuse petite robe noire, le basique que chacune doit avoir dans sa garde-robe selon les standards de Gabrielle Chanel), elle est un mélange de naturel et d'extrême sophistication. Dès qu'elle se met au clavier, accompagnée d'une basse et d'une batterie. Il y a la voix, caressante. Il y a le choix du répertoire, Coltrane, Oscar Peterson. Ses propres titres bien sûr, et ce final sur Sophisticated Lady. Ellington. Kandace Springs n'a peur de rien. Le set est presque trop court; séduits on on en redemande. 

    La preuve par l'image. Pas filmé au Duc des Lombards. Mais bien quand même.



     

    L'album "Soul Eyes" sort chez Blue Note le 30 septembre. Recommandé!!!

     

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire