Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marquis de sade

  • Interview Express : Christian Dargelos - Les Nus

    À la fin des 70s, Rennes est devenue l'un des épicentres du rock "Made in France". On pense évidemment à Marquis de Sade, Daho and co. Il y a aussi les Nus. Les Nus, c'est notamment Christian Dargelos. Co-fondateur de Marquis de Sade. Ce n'est pas rien côté pedigree (NDLR : je sais, je suis obsessionnel et irrationnel dès qu'il s'agit de Marquis de Sade). Les Nus se sont effacés du paysage au milieu des 80s, pour renaitre 30 ans plus tard. Passion intacte.  

    les nus, rock, rennesLe nouvel album du groupe, Enfer et Paradis, rock classique d'excellente facture nous propulse de l'autre côté de l'Atlantique, largement au-delà de la pointe du Finistère. L'Amérique et ses grands espaces chantés en français. Mais pas uniquement. Du rock avant tout. À jouer fort. Direct. Dans la grand tradition du rock français de qualité. Ce rock, qui malgré une relative voire totale absence des programmations des radios, perdure. Comme le chantait Neil Young, "hey hey, my my, rock'n'roll will never die"! Ce ne sont pas les Nus qui vont dire le contraire. 

    J'ai proposé à Christian Dargelos de se soumettre à l'interview express. 

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent
  • Philippe Pascal, mort d'un Marquis

    La sale news vient de tomber. Je ne suis que tristesse. 2 ans pile après le concert de reformation à Rennes, après une tournée mythique, en plein enregistrement d'un nouvel album, Philippe s'en va. 

    Marquis de Sade, c'est un groupe qui a contribué largement à mon éducation musicale, j'avais 15 ans quand j'ai découvert leur univers sombre et sophistiqué. J'ai suivi l'aventure Marc Seberg. J'ai vu Philipe sur scène, heureux de se confronter à nouveau à un public, certes grisonnant, mais qui avait attendu des années ce retour pour enfin voir live un groupe culte de chez culte.

    Rien à ajouter. Toutes mes pensées vont à Frank, Thierry et Éric, les 3 autres Marquis. À son entourage proche. Et à nous, les vieux jeunes gens modernes qu'il laisse un peu orphelins.

    (Photo: ©️ Antoine Dubuquoy - Juillet 2018, Les Vieilles Charrues, Carhaix)

    Catégories : Musiques Lien permanent
  • Eté de festivals (épisode 1): Marquis de Sade encore, et Depeche Mode

    Je suis allé en Bretagne. A Carhaix, aux Vieilles Charrues, pour voir Marquis de Sade. Pour la 3ème fois. Je me rappelle les mots que Frank Darcel m’avait écrit dans la dédicace d’un de ses livres, Le Dériveur. Je lui avais confié combien MdS avait compté dans mon initiation musicale. Il avait évoqué l’hypothèse d’une éventuelle reformation, des mots suivis d’un point d’interrogation. Il n’y croyait pas. Moi non plus. J’avais suivi ses projets suivants, Republik, notamment. Fidélité à nos passions d’adolescents. Marquis de Sade, son style unique, cette musique sombre et puissante. Et inoxydable. Des albums que j’ai continué à écouter au fil des années. Jusqu’à cette annonce improbable d’un concert unique à Rennes. Déjà raconté ici. La divine surprise du divin Marquis. La magie intacte. Cette petite peur d’être déçu. On ne se méfie jamais assez des reformations. Souvent pathétiques. Le poids des ans, la surcharge pondérale, les voix approximatives, la gestuelle arthritique. MdS a surpris par sa fraicheur et sa puissance.

     

    Lire la suite

    Catégories : Festivals, Musiques Lien permanent
  • Republik en marche...

    Et Frank Darcel sortit le second album de Republik, Exotica. Il y a quelques semaines. Plus apaisé, plus de ballades. Toujours dans cette tonalité post punk aujourd'hui intemporelle. J'ai soutenu le projet sur KissKissBankBank. Comme j'avais soutenu le premier album. Parce que Darcel, c'est Marquis de Sade. Et que MdS c'est sacré. Nous sommes tous des jeunes gens modernes. Ca va finir par faire cliché de le répéter sans cesse. Mais il faut rester fidèle à ses années d'adolescence. C'est comme ça. Aujourd'hui, je fouine dans les bacs des disquaires à la recherche des pépites vinyl parues entre 1978 et 1982. Chacun ses obsessions. Tout en ayant la tête en 2017. Sans nostalgie aucune.

    Que dire de Republik version 2017? Un line-up épuré, avec toujours Stéphane Kerihuel à la guitare, avec son look à jouer dans le Seigneur des Anneaux. Et Robin Poligné aux claviers (et aux backing vocals sur scène). Sortir deux albums en l'espace de 18 mois, bel effort, de quoi bâtir un univers complet. Un album qui vagabonde  et révèle la sensibilité de parolier de Frank Darcel. "En ce jour on ressent", ballade nostalgique portée par quelques notes de clavier entêtantes. "Elle dit", ses mots simples surfant sur une grosse ligne de basse. "Tu seras mon ombre" et ses guitares torturées. Un album faussement apaisé, traversé de fulgurances rock, comme "I wanna be your car" et la guitare puissante de Dominic Sonic. Un album qu'il faut s'approprier, un album attachant.

    A voir sur scène.

    republik,marquis de sade,frank darcel,post punk,rennes,marie et les garçons,patrick vidal,a boy called vidalLe Petit bain, un jeudi soir. Température extérieure sublime. Ensoleillement maximal. Les parisiennes boivent du rosé et des mojitos en trainant leurs Stan Smith en bord de Seine, au pied de la Bibliothèque François Mitterrand. A Boy Called Vidal ouvre le feu. Patrick Vidal, annonce la couleur, la soirée est consacrée à des reprises de Marie et les Garçons, son combo légendaire - qui a fait le festival de Mont de Marsan. Un des piliers du punk français. On a toujours peur de ces reformations, pas toujours heureuses, quand d'anciens jeunes tentent quarante ans plus tard de réveiller la bête... Divine surprise. A Boy Called Vidal, c'est un son rock, sec, âpre, minimaliste, comme on l'aimait chez Graham Parker, Joe Jackson ou Elvis Costello. Le répertoire de Marie et les Garçons n'a pas pris une ride. Re-Bop, Deux sur la banquette, pourraient avoir été écrits hier. Et chantés par La Femme. Adhésion totale! Et final du concert sur reprise du Velvet, Candy Says. 

    republik,marquis de sade,frank darcel,post punk,rennes,marie et les garçons,patrick vidal,a boy called vidalPause bière.

    Republik sur scène. Frank Darcel, l'air grave. C'est lui le boss. Attaque très rock. Gros son. Tous les titres des deux albums sont dopés à la testostérone et aux grosses guitares. Son puissant et compact. Le combo est rodé. Avec LE guitar hero habité, Stéphane Kerihuel, rock'n'roll attitude version druidique. Hendrix dans le Mordor. L'ingrédient hallucinant et halluciné de Republik. Fascinant. La voix de Franck Darcel, parfois sourde, est portée par les backing vocals de Robin Poligné. Belle combinaison qui donne un relief nouveaux aux titres du groupe. Sons électroniques torturés. Sequencers. Incursions electro. Republik est un groupe de son temps. Enorme "Ich bin schmutzig" pour finir. 

    Nuit sur Paris.

    Next step, Marquis de Sade en concert à Rennes en septembre.

     

    Republik - Exotica (LADTK - dans les bacs depuis fin mars 2017) 

    Catégories : Musiques Lien permanent
  • Dans mon iPod ce weekend... Republik

    Une bonne nouvelle, la meilleure réincarnation d'un groupe mythique de la scène rennaise, Marquis de Sade. En l'occurence, Republik. A la guitare, Franck Darcel, qu'on croyait rangé des médiators, qu'on avait pisté romancier, candidat MoDem... Et qu'on retrouve en pleine forme, entouré de djeunz. Un combo avec guitares mordantes et une voix qui rappelle celle de Philippe Pascal... (à écouter ici)

     

    Enjoy!

    Catégories : Musiques, Playlists Lien permanent