Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : tokyo

  • 16 ans...

    ... de mariage aujourd'hui. Et exceptionnellement je suis à Paris cette année. Bizarrement, par une sorte de hasard, chaque année, mon job me menait au bout du monde à la fin du mois de juin. Généralement Tokyo ou New York. Cette année, nada. Pas d'explication particulière. Allez comprendre... Cela dit, si les voyages au long cours restent le kif du kif absolu... Les vols de 6h55 pour une destination européenne riante comme Genève (lever 4h45...) et un retour dans la journée... Je ne sais pas pourquoi... Moins fun, non? :D 

    Lien permanent
  • Dans mon iPod ce weekend... Manowar

    Franchement, j'avais complètement occulté Manowar de ma mémoire. Des mecs vêtus de peaux de bêtes, du bon gros metal viril. L'ami @tomnever m'en a parlé il y a quelques jours autour d'un café. Manowar, le groupe le plus bruyant du monde, qui dépasse les 139 dB et qui de fait a du mal à se produire dans les contrées où la législation limite les bombardements soniques à 105 dB... Prenant mon courage à deux mains, verrouillant mes bouchons d'oreilles, je me suis plongé dans la discographie du groupe... Partageur je suis, vous en profitez aussi... Cet été, je me suis bien régalé de Def Leppard, Iron Maiden, Scorpions (période Tokyo Tapes)... Il me reste donc à replonger dans Hanoi Rocks, Twisted Sister et autres joyeusetés vintage... 

    Enjoy and rock on!

    Lien permanent
  • L'art du voyage

    J'ai voyagé. Longtemps. J'ai pris des avions, moyens ou long courrier. J'ai aimé l'odeur du kérosène des aéroports.

    L'aéroport, première invitation au voyage. J'ai aimé ce moment où, passé le stress de la préparation des bagages, tu te présentais à l'enregistrement, avec billet, bagages et passeport... Il y a toujours eu un avant voyage. L'idée du voyage, cette excitation née de la projection. Je vais partir. Puis venait le moment où il s'agissait de savoir ce qui était indispensable au voyage. Fringues, accessoires, appareils photo, livres, iPod, magazines... Singe en peluche. Oui, j'ai voyagé avec mon singe. J'en avais même fait un blog. Je le photographiais à Tokyo, Seoul, San Francisco ou New York.

    Mais revenons aux aéroports. Une fois les bagages enregistrés, se diriger le pas léger vers la salle d'embarquement, passer les contrôles, attendre, grignoter quelque croissant dans le lounge voyageur, prendre un café en regardant l'activité sur les pistes. Attendre encore. Monter à bord, s'installer pour 3, 5 ou 13 heures, de jour comme de nuit. Recréer une bulle, sentir les vibrations de moteurs, attacher sa ceinture, sentir dans son corps la pression du décollage, le rugissement des réacteurs. Se sentir libre.

    Dans le voyage, il y avait la parenthèse du vol. 33 000 pieds au dessus du monde, qui n'apparaissait plus que sur une carte, sur un petit écran couleur que l'on consultait de temps à autre. Le temps passé dans l'avion a toujours été une phase magique, celle où tu n'étais plus joignable, où tu étais dans les limbes, ni chez toi, ni encore là bas. Tu étais au dessus de l'océan. Tu sentais le froid de l'extérieur quand tu poses ta main sur le Plexiglas du hublot, ou sur la parois de la carlingue. Parfois, comme sur les vols Paris-Tokyo, un coup d'oeil à la carte t'apprenais que tu survolais le désert de Gobi. Il faisait nuit. La seule lumière visible était celle de l'extrémité de l'aile. Puis il y avait le petit matin, le soleil qui apparait au dessus des nuages. Tu avais mal dormi. Ou peu dormi. Il restait quelques heures en l'air. Puis, une fois le café et les toasts engloutis, on entamait la descente. On perçait la couche nuageuse. On apercevait des champs aux formes géométriques. On apercevait des toits. Le paysage s'agitait, on survolait les autoroutes bondées. Des pointes d'écume apparaissaient à la surface de l'océan, les sillages des bateaux, aussi.

    L'avion s'éveillait. Chacun rangeait son terrier. Pliait sa couverture. Remplissaiit maladroitement le formulaire de débarquement en se demandant toujours quelles cases il devait remplir.
    Impact des roues sur le sol, freinage, immobilisation de l'appareil. Arrivée au parking, personne ne se lèvait, mais tout le monde avait déjà allumé son téléphone, malgré les consignes.

    Débarquement, formalités, attente. Attente du coup de tampon sur le passeport, attente des bagages, attente jusqu'à la délivrance, les premiers pas en terre inconnue.

    La première fois est toujours la meilleure. C'est connu. Presque un cliché. Et pourtant.

    Je me rappelle de la première vision du skyline de Manhattan, avec les Twin Towers encore debout, assis sur la banquette défoncée d'un Yellow Cab hors d'âge. Je me rappelle de mes premiers pas sur le sol japonais, juste sorti du terminal d'arrivée de Narita, attendant le Limousine Bus pour rejoindre Tokyo. Exquise politesse du chauffeur, annonces dans une langue incompréhensible, caractères kanji... Je me rappelle avoir été littéralement "Lost in Translation", déboussolé, perdu dans un monde que j'aspirais à découvrir depuis des années. Je me rappelle de mes premiers pas à Istanbul, d'une arrivée nocturne, et de cette impression étrange de ne pas savoir où j'allais, pas plus que le chauffeur de taxi, d'ailleurs. Je me rappelle de Montréal, où je me suis senti tellement chez moi, au point de vouloir émigrer au Québec une fois rentré à Paris. Je me rappelle avoir quitté Tokyo pour aller visiter les temples de Nikko, avoir quitté Seoul pour découvrir la DMZ à la frontière qui sépare les Corées du Nord et du Sud. Je me rappelle les virées à Lan Kwai Fong, Kabuki-cho, Soho, la Route 66, la Highway One. Je me rappelle des motels du South Dakota ou de Floride, des routes américaines interminables lignes droites, parcourues au volant d'une Chevy ou d'un RV. Je me souviens des monts Sorak dans le brouillard à l'Est de la Corée. Je me souviens de la vallée du Dras et du Dadès, des tentes caïdales, de la vision du sable et des rochers.

    Voyages d'affaires, voyages plaisir, seul ou en famille. Voyages, quoi. Vous me manquez.

    Lien permanent
  • Bloc-note express N°182

    Même pas de tentative de déconnexion cette année. Même pas de série d'été. Ni kitscheries, ni madeleines. Quelques confessions anodines... Tiens... Une en passant, comme ça: j'ai été scout. J'en ai gardé la capacité d'allumer un feu, quelques caractères de code Morse et les paroles de Stewball.

    A part ça, rédaction estivale des Miscellanées du Web, sur iPad. Une bonne activité d'après-midi, à l'ombre, en écoutant les Tokyo Tapes de Scorpions, ou Manassas, ou Odd Future, ou Fleet Foxes, ou Miles Kane.

    J'ai cru pendant 300 pages que feu David Foster-Wallace avait la verve et la puissance d'un John Irving période Monde selon Garp. J'ai fini par lâcher l'affaire. "La Fonction du Balais" manque du souffle épique qui faisait la force du Garp.

    Retour à James Lee Burke, "Dernier Tram pour les Champs-Elysées". Du polar certes, mais quelle écriture! Quelles plongées dans les tréfonds de la société de Louisiane!

    Voila, c'est tout!

    Enjoy!


    Envoyé de mon iPhone

    Lien permanent
  • Bloc-note express N°147

    OMW to Besançon... Le Doubs le lundi matin, pourquoi pas.

    Remaniement. Fillon le retour. Euh, pourquoi pas. Comme disait Chirac, ça m'en touche une, etc. Au vrai chic parisien... Besson au numérique. Lefèvre au tourisme. Pour la parité et la sexy touch, il ne reste que Nkm. On fera avec.

    Je ne suis pas analyste politique. Je trouve étonnante cette réapparition d'Anne Sinclair. Interview, entrée au conseil d'administration du musée Picasso. Informations distillées ça et là. Est-ce le signe d'un début de retour de DSK sur la scène française ou des médias prenant leur désir pour réalité?

    J'ai lu successivement Jim Harrison et son "Odyssée américaine", James Lee Burke et sa "Pluie de Neon". Deux auteurs à la langue riche. Road movie pour l'un. Plongée dans l'atmosphère étouffante des bayous louisianais. Un pur dépaysement.

    Bande-son de la semaine: Jamaica, Scorpions (Tokyo Tapes -1978)

    Enjoy!

    Envoyé de mon iPhone

    Lien permanent