Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Festivals - Page 3

  • Rock en Seine 2016 - Jour 3

    Tête d'affiche, Iggy Pop. Autrement dit, le Messie. Non, je déconne. Mais pas tant que ça. Iggy a eu 69 ans cette année. Il entre dans la zone dangereuse. Et puis c'est un icone absolue (plus en  forme que son ami/mentor David Bowie) et un survivant (moins aux fraises que Keith Richards, qui titre 3 ans de plus). Bref, c'est LE grand moment du jour, en toute absence d'objectivité.

    Mais n'anticipons pas. 

    Point météo, il fait un rien moins chaud. C'est peut être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup... Moins de poussière peut-être, moins besoin d'étancher une soif tenace à la bière glacée. Au nom du politiquement correct et pour respecter les législations diverses, il ne devrait pas être fait mention de la consommation de boisson alcoolisées, sans préciser que l'abus d'alcool, etc... Et que 5 fruits et légumes par jour c'est mieux. Certes. Mais c'est tuer l'essence même du rock'n'roll. Et la bière est consubstantielle au concept même de festival. Ah, la bière, qu'est-ce qu'elle a fait de toi, mon frère...

    Bref, ces points éclaircis, rien de tel que du bon blues-rock graisseux pour débuter. Avec le camarade Th. (dont nous préserverons pudiquement l'anonymat), nous nous interrogeons sur le budget produits capillaires (shampoing, après-shampoing démêlant et anti-frisottis) d'un groupe comme Blues Pills. Suédois, comme Ikea et Ace of Base avec un guitar hero français (kököriko!). Un peu américains aussi. Elin Larsson (comme Stieg "Millenium", un hasard, je ne crois pas...) est une chanteuse à voix, façon Janis Joplin. Pas le genre à sussurer dans le micro au bord de la défaillance. Bref, ça envoie. Et on en redemande. Et c'est déjà fini. Et c'était trop court!!!!

    Petit arrêt au stand et écoute tranquille de Kevin Morby, qui me fait une impression meilleure que celle ressentie lors de la Route du Rock quinze jours plus tôt. Je vais me repencher sur ce cas. Il y a quelque chose que j'avais loupé. Mea culpa, mea maxima culpa.

    Embarras du choix pour la suite... Editors ou KillASon? Facilité, proximité, ça sera KillASon. Tant pis pour les climats sombres (dans mon souvenir) d'Editors. Et c'est un excellent choix. Un rappeur français, qui balance du très gros son, qui rappe en anglais, yeah mothafucka! Seul sur scène, sur un beat électronique monstrueux, il saute, il danse. Jump, jump. Mains en l'air. Je saute en l'air. 

    Pour la suite, que faire... Tiens Bibi Bourelly. Là, c'est terra incognita. La fille a écrit pour Rihanna, soit. Mais Rihanna, c'est pas trop mon monde, vois-tu? On se laisse tenter quand même. Une voix puissante, des intonations areunbi, des guitares, des gros mots. Ca s'écoute sans déplaisir.

    Trois notes de Gregory Porter. Idéales pour chiller. Mais l'heure est à la régression totale, il faut se positionner pour Sum 41, assez près, tout en s'interrogeant si oui ou non on va faire un petit circle pit... Le terrain est sec.  Et reviennent en mémoire les images d'un concert d'Offspring en ces mêmes lieux où se mêlèrent joyeusement poussière, sueur et bière... Et Sum 41 déroule son pop punk. Efficace. Sans  bavures. Quelques power ballads pour calmer le jeu et un We Will Rock You speedé pour finir. On est content. On jubile. On va réécouter l'intégrale de Green Day pour fêter ça.

    Un peu de Ghinzu, histoire de se faire le constat une fois de plus que la Belgique est une grande nation pop. 

    Mais, puisqu'on parle de pop, l'heure est grave. James Osterberg, aka Iggy Pop, va faire son entrée en scène. On se rapproche. Les agoraphobes prennent sur eux. Les moins d'1m90 se préparent à souffrir. Un Breton exhibe son drapeau. Une question nous vrille l'esprit depuis deux jours, Josh Homme  sera-t-il là? Las, les guitaristes du backing band sont chauves... Pas de Josh, pourtant un plus qu'habitué des lieux? Boude-t-il parce que son crétin de comparse et ses EODM ont été déprogrammés? On oublie vite, dès les premières notes, ce riff, cette note de piano... I wanna be your dog... Je hurle. Je hulule. Je brame. Now I wanna be your dog, now I wanna be your dog. Il enchaîne, premières notes, larmes aux yeux. I am a passenger, and I ride and I ride, I ride through the cities backsides... C'est un best of, le meilleur d'Iggy et des Stooges, un festival de classiques. Iggy est patrimonial, il défend son patrimoine et pas en bon père de famille. Il saute, il prend la pause, il bondit. il est partout. Il a un petit peu grossi. Il a le corps d'un mec de quasiment 70 ans, une énergie intacte. Le groupe est très metal. C'est l'option du jour. On s'attendait à quelques chose d'un peu stoner, on a du très très lourd et agressif. Une seule incursion dans Post Pop Depression, Gardenia. Tout le reste, c'est du Iggy vintage. Il donne tout. Au contact direct du public. Un dernier gag pour finir, il invite une fille sur scène, Anne-Charlotte. Elle s'efface en coulisses (ou presque). Iggy nous la joue jusqu'au bout vieil oncle libidineux. Iggy est grand.

    Que faire ensuite? Se poser sur l'herbe, écouter Cassius. Apprécier le décorum,  deux DJs perchés au sommet d'un petit volcan. C'est plutôt agréable. Ca manque de danger. Ca manque de happening. La surprise viendra de Soulwax. 3 batteurs, une rythmique implacable. C'est parfois abrasif, plein d'aspérités. C'est énorme et séduisant. 

    Final en passant par la dernière scène, la plus proche de la sortie où se produit Peaches. De l'electro brutale, sexuelle et décontractée. En dessous, nichée dans un préservatif géant (ou une bite transparente) elle invite le public à hurler "dick! dick!!!". Two balls, one dick. C'est classieux. On se marre. 

    Point météo, la température a chu. Rock en Seine 2016, c'est fini.

    Il y a eu des  mec déguisés en Pikachu, en licorne, en T-Rex, des bretons, des gens en kilt, des filles tatouées.

    Je me suis baladé sans mon Eastpack. Je n'ai pas croisé Jean-Paul Huchon. J'ai refilé le mediator de Mr Wolmother à un pote. Il y avait de la Kro, de la 1664 blanche et de la Grimbergen. Et des brumisateurs géants. 

    Voila...

     

     

     

    Catégories : Festivals, Musiques Lien permanent
  • La Route du Rock 2016 - Jour 2

    Le soleil est au zénith, je ressuscite. Converse aux pieds, Eastpack sur l'épaule, à la limite de la parodie, faut pas déconner non plus, on ne va pas se mettre au tote bag et aux je ne sais quoi de branchouille. Déjà que je n'ai pas mon t-shirt Ramones fétiche... Sachant que le noir, certes amincit, et que le t-shirt noir, comme la petite robe de même couleur, c'est le basique qui va avec tout mais ça absorbe la chaleur. Et déclenche la consommation effrénée de bière, la perte de contrôle, le mosh pit, le crowd surfing et la gueule de bois... Bref, la cata. Mais je m'égare dans mes pensées en ce deuxième jour de festival alors que je longe l'expo photo de Renaud Monfourny et qu'Anna Calvi me fait un clin d'oeil. L'armée veille. Treillis, fusils d'assaut. Il s'est passé un truc depuis le 13 novembre. La manifestation ludique est empreinte de gravité. La chicane de blocs de béton à l'entrée du site en témoigne, le monde a changé. Le rock est toujours vivant, le fun, la joie. La bièèèèèère!

    L'occasion d'acheter le livre de Jean-Marie Pottier, ci-devant rédac-chef de Slate, et auteur d'un livre sur la musique et le 11 septembre. Ground Zero. Notre monde est parti en vrille le 11 septembre 2001. On ne l'a pas vu venir. Le bordel général a suivi... L'angle du bouquin est intéressant en tout cas.

    Mais revenons au rock, au bruit qui fait saigner les esgourdes, et concentrons nous sur le groupe qui ouvre le feu en cette seconde journée, mes bien chers frères et soeurs, amen, en vérité je vous le dis, ça va faire mal. Enfin, ça devrait.

    la route du rock,festival,ulrika spacekUlrika Spacek n'est pas une blonde suédoise généreuse mais un groupe de chevelus anglais, 3 guitares, une basse, une batterie, tendance bruitiste. Ca décrasse, ça met de bonne humeur, rien à dire, c'est impeccable. Pas d'une folle originalité non plus... Le programme les décrit comme la conjonction entre le shoegaze et le krautrock. Soit... Les mecs, z'êtes pas seuls sur le créneau me semble-t-il. 

    la route du rock,luhLa bonne surprise vient ensuite... LUH, Lost Under Heaven, le nouveau projet d'Ellery Roberts, ci-devant chanteur/leader de Wu lyf. Que les choses soient claires, Wu Lyf, je n'ai jamais compris l'engouement pour ce groupe du fait de la voix indescriptible - hurlement étranglé du  mec en train de vomir tripes et boyaux après une soirée plus qu'arrosée agrémentée d'un écorchage à vif par Ramsay Bolton -  du chanteur. Donc, évidemment, quand le bipède se produit, on peut s'attendre au pire... Et c'est là que j'admets être tombé sous le charme de LUH, en fin, soyons précis, factuels, scientifiques, au charme d'Ebony Hoorn, délicieuse brune dont la voix harmonieuse se combine étrangement harmonieusement avec celle de son compagnon énervé. LUH, c'est un peu comme Cat's Eyes (Faris Badwan + Rachel Zefira), le mariage de la Belle et la Bête. Ca marche, c'est prenant.  

    Point météo : Le soleil baisse légèrement en intensité. 

    la route du rock,festival,tindersticksStuart Staples et ses Tindersticks investissent la scène. Et c'est l'enchantement. Que celui qui ne s'est jamais laissé embarquer par la voix de Stuart Staples me jette la première pierre. Tindersticks c'est magique, c'est beau, c'est encore et toujours cette pop intemporelle, ces chansons superbes... Moment de grâce, moment rare. Je suis loin d'avoir tous les albums des Tindersticks, loin d'être un exégète du groupe. Mais il y a cette pure beauté de la belle ouvrage, des mélodies ciselées. Mais tout doit avoir une fin. Les lois de la gravitation universelle nous ramènent inexorablement au ras de pâquerettes. J'avouerai quand même, au risque de me mettre à dos  les inconditionnels des Tindersticks, que ça finit malgré tout par être un peu longuet... Est-ce la faim qui me tenaille? Est-ce le cri de la galette saucisse? Bref, je laisse Stuart à sa souffrance.

    Entre temps, The Field a annulé son concert, La Femme avance son horaire de montée sur scène. 

    la route du rock,festival,la femmeEt là, il faut se positionner, se préparer. Je vais être dithyrambique. Il le faut. Il existe en 2016 un groupe français qui est capable de fédérer, de rendre fou son public. C'est La Femme. Un groove electro hallucinant, une heure de transe, bon enfant, entre déconne et fun à l'état pur. Le groupe est capable de lancer une queue-leu-leu sans sombrer dans le ridicule. les sonorités de pop synthétique rappellent le meilleur des années 80, sans pour autant tomber dans la citation nostalgique ou passéiste. C'est frais, c'est excitant, le public est aux anges. Sur la planche, Antitaxi pour finir. On a la banane. 

    Petite pause...

    la route du rock,festival,exploded viewEt la surprise du soir, Exploded View. Une blonde, un peu glaciale, comme il se doit. Des rythmes synthétiques. Des intonations à la Nico. Une ambiance cold wave parfaitement envoutante. Et l'occasion de se plonger a posteriori dans la discographie solo de la chanteuse, Anika. Et de se laisser porter. Belle découverte. Parfaite fin de soirée. Je zappe Suuns et Battles, je le regretterai certainement, mais le corps à ses raisons que la raison tente de feindre d'ignorer...

    A suivre...

     

     

    Catégories : Festivals, Musiques Lien permanent
  • La Route du Rock 2016 - Jour 1

    Ecrasé par un soleil de plomb, le Dr Dubuc se dirige vers le bar d'un pas assuré. Il sait que cette première gorgée de bière sera essentielle, qu'elle lui donnera la force d'affronter la foule, la station debout, le piétinement, les éléments, qu'elle ouvrira ses chakras, bref, qu'elle est le booster fondamental à la réussite d'un festival quel qu'il soit. Le sol du Fort Sant Père est sec. D'une sécheresse suspecte. On est en Bretagne, point de cirés ni de Kways à l'horizon. les bottes Aigle, bleues marine et blanches sont invisible. Mieux, on aperçoit même des naïades et maillot de bain. Là, c'est sûr, le réchauffement climatique est en marche. On va tous mourir. Al Gore avait raison. La vérité dérange. Le complot climatique ourdi par les Reptiliens et les Illuminatis est une évidence. Il fait BEAU. C'est louche...

    Assez rigolé...

    Place aux choses sérieuses. Place au rock. 

    La Route du Rock, Psychic IllsScène des Remparts, Psychic Ills, lunettes noires, mal rasé pour lui, longue robe bleue, longue chevelure pour elle. Psychic, psyché. Pas mal sans pour autant être transcendant.C'est dark. Longues plages de guitares, bourrées de réverb, C'est psyché, quoi. Du coup, depuis les Black Angels (pour ne citer que le premier nom qui me vient à l'esprit) qui déjà faisaient un truc déjà un peu entendu, on sait un peu à quoi s'en tenir. C'est agréable. Sans plus. A réécouter allongé dans un transat, les yeux fermés. Faut voir. Ne jetons pas les Quaaludes avec l'eau du bébé dans le grand bain... Euh, keske je raconte là...

    La Route du Rock, Kevin MorbyTranslation vers la scène du Fort, avec passage au bar VIP, histoire de voir qi est là, en attendant le set de Kevin Morby. Sympa le gars. Sympa le set. Je le prends tel quel, brut de décoffrage, pas eu le temps de réviser, de faire l'exégèse de sa discographie, de me faire une idée avant pour savoir si je devais être déçu pendant - ou hystériquement extatique. Des chansons, pas vraiment d'idée sur le fait qu'il est le nouveau Dylan ou le nouveau Cohen ou le songwriter le plus puissant du moment. On en a vu d'autres... Mais il dégage quelque chose de sympathique. qu'il faudra là  aussi réécouter à tête reposée. Le chroniqueur, à ce instant n se rend compte qu'il ne peut pas citer un morceau de Kevin Morby. Et se dit au passage que la magie de la Route du Rock, c'est justement de venir au contact d'artistes nouveaux, de nouvelles têtes, de nouveaux sons, histoire d'ouvrir les portes de la perception. Musicalement parlant, rien de fondamentalement nouveau. Nos services vont se pencher sur le songwriting. On est professionnel ou on ne l'est pas. 

    Bière.

    Avant Belle and Sebastian

    Le gros morceau de la soirée. Attendu. De la belle pop, comme on l'aime. 

    La Route du Rock, Belle and SebastianPremière question: où est le chien? Euuuuh... Vous pouvez prendre la porte, mon petit. Ca c'est de la blague de l'époque de la télé en noir et blanc et de l'ORTF... Belle et Sébastien. lolilol. Rire intérieur pas très convaincu. Une équipe de foot monte sur scène. Belle and Sebastian, c'est la groupe infernal pour un tourneur... 10 sur scène. Multi-instrumentistes. Rotation entre chaque morceau. Flute traversière (Dieu merci, personne ne joue de solo, perché sur une seule jambe, comme aux pires jours de Jethro Tull), violon, violoncelle. Envolées pop, chansons, quelques incursions electro (pas du meilleur goût, à mon humble avis, mais cela n'engage que moi, les inconditionnels de Belle and Sebastian me pardonneront j'espère). Stuart Murdoch clame son amour pour l'Europe. On se sent écossais, malgré l'absence de bagpipe et de kilt. La force de Belle and Sebastian, c'est de mettre son art dans sa musique et de se foutre totalement de son look ou de son attitude. Simplicité, proximité. Monter sur la barrière de sécurité, la parcourir comme on marche sur un fil, être soutenu par son public. On frôle l'enchantement. C'est LE beau moment de la soirée. Un peu long pour le fan occasionnel. C'est le genre de groupe qu'on aime, mais qu'on adore pas. Mais c'est déjà ça.

    Juste le temps de passer à la galette saucisse. Car on est en Bretagne. Et qu'il faut en passer par là. En écoutant un peu distraitement Haelos

    Voir les potes. Discuter. 

    La route du Rock, Minor VictoriesSe positionner pour le set de  Minor Victories. Prometteur sur le papier, même si objectivement, et encore une fois, cela n'engage que moi, je ne suis pas fan de Slowdive. Se dire qu''il y a un peu de Mogwai et d'Editors dans Minor Victories, c'est en soi assez prometteur... Bon, il y a une voix diaphane, de grosses lignes de basse, au final quelque chose de plutôt mélodique... Mais pas assez de chansons, de ce je ne sais quoi qui t'accroches, qui te prends, qui t'embarques. Déception personnelle. Peut-être attendais-je le côté parfois sépulcral des débuts d'Editors. Du coup, l'electro de Pantha du Prince vient redonner un peu d'allant au chroniqueur, qui devant reprendre la route se dirige tranquillement vers le parking, passant devant quelques militaires en faction, quelques blocs de béton qui rappellent que le monde extérieur ne vit pas dans la sérénité. 

    Un contrôle de gendarmerie plus tard, en un échange courtois entre gens de bonne compagnie, retour au bercail. 

    Affaire  suivre...

    Catégories : Festivals, Musiques Lien permanent
  • Rock en Seine 2015 - Jour 3

    C'est dimanche. Alleluia. L'Eternel en sa bienveillance a réglé la météo sur beau fixe. On aborde la dernière journée du Rock en Seine avec une forme de sérénité. Wayfarer, Converse... Classique, quoi. Ca c'est un peu le trip blogueuse mode, "mon look spécial festival". Je vous épargne toutefois la photo en mode duckface... On a passé l'âge... Au programme du lourd et du soft. Du gros son qui fait saigner les esgourdes et de quoi faire un tri cosmique... Bref, prometteur. Même si, l'arrière du mollet commence à chauffer. Tout est dans la préparation physique, on ne le répètera jamais assez!

    Lire la suite

    Catégories : Festivals, Musiques Lien permanent
  • Rock en Seine 2015 - Jour 2

    Un festival c'est physique. Il faut s'attendre à marcher, d'une scène à l'autre. Il faut s'attendre à rester debout pendant quelques heures. On hésite à chiller, tant la programmation peut être dense. Le genre de plan qui pousserait à s'allonger dans l'herbe au soleil bercé par la musique, les beats martiaux, le grondement des basses... On ne le fait pas. Enfin, moi je... C'est un choix. 2ème jour de Rock en Seine, et plein de choix sous un soleil de lomb, rythmé par l'ingestion de liquides houblonnés, selon un vieux principe de consubstantialité: bière et rock font partie d'une même cosmogonie. Comme me le rappelait un pote en rock'n'roll, la bière, la bière, qu'a-t-elle fait de toi la bière... Bon, pas de quoi se déguiser en licorne, en Totoro ou en banane (choses vues)... Résumé des affaires en cours...

    Lire la suite

    Catégories : Festivals, Musiques Lien permanent