Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rock - Page 3

  • Playlist de Printemps #2

    L'heure est grave. L'épidémiologiste en chef va causer à 20h00. On saura à quelle sauce on sera mangés et quelle sera la température de cuisson. On essaie de se marrer, avec le petit rictus crispé. Et je coupe le son, et je remets le son. Et je stoppe & go... Si tu avances quand je recule... Non. Stop. Je m'égare. Je remets le son. On va tous mourir un jour ou l'autre. Et parfois même en bonne santé. Et vaccinés. Nickel!!

    Il est donc grand temps de regarder du bon côté de la vie (Always look on the bright side of life, comme l'ont chanté les Monty Pythons). De la musique avant toute chose, disait ce bon vieux Verlaine, dans ses périodes où la langueur des violons de l'automne ne blessaient pas son petit coeur fragile. de la pop, du rock, du brutal, du délicat. De tout. Plus d'1h30 de musique.

    Profitez! Enjoy!

    Catégories : Musiques, Playlists Lien permanent
  • REPS, rock hargneux

    REPS, c'est du rock qui mord. Deux guitares, un sax. Lyrics en français. Esprit punk rock. Ils ont sorti un album en octobre dernier. Il fallait en parler. Le genre de rock agressif qui va bien. Va falloir m'envoyer l'album les gars, histoire que je développe!! Premier single en guise d'apéro, I want more (comme dirait Iggy)!!


    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent
  • Playlist de Printemps

    Et hop, nouvelle playlist, pleine de choses indé bien sympa. De la pop, du rock et un zeste de punk et de metal pour faire bonne mesure. Une playlist élaborée au gré des découvertes, des rencontres. Je dois avouer être agréablement surpris par le dynamisme de la scène musicale rock et pop française. Tellement loin de ce que l'on nous sert aux Victoires de la Musique, ou de ce que les plateformes algorithmiques nous servent comme découvertes du moment. Et une nouvelle fois, un gros coup de chapeau (ça fait même pas boomer cette formule, quelque chose d'encore plus ancien...) à tous ces artistes, auteurs, compositeurs, en groupe ou en solo, qui continuent de composer et de créer des pépites à côté des quelles il serait dommage de passer. Ouvrez vos chakras, une fois de plus, et laissez vous embarquer.

    Catégories : Musiques, Playlists Lien permanent
  • Interview Express : Digital Resistance

    Universitaires, anarchistes de gauche, c'est en ces quelques mots que se définit Digital Resistance, le trio formé par Ana Kee, Wolf et Psy. Un groupe formé en mai 2019, mélange de PJ Harvey, Idles, RATM, poing levé et volonté de faire bouger les choses. Le son est agressif, les riffs lourds, la tension palpable. Digital Resistance n'est pas là pour rigoler. 

    Ana Kee, Psy et Wolf entretiennent une solide amitié, ils sont en phase sur les questions de droits de l'homme et de justice sociale. La musique est le vecteurs de leurs messages de résistance. Leur premier album, Alternative Facts, parle de justice sociale, de corruption, d'oppression, d'oligarchie, de fascisme.

    Pas de batteur dans le groupe, on sait depuis Spinal Tap que ce poste est toujours compliqué à gérer dans un groupe... Ana a dû s'y coller et se mettre derrière les futs pour l'album. Pendant ce temps, Psy dégaine les riffs, et Wolf assure la rythmique de plomb. 

    Je suis tombé sur eux un peu par hasard pendant le premier confinement, j'ai bien aimé leur côté énervé. Car il y avait de la matière pour. Et c'est pas fini. Autant dire que la voie est libre pour Digital Resistance!

    Ana et Psy ont répondu aux questions de l'interview express, Wolf avait trop de boulot. Évidemment les questions sont légères au regard de l'engagement politique du groupe. Mais il y a chez eux une immense sincérité. On a envie de les rencontrer IRL, de boire une bière et de discuter jusqu'au bout de la nuit. Et puis on les laisse brancher les amplis. Et mettre le son sur 11.

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent
  • Interview Express : Daniel Paboeuf

    Daniel Paboeuf, qu'il le veuille ou non, est culte. Évidemment, dit comme ça, ça vous pose un homme. Le béotien, s'interroge et se gratte le sommet du crâne. Mais de quoi qu'on cause? Rien moins que d'un des piliers de la scène rennaise, et d'une composante du son rennais. Marquis de Sade, Daho, Dominic Sonic, Niagara... Rennes, quoi. ce n'est pas rien que d'avoir inscrit une ville sur la carte du rock français, dans un pays longtemps condamné à la variété. Et qui y retombe régulièrement. On pourra débattre des heures de ce distinguo qui scinde les musiques populaires en deux clans. Ce que j'aime et ce que les gens écoutent achètent. Soyons plus subtil, les gens, c'est vague. Ce qui se vend en tête de gondole dans les supermarchés et qui doit selon toute vraisemblance cartonner en nombre d'heures d'écoute sur les plateformes de streaming. Et qui passe le dimanche soir chez Delahousse... Le rock a eu sa place à la télé. A long time ago. Depuis, il y a un peu de tout, et de la daube, beaucoup. Enfin, des choses que je n'apprécie pas. Mais comme j'ai coutume à le répéter, à chacun son sale goût. Soyons positifs, soyons underground, soyons passionné et parlons de passionnés. 

    Flashback eighties, Marquis de Sade et ce son unique. À l'architecture duquel les sax de Paboeuf et Herpin ont largement contribué. Marquis de sade, une signature unique dans le paysage. Jamais égalé (là c'est le fan qui parle, avec toute la mauvaise foi et l'enthousiasme dont seul le fan peut faire preuve). Daniel Paboeuf a oeuvré dans différentes formations après le split du Marquis. Anches do too cool, Sax Pustuls notamment. On le retrouve derrière Daho, Niagara, Dominique A (nantais. Mais bon, depuis que Nantes a hissé le gwen ha du, ce n'est plus un sujet)... On murmure d'autres noms, Alain Chamfort, Françoise Hardy, Roland S Howard (ex-Birthday Party), du beau linge comme on dit. Du classieux.

    Daniel Paboeuf sort un album, "Ashes ?", en février prochain. Un petit bijou post-punk au son parfois âpre. Il y donne de la voix. Et bien sûr laisse une large part à son sax, sa signature sonore ne quelques sorte. Imagine-t-on le général de Gaulle sans son sax? Un album au climat unique. Qu'il faut apprécier comme un vieux whisky écossais bien tourbé (dont l'artiste est addict) le soir au coin du feu. C'est une musique qui s'écoute, pas une musique qu'on laisse dérouler façon lounge. 

    Interview express en attendant la sortie de l'album. On y parle de tout et de rien, de Lou Reed et des Osmond Brothers... et pas que.

    Crédit Photo : ©️ Laurent Guizard

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent