Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

electro

  • Festivals d'été

    Les Queens of the Stone Age en fond sonore, suffisamment fort. Car comme disait ce vieux Lemmy, If it's too loud, you're too old. En position pas du lotus, mais pas loin, genre, je me prépare psychologiquement à la deuxième journée de Rock en Seine, un rendez-vous annuel depuis presque dix ans. Le moment qui permet de clôturer l'été et de s'engager tranquillement dans les jours qui raccourcissent, le ciel qui se pose tel un couvercle, la flotte, l'automne, l'hiver et tout le toutim... Villains, un nouvel album des QOTSA, de fort bon aloi. 

    Et Josh Homme n'est même pas à Rock en Seine cette année! Damn'it. On s'était habitué à l'y voir quasiment tous les ans. 

    Mais y'avait quoi cette année?

    Faisons un flashback. Car avant Rock en Seine, il y a eu la Route du Rock. Une semaine d'écart entre les deux festivals cette année. Il faut tenir! Deux fois trois jours, en alignant les bières, les galettes-saucisses ou les frites-kebab. C'est un sacerdoce le rock'n'roll!! Les pieds dans les Converse, le bermuda avec les poches suffisamment larges pour contenir le gobelet, le larfeuille, le portable, la cape Arte (vestige d'un festival breton) en cas de pluie, la casquette NY Yankees en cas de soleil, les Wayfarer noires par tous les temps, les bouchons d'oreille (au cas où Zaz, Vianney et Christophe Maé viendraient faire un featuring)... Ca ne s'improvise pas un festival. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, Musiques 0 commentaire
  • La Féline un jeudi soir

    Le dilemme du titre de l'article est entier. Il serait tellement simple de faire un jeu de mot pourri et évident du genre "La Féline sort ses griffes". Ou "J'ai ronronné de plaisir au concert de La Féline". En même temps ça serait plus simple. Mais l'évidence n'est pas une solution... Et là, je sèche. Nom d'une boule de poils. Je vais voir La Féline à la Maroquinerie, et je dois juste titrer "La féline à la Maro" parce que je ne trouve pas la punchline qui tue, le truc à la Libé des années d'il y a longtemps quand le machin n'avait pas été essoré par ses propriétaires successifs. Bref. 

    Quand je pense Féline, je pense s'abord à un album des mythiques Stranglers. La Féline n'a rien à voir avec les dark étrangleurs britanniques, mais Feline était un album... Les mots me manquent pour évoquer les impressions ressenties à la première écoute a long long time ago in a far away galaxy. J'ai la flemme de chercher la formule. Je reproduis juste les premiers vers de European Female :

    "I knew she was a feline

    She moved with ease and grace

    Her green eyes they held mystery

    No emotion on her face

    She speaks her lips are kissing

    The air around her face

    I don't always understand her

    But I love her air and grace"

    Feline, Féline. A part ça, je n'ai pas pu voir - de loin - si les yeux d'Agnès Gayraud, chanteuse, auteuse, compositeuse, rockeuse était verts. [NDLR : je sais, on ne dit pas compositeuse. Ni auteuse d'ailleurs. Mais pour la rime et une vague tentative d'allitération approximative, il faut tout tenter. Ce n'est pas pire que les lyrics de Nicolas Sirkis. Ceci n'ayant rien à voir avec cela. Je parle de moi. Pas de l'écriture de La Féline].

    Revenons à la Féline, un jeudi soir à la Maroquinerie. J'étais - il y a de cela quelques temps déjà - tombé en arrêt à la première écoute d'Adieu l'enfance, le premier titre de La Féline qu'il m'avait été donné d'écouter. Electro jolie. Voix pure. Je débarque à la Maroquinerie sans avoir écouté une note du nouvel album. Intitulé "Triomphe". Carrément. Le son est puissant. La basse est ronde et élastique, le sax prend parfois des accents free jazz. C'est une belle pop qui porte une belle écriture. Magie. Je suis fan. Il fait chaud. Personne ne se met nu. Malgré les injonctions mutines de La Féline. La Fender se désaccorde. Le français peut être mis en musique électrique. On en a la preuve. 

    Pour découvrir La Féline 

     

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire
  • Tele Music, 50 ans de French Touch

    Obscur... Etrange... Cryptique... Qui sait? Un truc d'initiés en tous cas. Recevoir un pavé de 500 pages, un beau livre qui parle de musique. De musiciens. De musiciens français qui plus est, qui pendant 50 ans ont distillé leurs sons dans notre inconscient. Sans que nous en ayions conscience. Du moins le grand public. Mais ceux qui savent, eux, jubilent en silence, rient dans leur barbe de hipster. Tele Music... En toute objectivité, je n'en avais jamais entendu parler. Alors imaginez... Se retrouver devant le pavé de 500 pages, plein de textes et d'images. Encore plus impressionnant qu'un numéro de Tsugi, quand vous réalisez que 97,5% de la musique qui vous est présentée vous est totalement étrangère... En se plongeant dans l'opus, on découvre des noms familiers, Pierre Bachelet, Gabriel Yared. En écoutant la bande-son, on découvre des mélodies familières, le générique du Loto. Etonnant, non? comme l'aurait dit Monsieur Cyclopède. 

    Tele Music, librairie musicale, label, a fourni la bande-son de pubs, d'émissions de télé, a même glissé des sons dans le Top of the Pops anglais, les charts américains. Pop, électro, disco, du milieu des années 60 à nos jours, une bande de fêlés de son a oeuvré dans l'ombre. Plus ou moins. 

    "Tele Music / Une anthologie" est un hommage. Un pur ouvrage de passionnés pour passionnés. Mais pas uniquement. Il y a des découvertes, comme cette passion de Tele Music pour les bandes originales de films érotiques (tous les grands classiques des années 70 comme Exhibition). Il y a les environnements sonores d'événements historico-télévisuels, on se souvient de l'apparition du visage pixelisé du vainqueur du 10 mai 1981... sans oublier l'indicatif historique de France Info. 

    Mais Tele Music, ça s'écoute avant tout, pour mieux en apprécier la lecture. Juste pour se rendre compte que Tele Music, c'est la French Touch avant l'heure.


    "Tele Music / Une anthologie" - Editions Sforzando

     

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Un peu de New Order nouveau...

    Qui ne détonnera pas dans la playlist du groupe... 

    Premier titre de l'album à venir... Ni indécent, ni révolutionnaire. New Order nous emporte en terrain connu.


    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • J'écoute quasiment en boucle Jeanne Added

    J'ai reçu il y a quelque temps déjà le premier album de Jeanne Added. Qui tombera dans les bac le 1er juin prochain. Son titre: Be sensational. Tout un programme.

    Je pense à Anne Clark, à Owlle, entre autres. Les climats sont électroniques. L'album défile, lancinant, fascinant, fort. On arrive au bout, on le rejoue, juste pour le plaisir de se laisser embarquer. 

    Je l'ai vue sur scène dans le spectacle de Decouflé consacré à Bowie, elle n'était pas dans son répertoire et pourtant elle l'habitait. Jeanne Added a cette capacité de vous entrainer dans un monde à part. La voix est puissante, envoutante, shamanique. 

    Et pour le plaisir, on réécoute le titre-phare de  son EP, A war is coming

    Enjoy!


    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Alice Lewis, electro pop chic

    J'aime bien Alice Lewis. Que dire de plus sinon que son nouvel album, "Your Dreams Are Mine", qui sort dans une semaine pile-poil, est un enchantement pop. Pour s'en faire une idée, le single "Ignorance is bliss".

    Enjoy!


    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Démarrer la journée avec Prince Miiaou

    Pourquoi pas, hein? Un peu d'electro, c'est beau, c'est nouveau. 

    Et le nouvel EP, Tryptique d'Hiver, est en écoute intégrale sur le site de la dame: Le Prince Miiaou

    Alors, enjoy! ;)

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend... Call Me Señor

    Après les harmonies vocales californiennes de Da Brasilians, retour à une pop plus minimaliste. Un duo, Call Me Señor que m'a fait découvrir mon pote Nico Prat. Simplicité proche de l'épure. Le groupe a sorti un EP de trois titres, dont celui-ci, The Coast

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend... (suite)

    Point de guitares hurlantes dans mon iPod ce weekend... Même si à la minute où je commets cette note l'ambiance est très métallique et saturée... La nuit tombe. Les grand fauves vont boire au marigot. Dehors le froid. Journée "en mode hibernation" comme disent les djeunz aujourd'hui.

    Esbjörn Svensson Trio. Un extrait du dernier concert.

    Un régal. Finesse. Légèreté. Invention.

     

     

    Enjoy!

     

     

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire