Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ebg

  • Egocasting

    Le terme revient régulièrement pour qualifier le phénomène des blogs. Egocasting. Après le broadcasting, diffusion large de contenu à destination du plus grand nombre, on passe à l'ère du narrowcasting. L'idée générale: distribuer un contenu sur un public plus ciblé. Le blogging, mais aussi d'une certaine façon les médias de proximité peuvent relever de cette approche. Parlez-moi d'moi, y'a qu'ça qui m'intéresse, comme dit la chanson. Et le blogging? Le web (dit 2.0 - disclaimer: l'appellation semblant provoquer des poussées de fièvre chez certains, elle sera employée avec toutes les précautions d'usage...) a permis de développer la dimension d'échange, l'approche conversationnelle, comme le soulignait Pierre Bellanger, lors de la dernière table-ronde de l'EBG. Le blog est pour l'instant la meilleure illustration de ce concept d'egocasting.

    L'utilisateur devient créateur de contenu, le diffuse et se met en scène.  Il offre son ego potentiellement au plus grand nombre.  Dérive narcissique? Pas uniquement. L'utilisateur devient acteur. Il émet un avis, une idée, une opinion, à destination de son premier cercle relationnel. Potentiellement, son avis peut viralement toucher des cercles de plus en plus larges. Il contribue à ce que Chris Anderson décrit dans The Long Tail comme des filtres: tout ce qui peut contribuer à faire émerger un produit, un livre, un artiste, un film... ou le tuer.

    L'egocasting est une arme au service de l'intelligence collective!

     

    A vos claviers!!

    Lien permanent 1 commentaire
  • Mobilité

    La mobilité, voire l'hyper-mobilité est un des éléments du zeitgeist de la vie moderne. (NDLR: belle intro... on dirait du France Culture).

    Plus sérieusement, j'ai assisté sur ce thème, à une intervention de Bruno Marzloff et à une réunion de l'EBG dans la foulée. Autant dire que le sujet est dans l'air du temps.

    Pour Marzloff, les vieux médias ne sont pas morts. Il récuse la cannibalisation d'un média par l'autre. En revanche, il constate le développement d'une approche multicanal. La situation de mobilité détermine le choix du canal. Charge aux médias de se rendre disponibles sur ces différents canaux, à ce titre, les marques-média multi-plateforme se voient promises à un bel avenir. C'était déjà la conclusion de The Economist dans son désormais fameux article du mois d'août: "Who killed the newspaper?"

    L'heure est à l'expérimentation technologique, et  à l'invention d'un modèle économique.

    Cette dimension économique a été largement évoquée, lors de la table-ronde de l'EBG, hier. Le modèle économique de l'accès à internet repose désormais sur un prix forfaitaire mensuel donnant un accès illimité à l'utilisateur. Les opérateurs de téléphonie mobile à ce jour limitent à la voix, voire aux sms, cette dimension "flat-fee". Tous les contenus mis à disposition sur les portails mobiles, demandent une contribution financière supplémentaire de la part des utilisateurs. et c'est là que ça coince! La cible jeune, 12-25 ans, early-adopters, "digital natives", est adepte des nouvelles techno (et comprend instinctivement leur utilisation) MAIS ne dispose pas du pouvoir d'achat lui permettant d'y accéder.

    medium_crickee.gifUne observation récente: Crickee, le service de sms gratuits et illimités lancé par Laurent Vermot-Gauchy, est un service simple d'utilisation, à l'ergonomie réussie, à l'installation facile. Ma fille de 14 ans à qui j'avais proposé le service, m'a objecté que son forfait bloqué ne lui permettait pas d'aller sur le wap sans dommages financiers...

    Les terminaux mobiles les plus sophistiqués disponible actuellement sont inabordables pour les utilisateurs. Nokia annonce des terminaux avec des accélérateurs de carte graphique pour le jeu en ligne.

    Le meilleur reste donc à venir. A quel prix?

    Affaire à suivre! 

     


     

    Lien permanent 2 commentaires