Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Parenthèse champenoise, la Magnifique Society

Sortir de Paris. Première épreuve un vendredi après-midi, direction plein Est, Reims et la Magnifique Society. Température extérieure pas terrible. Mon acolyte de festival découvre que les concerts ont lieu en plein air. Incrédulité. Certes en mai fais ce qu'il te plait, mais le scepticisme s'installe dans les esprits. D'autant plus que quelques gouttes commencent à tomber. Et que Paris congestionne. Comme d'hab. Comme un vendredi. Bâillements. On monte le son. Lizzy Mercier-Descloux. Réédition d'un album-culte des années 80, le son du New York des années CBGB (& OMFUG). Lignes de basses énormes. Son de guitares comme chez Television. On ze road. 

Arrivée à Reims sur bande-son The XX. 

A Reims, on bulle. C'est une évidence. Bière d'abord. Pour le rock. Le festivalier doit se mettre en jambes. Aucune improvisation dans la rock 'n' roll attitude. Faut pas croire, ça se travaille. Avec douceur. Mais nous sommes à Reims, me rappelle C. qui connait son monde, et maîtrise les us et coutumes locales. Hé hé, à Rome fais comme les Romains dit la sagesse populaire. Adaptation et acculturation. A Reims, faisons comme les Rémois. Bulles locales, mais pas n'importe lesquelles. Même au nom du rock. Surtout au nom du rock. Car si la Society est Magnifique, dixit le programme, il faut des breuvages à la hauteur de l'évènement! Au passage, profitons-en pour nous extasier sur un champagne vinifié sous bois, un brut délicat aux fines bulles. Que du bonheur. Joie des papilles, avec quelques tapas. Tranquille. 

Arrivée sur zone. Parc de Champagne. On trouve même de quoi se garer à toute proximité du site. Yeah, baby! Ceux qui ont parcouru les quelques kilomètres séparant le parking d'un festival des scènes apprécieront... 

Arrivés juste à temps pour le set délicat de la délicieuse Agnes Obel. Le parc est arboré. La pelouse verte et confortable. Mais comme dans tout espace vert, passé une certaine heure, le soleil s'effaçant, un léger froid monte du sol... L'atmosphère est danoise, l'atmosphère est berlinoise. Pas des pays chauds. Agnes Obel est accompagnée de 3 musiciennes, violoncelles, cithare, batterie, clavier. Atmosphère scandinave, le genre qui te transporte les soirs de Midsommar quand tu danses avec des sylphides vêtues de toges évanescentes, coiffées de couronnes de fleurs, en buvant de l'aquavit dans les cornes d'auroch... Euh... Je m'égare. Je me mélange les scandinaves. D'autant plus que l'ambiance est grave. Il y a de la beauté pure dans l'univers musical d'Agnes Obel. Qui propulse un concert dans une zone stratosphérique étrange, où les voix de mêlent aux claviers avec des accents classiques, des envolées qui transportent ailleurs. Elle communique peu, juste quelques mots en français pour dire qu'elle a froid. Et le set s'achève. 

Le soir tombe lentement. 

En attendant Air, il faut, car c'est un presque impératif catégorique, une bière. Car bière et festival sont intimement liés dans une consubstantialité absolue. La bière, la bière, qu'est-ce qu'elle a fait de moi mon frère, comme chantaient les Garçons Bouchers. Mais pour la bière déguster, la monnaie locale il faut se procurer, le rubis. Et pour avoir des rubis (1 rubis= 1€), faut faire la queue. Et c'est long (1). Car le temps file...

Et Air monte sur scène.

Fan depuis 1998 je suis, yes baby, sans jamais les avoir vus sur scène. Va comprendre... Le point positif de la Magnifique Society - et des festivals à taille humaine - c'est que l'on peut être près d'une scène qui n'est pas perchée en hauteur. Nicolas Gaudin et Jean-Benoit Dunckel sont accessibles, proches. Ils sont là. Sans écran géant. C'est cool. Et là, c'est cosmique. Avec du gros, voire du très gros son, avec un batteur solide. Passons sur l'absence totale de contact avec le public. Côté charisme, nos Versaillais ont encore du taf. Vous pourriez faire un effort les mecs! De Versaillais à Versaillais on peut se comprendre. Les "merci beaucoup" travaillés au vocoder, faut pas déconner. Bon... Passons. Air envoie les tubes. Moon Safari, Talkie Walkie, Virgin Suicides... Je n'ai aps révisé mon Air avant de venir. Mais les mélodies résonnent, familières. Cherry Blossom Girl. Playground Love. Et je ne te raconte pas l'état de transe dans lequel je me trouve quand ils envoient Sexy Boy. Suivi de la Femme d'Argent. Je me revois, le jours où je glissais dans le lecteur de CD, Moon Safari. Inconnu au bataillon, c'est quoi ce truc. Et ce moment d'étonnement. Cette adhésion immédiate à un son qui évoquait le début des 70s, sans parler des ces accents floydiens. Et ce soir, en mode best of. Pur plaisir. Plus d'une heure de set. Fin des hostilités. Sortie de scène. 

Il fait faim. On mange un truc vegan. Pas par conviction... par opportunisme, juste parce qu'il n'y a pas de file d'attente... Nom d'un steak! 

Glissement dans le parc. Nouvelle scène et ambiance electro aux accents new wave, qui évoque parfois Siouxsie, parfois The Cure. Fascinant, hypnotique, envoutant. Sans savoir précisément qui joue. Un groupe. Avec DJ. Et chanteuse à la voix profonde. Qu'est-ce... On reste. Plaisir de l'inconnu. Cette sensation délicieuse de faire une découverte. L'extase unique de la première fois! [C'est ainsi que le lendemain, après vérification, la vérité tombe. Nue. C'était Trentemøller. Encore un danois. En version electro, puissante. Adhésion totale!]

Fin de soirée. Pas d'embouteillages, Reims est une ville apaisante.

Nuit.

C'était La Magnifique Society - Reims - 19-21 mai 2017 

(1) A l'heure des Internets, suggestion au passage, il serait judicieux, #jdcjdr, de recourir à une app, ou à un système de cartes de paiement sans contact... Ca se pratique ailleurs. Détail qui a son importance. 

 

Lien permanent Catégories : Festivals, Musiques 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel