Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dance

  • Interview Express : Thérèse

    Thérèse est étonnante. Atypique dans le paysage des nouvelles chanteuses qui émergent. Il y a le look. Piercings et cheveux bicolores, tenues extravagantes et savamment étudiées. Un pur concept. Au même titre que Lady Gaga est un concept à part entière. Il y a ce premier morceau découvert au gré de pérégrinations sur Spotify ou d'un trip sur Instagram. Je ne sais plus. Ce titre, donc, T.OX.I.C., electro et groove, lyrics minimalistes. Un truc très accrocheur. Et ce second titre, porteur d'une revendication forte, Chinoise. Thérèse compile tous les clichés à propos des femmes asiatiques et les ventile façon puzzle. Pas de revendication identitaire, juste un coup de gueule salutaire. Avec quelques clins d'oeil à l'actualité. Nous avons brièvement échangé, j'ai trouvé son univers intéressant, et lui ai proposé de répondre à l'interview express. Elle s'est livrée à l'exercice avec humour et érudition. On y parle de Rihanna, de Thom Yorke, d'Haruki Murakami, d'Edouard Baer et de William Sheller. Thérèse sort un EP. 6 titres (dont les deux précédemment cités), un petit bijou qu'il faut mettre très fort, juste histoire de se laisser embarquer, de laisser vibrer son corps. 

    Crédit photo : ©️ Thomas Daeffler

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent
  • Playlist d'été #2

    Alors, le live c'est pour quand? Putain de virus!!!! Il faut le dire haut et fort, on s'emmerde!!! Même au coeur de l'été. Le rosé piscine en terrasse a son charme, certes. Le mojito aussi. Mais on ne peut s'empêcher de penser à la vie d'avant. Quatre mois sans concerts. Yarglllll! En évoquant ce point, je ne parle pas que de mon plaisir de simple spectateur headbanger. J'englobe tous les acteurs de l'écosystème, musiciens, techniciens, exploitants de salles... Les hommes en gris sous les ors de la République mouillent rarement la chemise dans les walls of death. Quand ils parlent de musique, on est toujours partagé entre consternation totale et désespoir profond.

    En attendant des jours meilleurs et la réinvention d'une façon de vivre la musique collectivement, il faut soutenir les artistes. Deuxième playlist d'été, qui s'aventure dans de multiples directions une fois de plus. Sauf celle de la facilité et des terrains balisés des valeurs-refuge, les trucs qui se vendent au kilo dans les supermarchés ou sont systématiquement mis en avant par les algorithmes paresseux, les rarissimes émissions de variétoche, cette spécificité française et les radios formatées aux audiences déclinantes.

    Voici donc une playlist, qui, selon une formule éprouvée ici-même part dans tous les sens avec un point de cohérence quand même, le pratiquement 100% indé. Premiers EP, premiers albums. Climats planants, éthérés ou plus lourds. Paroles mutines, féministes, en français ou en anglais et même en malgache. Rock, pop, electro, metal, un mélange qui cherche à surprendre. Une playlist peut s'écouter en mode aléatoire, à une seule condition : avoir ses chakras bien ouverts. Car là réside la magie de la musique : accepter de se laisser embarquer, sans a priori. Le meilleur remède contre la morosité et les nouvelles anxiogènes.

    Passez un bel été! Enjoy!

    Catégories : Musiques, Playlists Lien permanent