Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Géopolitique à deux balles...

    Il y a deux ans (a long time ago in a far away galaxy, selon l'échelle spacio-temporelle de l'âge numérique...;) ), je suis allé en Corée du Sud, pour raison professionnelles. Au moment où la Corée du Nord annonce avoir procédé à un test nucléaire, il me semble important de prendre conscience du danger réel que représente ce dernier bastion du communisme pur et dur. medium_Korea.jpg

    Une journée de temps libre m'a permis de me rendre à la frontière entre les deux Corées, dans ce qu'il est convenu d'appeler la DMZ (Demilitarized Zone), sur le 38ème parallèle. Zone tampon instituée à la fin de la guerre de Corée.

    Premier constat, c'est très près de la capitale sud-coréenne, pas plus d'une soixantaine de kilomètres. Sur l'autoroute, des ponts, robustes. Un guide m'explique qu'ils sont bourrés d'explosifs, de façon à ralentir les troupes d'invasion, en cas de conflit. Gloups! medium_seoul_korea.jpg

    L'autoroute pour sortir de Séoul en direction de la frontière longe une rivière. Barbelés, postes de garde régulièrement répartis. Ambiance de guerre larvée.  

    A l'entrée dans la DMZ, contrôles très poussés des passagers des véhicules. La zone est gardée par l'armée coréenne et l'armée américaine. Plus on se rapproche de la frontère, plus on voit d'espaces inaccessibles, entourés de barbelés, ornés de panonceaux noir portant une tête de mort et la mention "Danger! Mines!"... Zones minées volontairement pour empêcher une invasion ou vestiges de la guerre de Corée, ou les deux?medium_IMAG0012.JPG

    Sur place, plusieurs promontoires pour voir la frontière, et voir la Corée du Nord. Encadrement militaire et atmosphère paranoïaque. L'ennemi est en face. C'est clair. La tension est palpable. Photos non-autorisées. Trop tard, je l'avais déjà prise, mais le guide en treillis, me fait ranger mon appareil...

    medium_IMAG0005.JPGA quelques kilomètres de là, visite d'un des tunnels d'infiltration creusés par les Nord-coréen. Descente à 70 mètres sous-terre par une rampe aménagée, et marche de 400 mètres sous terre, un casque de chantier sur la tête, dans un étroit boyau d'environ 2 mètres de large sur 1,90 de haut (très désagréable quand on mesure 1,92 m et qu'on doit macher tête baissée... Jusqu'au point limite. Le tunnel a été muré. Barbelés, sacs de sable, caméra de surveillance. pas de photos. Retour en surface. Et visite d'un musée consacré à la guerre de Corée.

    medium_IMAG0021.JPGPlus loin, passage par la gare de Dorasan. Une gare TGV, au milieu de nulle part. La ligne traverse toute la Corée du Sud , du nord au sud, passe par Séoul et s'arrête à Dorasan. Prête à être poursuivie dans l'hypothèse d'une réunification, en direction de Pyongyang.

    Retour à Seoul. Mes associés coréens m'expliquent que la réunification est possible, mais que l'exemple de la réunification allemande les a un peu refroidis, en particulier du point de vue économique. Remettre à niveau l'économie nord-coréenne, rééduquer les populations (mot mal choisi, la réducation étant plutôt une spécialisté stalinienne...) coûtera très cher à la Corée du Sud. En attendant les Nord-Coréen jouent à la grande puissance...

     medium_delisle_pyongyang.jpg

    Pour clore ce chapître, je ne peux que vous conseiller la lecture du témoignagne de Guy Delisle, spécialiste de l'animation, qui a raconté dans une bande-dessinée remarquable  son séjour de plusieurs semaines à Pyongyang. Il avait été envoyé sur place pour superviser la sous-traitance de la réalisation de dessins animés pour un studio français ou canadien.

    Etonnante chronique au jour le jour d'une société orwellienne. Etonnant aussi car ce témoignage confirme d'autres témoignages recueillis en Corée du Sud: certaines entreprises sud-coréennes ont délocalisé  des unités de production au nord, pour à la fois contribuer à la réunification et bénéficier d'une main d'oeuvre à bas prix... Attitude la fois pragmatique et très paradoxale...

     

     

    Technorati tags:

    Lien permanent
  • Google, Pacman et Youtube

    Google rachète Youtube.

    medium_pacman.jpgBravo aux fondateurs de Youtube qui empochent le jackpot, et à leurs ayants-droits qui peuvent envisager l'avenir avec une certaine sérénité...

    Une fois la délicate question des droits et du contenu illégal réglé, que restera-t-il de l'esprit délicieusement videogag du Youtube des origines? On pourra toujours objecter que le rachat par Rupert Murdoch n'a pas empêché MySpace de rester bordélique... Quid dans le cas d'un site de diffusion de contenu?

    Dans un autre domaine on a vu que le Napster des origines a perdu depuis belle lurette son âme anarchique, qu'il est rentré dans le rang et a perdu son intérêt en perdant son côté novateur.

    Youtube rentre lui aussi dans le rang. Démonstration, une fois de plus que l'économie numérique fonctionne grosso-modo comme l'ancienne économie. Les petits génies font du développement. Les gros ramassent la mise, s'épargnant au passage quelques coûts de R&D. Rien à redire là-dessus.

     

    Qu'en pensez-vous? 

     

     

    Technorati tags: 


    Lien permanent
  • Soyez un expert!

    Il a fait la couverture du numéro d'août 2006 de Wired, il n'est pas très connu en France, mais mérite de l'être. Stephen Colbert anime un show sur la chaîne américaine Comedy Central, dans la grande tradition du Saturday Night Live. Pour nous, quelque chose entre les Nuls et Groland.medium_WIRED.00002.jpg
    Il était l'invité de Wired, cet été et a écrit un édito merveilleux en introduction d'un petit guide offert par la magazine: How To (A step by step guide to making the most of your digital life), sous-titré: Enter the new age of DIY... (Et oui, tous ces nouveaux objets qui nous font entrer de plein pied dans la modernité nous demandent d'avoir le courage de mettre nos mains dans le cambouis virtuel!)
    Le thème de l'édito de Stephen Colbert: Be an expert on Anything. Soyez expert en tout domaine.  Parodique, comique? Pas si sûr...
     
    1/ Choisissez un domaine où personne ne peut vérifier votre champ de compétence (exemple: les expert en défense, sécurité et contre-espionnage... Ils ont des accréditations que le commun des mortels n'a pas. On ne discute pas l'expertise de la NSA en matière de sécurité, parce que c'est la NSA...)
     
    medium_WIRED.00001.jpg2/ Choisissez un sujet qui est secret (exemple: Dan Brown a inventé un secret, dont il est l'expert en titre. Toute contradiction ne peut qu'être  que le fruit d'une cabale contre l'auteur...)
     
    3/ Soyez référencé dans une encyclopédie (exemple Wikipedia: à l'époque des vieux médias, on pouvait être une célébrité pour 15 minutes, aujourd'hui, on est une célébrité en 5 minutes grâce à Wikipedia...)
     
    4/ Utilisez le mot Zeitgeist le plus souvent possible (et plein d'autres mots que tout le monde connait sans en connaitre la signification: weltanschauung, bildungsroman, doppelgänger... et tout mot latin...). Ne pas utiliser paradigme, déjà un peu daté.
     
    5/ Utiliser plein d'abbréviations et d'acronymes: celui qui dit operation security montre qu'il a étudié, celui qui dit OpSec, est définitivement un expert militaire... (Si vous dites Defcon1, tout le monde sera convaincu que vous détenez les codes de lancement des missiles ballistiques...)
     
    6/ Parlez avec vos couilles, pas avec votre diaphragme (Speak from the balls, not from the diaphragm): Il en faut pour inspirer la confiance en tant qu'expert. Aux Etats-Unis, un expert ne fait ni dans l'ambivalence ni dans la nuance, et surtout pas dans le doute...
     
    7/ N'ayez pas peur de rendre les choses plus sexy (to make things up): N'ayez jamais peur d'être pris en défaut. Les experts maquillent la vérité, ils sont payés pour ça...
     
    8/ Ne vous limitez pas au savoir courant: Si votre obsession est d'être en permanence à la pointe de l'actualité, vous laissez de côté des champs entiers de connaissance. Exhumez des expertises rares, des savoirs obsolètes qui ne demandent qu'à ce que vous vous les appropriez...
     
    9/ Obtenez un titre honorifique... Avec un PhD honorifique dune université lambda, on vous appelle Docteur... Ca jette!
     
    10/ Prenez l'habitude de faire du name-dropping (exemples: "As Steve Jobs told me on the phone the other day...", "J'en parlais à Loïc Le Meur pa plus tard qu'avant hier....", "Alors Tariq m'a répondu...")
     
    11/ Soyez déjà célèbre, ça aide... 
     
     
    Amusant, non?
    Et décoiffant quand le Web dit 2.0 offre à chacun la possibilité de se présenter comme un expert en tout ou en expert de niche?
     
    Qu'en pensez-vous? 
     
     
     

    Lien permanent
  • Dans mon Ipod ce weekend...

    Une chanteuse française, voix angélique sur fond de guitares saturées: Bless. Un album très agréable, à découvrir.medium_Bless.jpg

    Rien à dire de plus, quelques morceaux à écouter sur sa page MySpace (décidément, j'ai passé beaucoup de temps sur MySpace cette semaine...).

     

    Enjoy! 

    Catégories : Playlists Lien permanent
  • N'importe quoi...

    On trouve n'importe quoi sur MySpace. Le Phare signalait il y a quelques jours le profil de Christophe Barbier, Directeur de la rédaction de L'Express en émettant de sérieux doutes sur l'authenticité de la chose...medium_idog.3.jpg

    En fouillant un peu, au gré des liens, voici un florilège de profils recueillis ça et là... Au fond, c'est plutôt drôle. Et cela remet au goût du jour le fameux dessin du New Yorker... "On the Internet, nobody knows you're a dog"...

    De nouveaux amis à découvrir sur MySpace:

     

    Technorati tags:

    Lien permanent