Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rock - Page 4

  • Playlist de Printemps #2 pour temps de confinement

    Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, en ces temps de confinement, nous avons du temps pour l'introspection. Du temps pour la réflexion. Comme disait un grand homme du passé, il faut laisser du temps au temps. Y'a pas à dire, mais côté temps, nous aurons eu l'occasion, et pour je ne sais combien de temps encore, de prendre la mesure du temps qui passe, connaître par coeur chaque détail du plancher, chaque anfractuosité du mur d'en face. Le temps de voir les feuilles pousser sur les arbres, le temps comme le chantait Brel (Les Bonbons 68) d'écouter pousser nos cheveux. 

    Le temps, entre deux sessions de télétravail d'écouter de la musique, de découvrir de nouveaux sons. J'ai donc compilé cette playlist à partir de découvertes. Quelques noms connus, quels retours vers le futur, de l'electro, de l'ambiant, de l'abrasif, du gros rock à guitares, du punk, de la pop. Un peu de Hinds, un peu de Jehnny Beth, un peu de Black Bones, un peu de Magenta. La pop de Dimitri Von Büren. Les classieux Niki Niki, juste parce que j'aime bien un morceau sorti il y a deux ans. Des petits nouveaux, comme Deleo, bientôt en interview express ici-même. Et des sons apaisants, comme Romann, Alain Dorra ou Glass Museum. Le son abrasif de Dantec. Des guitares et du gros son, avec Lonely Old Boy, ToyBloïd ou les punks anglais de Smiling Assassin. Et pour conclure, l'electro swing de Lyre Le Temps. Bref, une vingtaine de titres, un peu en vrac (comme moi au bout d'un mois de confinement). 

    "De la musique avant toute chose" disait Verlaine. "Music was my first love" chantait John Miles. 

    Ouaip.

    Assez de baratin, musique maestro! 

    Catégories : Musiques, Playlists Lien permanent
  • Interview Express : GutGut

    Parfois quand le rock et la pop deviennent pompeux et chiants, ou trop autotunés, il faut quelques allumés pour lui redonner un goût différent, ce petit je ne sais quoi qui te transportes ailleurs, dans un autre dimension. Il y a eu Zappa, et son univers foutraque. Il y a eu les délires kobaïens de Christian Vander et Magma. Il y a aujourd'hui GutGut.

    Sans être un exégète de l'oeuvre magistrale du Grand Wazoo, que dire d'un groupe qui intitule son 4ème album, "Wazooland"? Un hasard, je ne crois pas. Ou bien le coronavirus m'a complètement cramé le cerveau et s'attaque en plus du goût et de l'odorat, à l'ouïe? Manquerait plus que ça. Mais pourquoi mentionner Magma et le kobaïen? Nous préciserons, à l'attention des plus jeunes, que le kobaïen est une langue imaginaire pratiquée par plusieurs générations de membres du groupe de fusion-jazz-rock-et-plein-d'autres-trucs, Magma. Pour les encore plus jeunes, c'est comme du Aya Nakamura (enfin, côté langue uniquement. On parle ici de musique, on est dans une maison sérieuse). J'espère juste que Markis Sarkis, enfin Serge, le leader de GutGut, qui a accepté de répondre à mes questions ne m'en voudra pas pour cette comparaison pour le moins audacieuse (et pédagogique. On est en confinement, bordel! Il faut être patients et pédagogues!!!!!!!!). GutGut chante une langue inconnue. C'est ça qui est cool. Musique volontairement singulière, mélange de rock, de consonances électro, de dissonances, melting pot musical. 

    Allez hop! Interview!

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent
  • Playlist de Printemps en temps de confinement

    Putain de coronavirus qui nous contraint au vivre ensemble avec distanciation sociale d'un côté et obligation de se serrer avec son prochain en vase clos. On ne va pas faire de blagues sur les risques encourus par chacun de nous alors qu'on en est qu'au 3ème jour, on en reparlera dans 15, 30 jours ou plus, une fois que minés par l'abus de pâtes et d'alcools, nous n'aurons qu'une seule envie, courir nus dans la rue en poussant des hurlements de bêtes sauvages. L'occasion pour certains de se poser la question qui tue : l'Homme est-il bon? La réponse étant naturellement, en période de confinement: Tout dépend du temps de cuisson. Et ce, une fois que les livreurs Deliveroo auront fait valoir massivement leur droit de retrait... Bref, on n'est pas bien. 

    Quoi qu'il en soit, autant profiter de cette occasion inédite et historique, pour nous cultiver. J'ai entamé personnellement le visionnage de l'oeuvre intégrale d'Ingmar Bergman. Au spleen de l'enfermement, on ajoute une couche de dépression existentielle. Que du bonheur... 

    Mais trêve de plaisanteries. je vous ai concocté une gentille playlist d'artistes indé qui méritent qu'on leur tende une oreille attentive. Après tout, une fois les enfants ligotés et baillonnés sur le balcon ou dans le placard pour s'accorder un moment de répit, l'heure est à la contemplation. [Disclaimer : en ces temps troublés où le second degré se perd, je tiens à préciser que ceci est un trait d'humour noir]

    Catégories : Découvertes, Musiques, Playlists Lien permanent
  • Maine in Havana - premier album à découvrir!

    Maine in Havana est un combo improbable, chanteur portoricain à la voix profonde, sonorités rock et blues, univers lorgnant du côté de Tom Waits et Nick Cave. Et tout ceci du côté de Montpellier. Le groupe sort son premier album le 13 mars prochain, album auto-produit. J'ai eu la chance de l'écouter, ça envoie, c'est prenant.

    Un avant-goût ici:


    Maine in Havana, distribué par MAD/PIAS, dans les bacs le 14 mars. Release party (à Montpellier) le 14 mars

    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent
  • Interview Express : Riff Tonic

    Attention gros son! Et belles références : Nine Inch Nails, Foo Fighters, Placebo. Bref, du rock, lourd avec incursions electro. Riff Tonic est né à Nice en 2017. Après un trip au Japon en 2018, le groupe part à la conquête de la France avec un EP de 5 titres, Andromeda.

    Un premier EP intégralement auto-produit auquel le groupe a consacré toute son énergie (et ses finances, me précise Vincent, le chanteur). "Nous l'avons intitulé Andromeda entre autres pour faire un parallèle entre le futur phénomène cosmique de collision avec la Voie Lactée (qui interviendra dans 4 milliards d'années... on est larges) et les différents univers musicaux que l'on essaie de mêler dans nos compositions (rock, electro, trip hop...), et enfin avec les confrontations à toutes échelles (guerres, relations humaines, amoureuses...). En bref, un parallèle entre le macro et le micro". Au moins c'est clair! 

    Le groupe ajoute cette note importante qui permet de donner toute sa dimension cosmique à l'ensemble. "De plus, il semblerait que lors de leur collision, Andromeda et Milky Way fusionneront et donneront naissance à une nouvelle galaxie, Milkomeda. Et c'est ce que l'on essaie humblement de faire dans notre musique, de mêler des influences différentes pour créer notre son". CQFD. 

    Pour en savoir plus, j'ai donc soumis, Vincent (chant), Inès (basse), Dorian (guitare), Pascal (batterie) et Lionel (technicien son) à l'interview express. 

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent