09/02/2013

Dans mon iPod ce weekend... Stereostar Sixty Nine

Du bon gros son qui vient de l'Est, de Metz précisément. Stereostar Sixty Nine. Ils viennent de sortir un EP qui mérite qu'on y jette un oreille attentive. Pour preuve ce morceau John Doe. Ca tient la route, c'est puissant. C'est du rock, quoi. Pas de la pop mollassonne et émolliente. Le truc qu'on écoute à fond en sautant sur place sur ses deux pattes arrières. Ils enchantent mes esgourdes, j'en redemande, 4 titres c'est court, les gars. On peut les suivre sur Facebook icitte.

Enjoy!

02/02/2013

Dans mon iPod... Rodriguez

Place achetée pour le concert de Sixto Rodriguez à Paris le 4 juin. Quand j'ai écouté pour la première fois la réédition de Cold Fact, en 2008, je ne pouvais pas croire qu'un album de cette qualité ait pu tomber dans les oubliettes de l'histoire de la pop. Le film, "Looking for Sugarman" raconte l'histoire à peine croyable d'u e résurrection. Un type qui émerge du néant et comble un trou de 40 ans. 

Pour le plaisir, Rodriguez, filmé à Dublin en 2012: I wonder 

Enjoy!

26/01/2013

Bloc-note express N°209

Il y a longtemps que je n'ai pas posté de bloc-note d'impressions et de choses vues. Disons d'emblée que j'ai moins de temps pour bloguer. Enfin, moins de temps... Du temps pour tweeter. Du temps pour alimenter Facebook, Google+, Instagram. Moins de temps pour prendre le temps de prendre du recul et pondre quelque note définitive, pleine d'esprit, d'idées neuves (ou pas), de bruit et de fureur (ou pas).

Peut-être me suis-je lassé du blog, du moins sous sa forme actuelle. Bloguer était un plaisir un peu compulsif. Ecrire. Ecrire vite sur un peu tout. Choses vues, geekeries, vie des médias, carnets de voyage, choses lues, compte-rendus de concerts, rencontres, partage d'émotions musicales. Côté écriture, j'ai été comblé. Dubuc's blog, ouvert fin mars 2006. Presque 7 ans...

Et rien qu'en écrivant cette note, je m'interroge. Qu'ai-je encore à raconter sur le blog que je ne partage pas déjà sous une autre forme via d'autres canaux. Il y 7 ans, ce blog était presque purement consacré aux médias confrontés à une inexorable évolution technologique. Depuis quelques temps déjà, la musique a pris le dessus. Il est temps de réfléchir à une nouvelle forme. Laquelle? Je n'en sais rien. Fermer boutique? Peut-être. 7 ans c'est déjà bien, non?

Voila. Etat des lieux. Affaire à suivre.
En attendant, on se retrouve sur Twitter? Ou bien sur papier, dans Twittus Politicus, une autre aventure.

Le blog m'a permis d'accéder au monde du livre. Un vieux rêve. Deux livres déjà, et l'envie de m'attaquer à un troisième. Thème à déterminer (quoique... Déjà quelques idées...)

Bande-son: Republik, Palma Violet, Fauve, Joe Bonamassa et Bet Hart.

Enjoy!

15/01/2013

Bonne résolution: toujours garder du recul!

Trop fort comme à l'accoutumée, Harold's Planet !

ridicule, harold's planet

05/01/2013

Dans mon iPod ce weekend... Georges Delerue

2 minutes 30 de musique. D'une mélodie sublime. Un instant de grâce absolue, témoignage d'une époque à jamais révolue. Epoque bénie des Trente Glorieuses où le monde savait encore s'émerveiller. L'enthousiasme était là. Le chômage bas. On était passé au bord de l'apocalypse nucléaire. On était bien. Godard aussi.

Enjoy!

03/01/2013

Twittus Politicus sort aujourd'hui

Une fin et un début. C'est toujours comme ça l'écriture d'un livre. Twittus Politicus sort en librairie aujourd'hui.

Et c'est l'acte final d'un processus de plusieurs mois. De l'idée à l'écriture. De la structuration du projet à la rédaction des premiers chapitres. Ce livre a évolué au fil des mois. D'une simple compilation miscellanesque de tweets politiques, il est devenu, sous l'impulsion de notre éditeur, projet plus ambitieux: recueil de témoignages, observation de la scène politique pendant une longue période électorale, analyse et décryptage. Avec un challenge: comment concilier le sérieux de l'analyse avec le fun? Comment refléter l'essence de Twitter, ce mélange permanent d'insignifiance et de sujets de fond? Bref, un été studieux, une rentrée à la bourre, une remise dans les temps. Et une attente. Parce que le plus long, dans la gestation d'un livre, c'est ce moment où manuscrit remis, relu, BAT dûment visé, on entre dans un processus industriel qui échappe totalement aux auteurs. Avec Nico Prat, on a bu des bières, des litres de Coca. Deuxième projet mené à bien. Il va falloir penser au 3ème!

Il y a quelques jours, on a attaqué la promo. C'est la partie sympa. C'est le début d'autre chose. Il faut faire vivre le livre, créer l'envie de le lire. Les auteurs se font plaisir pendant la phase d'écriture. Une fois le livre sorti, il faut partager ce plaisir. Cette seconde phase, une fois qu'on y a goûté, il est difficile de s'en lasser. C'est magique. Pour qui n'est pas blasé. Et puis il y a le plaisir simple (et terriblement narcissique) de voir l'objet en librairie, avec son nom dessus. Le genre de petit luxe qui fait du bien. Voila c'est tout. C'est peu et c'est énorme à la fois. 

Merci à tous ceux qui ont soutenu, participé, contribué à l'achèvement de ce projet. Merci à mon pote co-auteur Nico Prat, you rock dude!

Enjoy!

15:00 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

21/12/2012

Joe Strummer Memories, épisode final

In Memoriam Joe Strummer 1952-2002

20/12/2012

Adios Amigos!

philippulus, mayas, bordel

(Tiens, au fait, cela fera 30 ans le 3 mars prochain que l'immense Georges Rémy aka Hergé aura été arraché à notre affection. Sapristi! Miséricorde! Mille sabords!)

18/12/2012

A écouter en boucle: Eléphant

Eléphant, c'est un duo, loin d'être pachydermique, dont j'ai déjà parlé icitte, et qui fait de la pop délicate.

2013 va être leur année, avec la sortie de leur album!

En attendant, pour patienter, un clip charmant qui va nous faire espérer que tout ne s'arrête pas comme ça bêtement vendredi soir: Collective, mon amour.

A consommer sans modération!!!

Enjoy!

15/12/2012

Dans mon iPod ce weekend... Marianne Faithfull

Ashes in my Hands est le genre de chanson qui te mets à genoux. Passons sur les arrangements un peu datés (nappes de synthé)... C'est un morceau pour se complaire dans le blues et ressasser ses idées noires... A ne pas mettre entre toutes les oreilles, donc. Mais la voix cassée de Lady Marianne est unique.

Enjoy!