Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musiques

  • Interview Express : Bertrand Betsch

    Bertrand Betsch est un artiste rare. Le genre qui distille ses albums au fil du temps sans faire de bruit. Artisan et esthète. La passion du travail bien fait, ciselé, précis. Les albums sont façonnés avec amour des mots et de la mélodie. Une fois qu'on a dit ça qu'ajouter. Déjà partir à la découverte de Bertrand Betsch. Poser l'album sur sa platine. je précise qu'on est dans la métaphore, les cédés sont acceptés, le streaming aussi (même si on peut discuter des heures de la répartition de la rémunération, mais là n'est pas le débat icitte pour le moment). On est là pour parler du dernier album de Bertrand Betsch, La Traversée. Il y a eu opération de crowdfunding sur Ulule. Il y a quelque chose d'excitant dans cette participation du public au financement de l'oeuvre de l'artiste. Un sentiment de proximité. Une relation de confiance. J'avais vu Bertrand sur scène vers 2015 lors de la sortie de "La nuit nous appartient". Artiste attachant. "La Traversée" est sorti pendant le confinement. L'album a fait partie de la bande-son de cette période si singulière, qui va laisser en chacun de nous des traces indélébiles. 

    J'ai contacté Bertrand pour lui proposer l'interview express. Ses réponses sont à l'image du personnage. Tout en réserve, en humour "tongue in cheek" et en profondeur. 

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent
  • Premier single de Marquis : European Psycho

    Quelle journée. Alors qu'on nous casse les tex, qu'on nous couvrefeute, qu'on est au bord du nervousse breakdown, 3 bonnes nouvelles dans une même matinée!! Jugez par vous mêmes:

    Un nouvel album du Boss, "Letter to You".

    Un nouvel album de The Slow Readers Club, "91 days in Isolation".

    Et enfin, le premier single de Marquis, "European Psycho". 

    Comme le chantait REM "It's the end of the world as we know it and I feel fine!"


    Catégories : Musiques Lien permanent
  • Interview Express : Sergeï Papail (Frakture)

    Rennes. Dans l'imaginaire d'un fondu de rock, la ville occupe une place à part. Rennes, c'est, en vrac et sans hiérarchie, les Transmusicales, Marquis de Sade, Daho, Dominic Sonic, Les Nus, Niagara, Marc Seberg, Frakture... Multiples styles. Avec une tendance à explorer des univers musicaux riches et souvent référencés et érudits. DEs artistes, des groupes qui ont positionné Rennes sur la carte du rock en France. Dans un pays pour qui le rock n'est pas une évidence et que se complait à entretenir le distinguo entre musiques bruyantes et variété inoffensive. 

    Frakture est l'une des pierres angulaires du rock rennais. Issu du punk. Né en cette période cruciale où le rock s'est réinventé, punk, new wave. Inventivité, et climats sombres. Certains membres fondateurs seront à l'origine de Marquis de Sade. Le groupe splittera dans les années 80 pour se reformer au début des années 2000. Tout le paradoxe de Frakture : avoir toujours été là dans l'imaginaire de ceux qui savent. Et concrétiser son existence discographique presque 30 ans après ses premiers pas. "So Blind To See", sort en 2020. Et on le déguste sans nostalgie aucune, comme une pure nouveauté. 

    Je suis allé à la rencontre de Sergeï Papail, âme du groupe. Je l'avais vu sur la scène du Liberté à Rennes, avec Marquis de Sade, en septembre 2017, lors du concert de renaissance. Un rappel d'anthologie, White Light, White Heat, cover du Velvet. Il répond aujourd'hui à l'interview express, une interview où l'on découvre la palette large de ses références culturelles. C'est ça le rock rennais. Une musique et des paroles sophistiquées. Et au final, un album envoutant et intemporel. Il n'y a plus qu'à prendre son mal en patience pour découvrir Frakture sur scène. 

    Credit Photo ©️ Jo Pinto Maia

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent
  • Playlist d'Automne #1

    Une petite playlist gentiment énervée pour accompagner le début d'automne. Bien sûr, il y a les soirées chill, devant la cheminée, avec musique lounge, quelques alcools ou nectars précieux, éventuellement nus sur une peau d'ours... Bon, ça frise le cliché. Il y a aussi les soirées énervées, quasi-clandestines, pour tenter de faire face à la sinistrose qui gagne, à force d'oukases et d'infantilisation. Et pour icelles, il faut du gros son, de la musique bien vénère avec de grosses guitares, de la revendication (ou pas), et surtout cette énergie dévastatrice. Up to 11, pour reprendre la réplique mythique de Spinal Tap. La première playlist d'automne est rock, metal, punk, avec tout de même un joli zeste de pop pour l'alchimie. Et toujours indé. 

    Enjoy!

    Lire la suite

    Catégories : Musiques, Playlists Lien permanent
  • Interview Express : Toybloïd

    On a fait l'interview pendant le confinement. Il n'y avait pas d'urgence à la publier, la sortie de l'album ayant été repoussée en octobre. En des temps meilleurs. Force est de constater que ça ne s'est pas amélioré. Mais l'album de Toybloïd est sorti. Enfin. Du bon rock très énervé. Je serais tenté de dire que dans les circonstances actuelles où l'on commence à en avoir ras le masque à force d'infantilisation poussée à l'extrême, de navigation à vue, de sachants qui ne sachent plus rien (NDLR : Précision à l'attention des grammar nazis : il s'agit d'un barbarisme volontaire. Sale époque où l'on doit même expliquer les vannes) mais se damneraient à coup d'éléments de langage plutôt que d'avouer la zone d'incertitude dans laquelle ils évoluent. Et ne parlons pas des complotistes de tous poils, preuve vivante du fait que l'accès à la connaissance grâce aux Internets a donné naissance à une génération de cramés du bulbe. Tout ça pour dire qu'il nous faut du rock, du gros son, de l'énergie brute pour faire trembler nos carcasses avant qu'elles pourrissent sur pied dans l'ennui des soirée confinées après des journées passées sur Zoom. Toybloïd c'est du pur punk rock à la façon des Donnas. On aurait envie de découvrir les titres en live. On a attendu 6 mois supplémentaires pour avoir l'album. On patientera encore un peu. Lou, Madeleine et Grégou ont répondu aux questions de l'interview express. Biberonnés à Sum 41, aux Pixies, aux L7, ils aiment ce rock speed et sans complexe. Comme ils le disent eux-mêmes, Toybloïd, c'est du rouge à lèvres parfumé à la Kro. On a carrément envie d'y goûter!!!

     

    Crédit photo ©️ Eva Quillec

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent