Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

republik

  • Republik en marche...

    Et Frank Darcel sortit le second album de Republik, Exotica. Il y a quelques semaines. Plus apaisé, plus de ballades. Toujours dans cette tonalité post punk aujourd'hui intemporelle. J'ai soutenu le projet sur KissKissBankBank. Comme j'avais soutenu le premier album. Parce que Darcel, c'est Marquis de Sade. Et que MdS c'est sacré. Nous sommes tous des jeunes gens modernes. Ca va finir par faire cliché de le répéter sans cesse. Mais il faut rester fidèle à ses années d'adolescence. C'est comme ça. Aujourd'hui, je fouine dans les bacs des disquaires à la recherche des pépites vinyl parues entre 1978 et 1982. Chacun ses obsessions. Tout en ayant la tête en 2017. Sans nostalgie aucune.

    Que dire de Republik version 2017? Un line-up épuré, avec toujours Stéphane Kerihuel à la guitare, avec son look à jouer dans le Seigneur des Anneaux. Et Robin Poligné aux claviers (et aux backing vocals sur scène). Sortir deux albums en l'espace de 18 mois, bel effort, de quoi bâtir un univers complet. Un album qui vagabonde  et révèle la sensibilité de parolier de Frank Darcel. "En ce jour on ressent", ballade nostalgique portée par quelques notes de clavier entêtantes. "Elle dit", ses mots simples surfant sur une grosse ligne de basse. "Tu seras mon ombre" et ses guitares torturées. Un album faussement apaisé, traversé de fulgurances rock, comme "I wanna be your car" et la guitare puissante de Dominic Sonic. Un album qu'il faut s'approprier, un album attachant.

    A voir sur scène.

    republik,marquis de sade,frank darcel,post punk,rennes,marie et les garçons,patrick vidal,a boy called vidalLe Petit bain, un jeudi soir. Température extérieure sublime. Ensoleillement maximal. Les parisiennes boivent du rosé et des mojitos en trainant leurs Stan Smith en bord de Seine, au pied de la Bibliothèque François Mitterrand. A Boy Called Vidal ouvre le feu. Patrick Vidal, annonce la couleur, la soirée est consacrée à des reprises de Marie et les Garçons, son combo légendaire - qui a fait le festival de Mont de Marsan. Un des piliers du punk français. On a toujours peur de ces reformations, pas toujours heureuses, quand d'anciens jeunes tentent quarante ans plus tard de réveiller la bête... Divine surprise. A Boy Called Vidal, c'est un son rock, sec, âpre, minimaliste, comme on l'aimait chez Graham Parker, Joe Jackson ou Elvis Costello. Le répertoire de Marie et les Garçons n'a pas pris une ride. Re-Bop, Deux sur la banquette, pourraient avoir été écrits hier. Et chantés par La Femme. Adhésion totale! Et final du concert sur reprise du Velvet, Candy Says. 

    republik,marquis de sade,frank darcel,post punk,rennes,marie et les garçons,patrick vidal,a boy called vidalPause bière.

    Republik sur scène. Frank Darcel, l'air grave. C'est lui le boss. Attaque très rock. Gros son. Tous les titres des deux albums sont dopés à la testostérone et aux grosses guitares. Son puissant et compact. Le combo est rodé. Avec LE guitar hero habité, Stéphane Kerihuel, rock'n'roll attitude version druidique. Hendrix dans le Mordor. L'ingrédient hallucinant et halluciné de Republik. Fascinant. La voix de Franck Darcel, parfois sourde, est portée par les backing vocals de Robin Poligné. Belle combinaison qui donne un relief nouveaux aux titres du groupe. Sons électroniques torturés. Sequencers. Incursions electro. Republik est un groupe de son temps. Enorme "Ich bin schmutzig" pour finir. 

    Nuit sur Paris.

    Next step, Marquis de Sade en concert à Rennes en septembre.

     

    Republik - Exotica (LADTK - dans les bacs depuis fin mars 2017) 

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Republik, Ich bin schmutzig

    Des guitares sombres, un texte en allemand, des notes de sax, dissonantes. Je fouille ma mémoire. Un groupe breton, une esthétique noir et blanc. Les jeunes gens modernes sont de retour... Et ils aiment toujours leurs mamans, ajouterait le lecteur d'Actuel. Le divin marquis rennais serait-il de retour? Ça serait trop simple et réducteur de ne vivre que sur la nostalgie des 80s. Republik est un groupe de son temps, totalement ancré dans le siècle.

    Mais quand Frank Darcel sur l'excellent album de Republik, Elements, fait appel par petites touches, à la fine fleur de la new wave newyorkaise, Tina Weymouth par-ci, James Chance par-là, on jubile. Les éternels jeunes gens modernes sont chics. 

    "Ich bin schmutzig" chante Republik. Darcel fronce le sourcil, l'air grave. L'époque est sinistre. Sale. Autant s'y faire. Le son du sax de James Chance transperce l'espace. Finie la mollesse, fini le confort sonore, la soupe émolliente qu'on nous sert en tous lieux. Il est temps de se réveiller.

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend... Republik

    Une bonne nouvelle, la meilleure réincarnation d'un groupe mythique de la scène rennaise, Marquis de Sade. En l'occurence, Republik. A la guitare, Franck Darcel, qu'on croyait rangé des médiators, qu'on avait pisté romancier, candidat MoDem... Et qu'on retrouve en pleine forme, entouré de djeunz. Un combo avec guitares mordantes et une voix qui rappelle celle de Philippe Pascal... (à écouter ici)

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire