Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Playlist de fin d'année

    De tout et de rien, avec un minimum de cohérence, quoique... Rien n'est moins sûr. Une playlist avec les trucs qui m'ont marqué cette année Ceux que je réécoute avec plaisir. Ceux qui m'ont mis en vrac. Ceux pour lesquels il y a eu gros kif, ceux qui ont été vus en concert, ceux dont je me souviens après quelques mois. Je passerai sur les classiques même si le So Long Marianne n'est pas très neuf. Mais je l'avoue, je ne suis pas un inconditionnel hardcore de feu Leonard Cohen. Bowie a été le choc du début d'année. L'album superbe, la mauvaise nouvelle ensuite. Les festivals ont eu leur lot de révélations, découvertes. Etrangement j'aime bien écouter Kevin Morby, même si ses prestations scéniques m'ont laissé assez froid. Lost Under Heaven, Julia Holter. Deux univers à part. Eskimo, à suivre impérativement. Flavien Berger, quelque chose d'unique. La Femme, ses rimes bancales, sa folie scénique. Le très gros son de FIDLAR, de Royal Republic, de Slaves. Le punk a encore de beaux jours devant lui. La puissance de Savages. L'étrangeté de Let's Eat Grandma. Les copains de Fauve ≠ qui ont tiré leur révérence avec élégance et ont livré un live entre reportage et testament. L'electro monstrueusement efficace de Soulwax. La vulgarité assumée de Peaches. Et Iggy. Immense et touchant. Capable de sortir un album essentiel en début d'année et de faire un best of testamentaire sur scène. Aux antipodes, la délicatesse d'un Guillaume Stankiewicz ou la virtuosité (et le charme) jazz de Kandace Springs. Et pour finir, le blues séminal des Stones en parallèle de la fureur retrouvée de Metallica.

    Bref. On règle tous les niveaux sur 11.

    Play it loud!

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Let's talk about sex...

    Cyryel m'envoie quelques mots. Je ne la connais pas. Elle chante. Elle a sorti un EP. Soit. Je suis en train d'écouter la dernière livraison des Stones. Je suis en plein dans le blues intemporel. En plein dans le retour aux sources des vieux briscards. Pause. Image en noir et blanc. Gros plan. Un clic. Un site. Quelques morceaux. Electro pop discrète. Et cette chanson, "Entre toi et moi", qui participe à la bande-son idéale pour ces temps sombres de repli sur soi et de retour au "c'était quand même tellement mieux avant", où d'aucun grimpent dans les tours pour d'éphémères histoires de représentation de la chose (ah, le mot et la chose, si bien évoqués par l'Abbé de Lattaignant)...

    Avant qu'on recommence à brûler les sorcières en Place de Grève et écorcher les apostats, rions encore un peu. Jouissons sans entraves, comme on disait en un temps que les moins de vingt ans ne connaitront jamais. Une chanson qui chatouille les oreilles, comme en firent Boris Vian et Magali Noel en remontant le temps. Sans oublier Gainsbourg et Bardot. Un zeste de Juliette Gréco pour faire bonne mesure. Un truc un peu explicite. Très rock. Comme quand les Stones proposaient qu'on passe la nuit ensemble. Plus sensuel que Gogol Premier et sa Horde ou WASP... Pas moins salace qu'Elmer Food Beat. Plus délicat, plus direct. Pas de litote, le propos est délicieusement amoral, ça va faire frissonner les faux dévots de toutes obédiences. Et rien que pour ça...


     

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire
  • Ma bande-son du moment

    Dans mon iPhone, iPad, ordi, lecteur de CD, en plein ride à vélo le dimanche matin sur les pistes cyclables du nord de Paname, ou en pleine rédaction de... plein de trucs. Dans une salle aussi, devant un bon live... plein de sons, de nouveautés et pas que...

    Let's Eat Grandma, découvertes pendant le Festival des Inrocks, étranges quasi-jumelles anglaises d'à peine 17 ans. Aussi dérangeantes que les jumelles de Shining... Electro, flute à bec. Bizarre et envoutant... "I, Gemini" (Trangressive)

    Lost Under Heaven, découvert à la Route du Rock 2016, revus aux Inrocks, la voix incroyable d'Ellery James "Wu Lyf" Roberts et de sa compagne Ebony Hoorn. "Spiritual Songs For Lovers To Sing" (Mute)

    Merchandise, découverte via Beggars, un groupe US (qui a malheureusement annulé son concert parisien) qui rappelle étrangement le Depeche Mode des débuts avec un zeste de Sisters Of Mercy... "A Corpse Wired For Sound" (4ad)

    Flavien Berger, son electro classieuse et intelligente... "Léviathan" (Pan European)

    Ratboy, découverts aux Inrocks, énergie punk, quelque chose de The Streets, un peu de Beatie Boys, gentiment bordéliques sur scène. "Wading in the Balance" (Not Your Daddy's Records)

    The Lemon Twigs, avec la palme du non-look, l'attitude entre Kinks et Who... Un guitar hero qui reproduit la gestuelle folle de Pete Townshend. A voir dans la durée... Feu de paille ? "Do Hollywood" (4ad)

    Wax Tailor, bel album et très bon live (au Trianon il y a peu)... Electro, des instruments, des MCs, des chanteuses. Bien, quoi. "By Any Beats Necessary" (Lab'oratoire)

    Metallica, un album presque 100% réussi (un peu de gras quand même, 20 bonnes minutes de trop), mais quelques fulgurances réjouissantes. "Hardwired... To Self-Destruct" (Mercury)

    Et les Stones... bah oui. Les Stones dont je n'espérais RIEN. Mais qui ont finalement bien fait de revenir à leurs racines. Au blues. Joliment produit, bien léché. A écouter en boucle. "Blue & Lonesome" (Mercury)

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire