Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bowie

  • Ce que nous rapelle Bowie

    Saleté de Twitter dont la timeline commence à ressembler à une rubrique nécro permanente avec pleurs, grincements de dents et compassion obligatoire pour les chers disparus... Saletés de médias dont la teneur éditoriale commence à ressembler à une nécro permanente, etc... Saleté de gens qui se sentent obligés d'y aller de leur larmichette et de s'émouvoir dès qu'une célébrité est arrachée à l'affection des siens... Bref, pleurs et cris. Mine de rien, il y a un petit côté Corée du Nord dans ces torrents de larmes trop massifs pour être vraiment honnêtes. Quelque chose de finalement ultra conformiste. Un mort, des larmes. Automatisme.

    Certains se sont émus de cette compassion permanente, laissant entendre que tout de même, France Inter (entre autres) n'aurait pas du accorder tant de temps d'antenne à l'évocation de la mort de David Bowie... Certes.

    Mais, et ce faisant je prêche pour ma paroisse, la disparition, la mort d'une icône comme Bowie m'a stupéfié. Le genre de nouvelle qui tombe de façon imprévue au petit matin. Alors que l'artiste vient de sortir un album, dont il faut reconnaître qu'il est, en toute objectivité, plus que décent, car finalement conforme à l'idée qu'un fan de rock puisse se faire des capacités créatives d'un artiste connu pour sa capacité à prendre son public à contrepied. Pour le béotien, pour le novice, pour celui qui se fout du rock ou de la pop, la mort de l'artiste glissera comme l'eau sur les plumes du canard (qui est toujours vivant, vieille blague issue des tréfonds des 60s). Quoi qu'il en soit, le constat est là, l'artiste n'est plus et, là aussi, il faut le reconnaître, il a réussi sa sortie. Album (Blackstar), clip (Lazarus), ultimes photos, pas de cérémonie. Pas d'images de déchéance. L'élégance jusqu'aux derniers instants, une maîtrise absolue de la communication et du timing. Parfait. 

    A ceux qui pensent qu'on en aurait trop fait, on peut opposer l'idée que Bowie représente une carrière de presque 50  années, avec des pics créatifs, des bas, et au final, consistance, densité et une véritable oeuvre, musicale et visuelle. A l'heure de l'éphémère, de la star jetable, on sent poindre dans les esprits une sorte de nostalgie d'un temps où une carrière artistique se construisait dans la durée. Il y a toujours eu des gloires éphémères, des "one hit wonder". Bowie aurait pu en être. Ses biographes racontent que Space Oddity aurait pu n'être qu'un passage fulgurant dans le paysage encombré de la pop anglaise des 60s. Mais l'artiste avait de la ressource. C'est peut-être ça qui a fait la différence, la vision, l'instinct, le génie... Créer, tenter, inventer, explorer, et avoir le sens inné de la communication. S'exposer, disparaître, revenir. Les réincarnations de Bowie sont multiples. A chaque étape, un nouveau public. Jusqu'à devenir culte. Et durer dans le temps. Chacun a son Bowie. Son expérience personnelle. Unique. Ceux qui sont plus Ziggy, ceux qui sont Thin White Duke, ceux qui ont adhéré à Bowie période Let's dance/Prédateurs/Furyo. C'est probablement ça que l'on va pleurer dans cette époque incertaine. Va-t-on pleurer les One Direction dans 50 ans? Une fois que le dernier membre vivant aura tiré sa révérence? J'ai comme un doute. Pleurerai-je Ty Segall? Kurt Vile? Thom Yorke? Pharrell? J'ai un doute aussi. D'abord, je pars d'un postulat absurde, celui d'être encore suffisamment lucide et pas encore assez liquide pour écouter encore du rock à l'âge canonique de 101 ans... La surdité aidant, je plains les voisins de cimetière... On verra.

    J'ai tout de même une conviction un peu étrange que les années qui viennent vont être celles où les baby boomers vont voir leurs héros d'adolescence et ceux qui ont fait la bande-son de leurs années de jeunesse éternelle, tirer leur révérence les uns après les autres. Ceux qui ne sont pas morts à 27 ans d'une OD vont tranquillement mourir du cancer, dans leur lit, normalement. Normalement. Même pas coincés dans leurs toilettes comme le King. Ils vont mourir vieux. Comme nous. C'en est flippant. D'autant plus que ces mêmes stars vieillissantes continuent de remplir les salles et les stades. En mode nostalgie. Comme si le monde du rock n'était finalement plus que le musée Grévin. 

    Alors que faire? Aller dans les petites salles, tenter de déceler les pépites, se faire plaisir, donner leur chance à des inconnus, se foutre de la pérennité, ne pas suivre la masse, écouter, sentir la vibe, et toujours mettre les curseurs sur 11... 

    Et chanter Ziggy Stardust, China Girl, Starman et Heroes sous la douche, ou au volant. 

    Jusqu'au prochain. 

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Jeanne Added, c'est cool

    J'ai découvert Jeanne Added récemment je l'avoue, et l'ai vue sur scène en interprète de Bowie chez Decouflé. Voix puissante, look qui me rappelle Anne Clark. Et belle musique. Que demande le peuple. La voici en Deezer Session. Un régal.


    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend...

    Et la Nouvelle Star et Bertolt Brecht se rencontrèrent, un soir de mai... Improbable... Et pourtant, l'un des candidats à la moulinette télévisuelle chanta Alabama Song... Un truc qui traverse les époques... Dans l'ordre, la version originale, celle de Lotte Lenya (Madame Brecht), The Doors, David Bowie, Marylin Manson, et David Johansen (ex-New York Dolls...)... Un paquet de déglingués du rock fascinés par le trash, le cabaret, Berlin...

     

     

     

     

     

     

    Enjoy!

     

     

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Rock'n'roll suicide...

    medium_Liberation_logo.jpgLes personnels de Libé appellent à la grève... La deuxième de l'année. Pour un titre dont on s'interroge chaque jour sur la survie, le jeu de la grève (et de la non-parution?) est un jeu dangereux...Le lecteur, même le plus fidèle, même le plus ancien, même celui dont le passage de l'adolescence à l'âge adulte a été accompagné par Libé, va se lasser de ne pas trouver son produit en kiosque, dans sa boîte aux lettres ou sur son paillasson. 
    La presse écrite est en crise, on le sait, on l'a lu partout. Le passage au numérique, les mutations profondes des modes de consommation de l'information, la mobilité, sont autant de facteurs qui fragilisent les titres de presse. Mais cette évolution de l'environnement est inéluctable. Dans cemedium_Pacadis.jpg grand "Marche ou Crève", il serait dommage que l'option 2 soit choisie.
    Autant s'adapter, même si prix à payer est élevé. 
    A moins d'avoir fait le choix du suicide, qui même rock'n'roll, dans la grande tradition Libé tendance Pacadis, laisserait comme un goût amer de jusqu'au-boutisme idéologique et de déni des réalités de l'économie de marché.
     
     





    Lien permanent 3 commentaires