Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jazz

  • Diana Krall, showcase à Paname

    C'est un jeudi soir de veille d'anniversaire. Il pleut. Il fait gris et moche. Un de ces soirs parisiens avec embouteillages. Passons sur le chemin de croix pour atteindre République en déployant des trésors d'inventivité pour tenter de s'extraire du magma automobile. Théâtre Dejazet. Un théâtre à l'ancienne, cadre intimiste pour rendez-vous de qualité. Diana Krall en showcase, à l'occasion de la sortie de son nouvel album.

    Diana Krall, c'est une vieille histoire qui commence un peu par hasard au début des années 2000. Une chanson, extraite d'un film de Clint Eastwood, était-ce Million Dollar Baby ou Minuit dans le jardin du Bien et du Mal, je ne sais plus et j'ai la flemme d'aller sur Google. Et tant pis pour la précision clinique. Sur le moment je n'en savais rien. Why should I care? Hein? Pourquoi devrais-je m'en faire? Keskon s'en fout? Ce genre de mélodie qui te prend aux tripes. Diana Krall se plongeait dans le great American song book, revisitant les standards de sa voix chaude. J'ai kiffé. J'ai suivi. J'ai tout. Même les albums moins réussis, lesquels recelaient toujours quelques pépites. Inconditionnel, et pourtant je ne l'avais jamais vue sur scène.

    Et là, ce jeudi soir de veille d'anniv, elle est sur la scène du petit théâtre Dejazet. Guitare, basse, batterie, violon. Un Steinway noir, massif occupe une grande partie de l'espace. Et c'est parti pour une ballade chez Cole Porter, Nat King Cole... Les titres du nouvel album, les soli des musiciens, applaudis comme il se doit dans le monde du jazz. Quelques mots entre chaque titre. Brefs. Diana Krall ne finit pas ses phrases. Une dizaine de titres, L-O-V-E, Sway, entre autres. Instants magiques (je ferais bien d'autres figures de style, un peu moins paresseuses, un peu moins clichés, ça serait audacieux... Mais bon, c'est magique, quoi. Ca ne s'explique pas. Si c'était chiant, je dirais "c'est chiant". Mais là je kiffe. Parce qu'on est en zone de confort. Du classique, du solide.)

    Tony LiPuma est mort il y a quelques mois. Il était le producteur de Diana Krall. Elle lui rend hommage. Instant émotion. Les larmes aux yeux quand elle l'évoque. Elle n'a pas de mouchoirs, elle n'a que le chiffon des ses lunettes. Sa voix se brise quand elle lance les premiers mots de They can't take that away from me. J'ai recherché ces mots, je ne sais plus au moment où j'écris ces lignes si ils ont été chantés tels quels.

    Our romance won't end on a sorrowful note

    Though by tomorrow you're gone

    The song has ended but as the songwriter wrote

    The melody lingers on (1)

    Dernier morceau. Dernières notes. Diana Krall se lève, un mot d'adieux. Elle quitte la scène. Les lumières ses rallument.

    Dehors il pleut toujours.

    Nouvel album : "Turn up the quiet" (Verve) dans les bacs depuis le 5 mai

    (1) "They can't take that away from me" Paroles et musique George & Ira Gershwin

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Miles Mosley, le jazz, avec un zeste de soul et un soupçon de Hendrix

    J'écoute du jazz, de temps à autres. Mais pas au point de devenir un pilier du Duc des Lombards. Le jazz a quelque chose d'apaisant. Qui fait du bien, entre deux sessions de métal ou de punk - on revient toujours à la musique de ses 15 ans, trois accords, guitares saturées, minimalisme. Mais ceci est une autre histoire. Côté jazz, il y a les classiques, Ellington, Basie, Garner, Coltrane plus tard. Il y a Miles. Plutôt période Kind of Blue, je n'ai jamais vraiment accroché à l'écoute de Bitches Brew, pourtant considéré comme LE chef d'oeuvre absolu de la fusion entre jazz et rock. Il y a eu un peu de Zappa, de temps à autres. L'oeuvre foisonnante du chevelu de Laurel Canyon ayant exploré tant d'univers... Bref. Un peu de jazz. Un Brad Meldhau de temps en temps aussi. Avec ses incursions pop.

    Et aujourd'hui Miles Mosley. Découverte totale. Bassiste, chanteur, compositeur, producteur, le gars est doué. il vient de signer chez Verve, une référence. Son album sort le 19 mai. Uprising. Comme l'album éponyme de Marley d'ailleurs. Mais cela n'a strictement rien à voir. Chez Miles Mosley, on s'aventure dans le rock, avec quelques guitares parfois hendrixiennes. On est dans la soul, avec des morceaux qu'on aurait peu entendre chez Otis Redding. On est parfois dans le monde d'un Steely Dan moins léché, avec des vocaux dignes d'un Michael McDonald. On oscille en parmanence d'un univers à l'autre, un jazz fusionnel. Un jazz joyeusement brillant. Une musique ouverte. Miles Mosley a collaboré avec Chris Cornell (Soundgarden), Lauryn Hill, Mos Def, Kendrick Lamar... Un artiste à suivre, son album est une palette aux multiples climats.

    A découvrir, ce morceau, Abraham, le gospel revisité par Hendrix. Un pur régal à jouer très fort!


    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire
  • Jazz loves Disney

    Le grand Walt aimait le jazz. Il avait plein d'autres qualités. Et plein de défauts aussi. Qui n'ont rien à voir avec le jazz ni avec la musique. 

    La musique est indissociable des films Disney. Il en faut peu pour être heureux, non? Cruelle diablesse, cruelle diablesse! Ce rêve bleeeeeeuuuuuuuuu! Et j'en passe. Quoique. Tout le monde veut de venir un cat parce que le chat quand il est cat retombe sur ses pattes. Hakuna matata, mec! Pas de souci. C'est le côté transgénérationnel de Disney. On en mange petit. On en mange avec ses enfants. On en est parfois obsédé. Une journée à Disneyland, et hop, It's a small world vous trotte dans la tête pendant des jours (ne me remerciez pas, c'est cadeau!). Impossible d'être... libéréééééééé, délivrééééééééééééé! 

    Il y a des années, j'étais tombé en arrêt à l'écoute de Stay Awake, une compilation de standards Disney interprétés par Michael Stipe, Natalie Merchant, Tom Waits, Ringo Starr, James Taylor et même Sinead O'Connor. Un projet réjouissant. Tant de standards, le goût de l'enfance. Le passage à l'âge adulte. 

    C'est donc avec une méga délectation que je me jette sur ce projet, Jazz Loves Disney. Au fil des ans l'univers musical de Disney continué à s'enrichir de nouveaux titres dont certains sont devenus des standards. Le casting de l'album est parfait, Jamie Cullum, Gregory Porter, Melody Gardot, Stacy Kent. Les standards sont au rendez-vous, The bare necessities, I wanna be like you, Everybody wants to be a cat... Let it go... Il y a cette ambiance feutrée des clubs de jazz. On ne rêve que d'une soirée au Club des Lombards ou au Blue Note Café, un verre de vieux single malt à la main, quelques toons virevoltant ça et là. Un pied dans l'enfance idéalisée, dégustant cette délicate madeleine proustienne. Cool, quoi. Comme le jazz.

    Jazz Loves Disney (Verve) - sortie le 18 novembre 2016

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Kandace Springs au Duc des Lombards, le jazz en petite robe noire

    jazz, kandace springs, duc des lombards, soulIl y a un choc visuel. L'image avant le son. Bien sûr, les grincheux pourront qualifier ces propos de sexistes. Mais si l'on essaie d'appliquer au quotidien le vieil adage "Don't judge a book by the cover", il faut avouer que quand on reçoit l'invitation à un concert de Kandace Springs, sans avoir entendu parler de l'artiste auparavant, la pochette de l'album est en soi un choc. Comme on dit en marketing, une promesse. Un visage lumineux, une afro impressionnante. On se dit qu'il doit y a voir un loup, qu'on s'est déjà fait piéger par des affiches affolantes, que... Bref, on est circonspect, mais curieux. Alors on écoute, on clique sur le lien, le regard de Kandace Springs sur l'image vous vrillant le cerveau. On aime à nouveau le jazz, tout de suite. On se convertit, on devient prophète, prosélyte. On part proclamer la bonne nouvelle sur les chemins... La donzelle a été repérée et encouragée par Prince himself. Yes, le Kid de Minneapolis. On reconnait là au passage le bon goût du maître et on a une pensée émue pour Vanity 6 et Sheila E... Ceci n'ayant rien à voir avec cela. On est dans un jazz vocal teinté de soul tendance Roberta Flack. un peu de Norah Jones aussi. C'est easy listening, c'est agréable. Ca donne envie d'en savoir plus.

    La suite se passe au Duc des Lombards, un lundi soir de fin d'été. Un concert, en petit comité dans un lieu intimiste. Précédé d'une interview, pour TSF Jazz. Kandace Springs, native du Tennessee, a été bercée de jazz par un père chanteur. Elle a découvert le hip hop vers 20 ans. Et revenue au jazz. A posté des sons sur Twitter, a reçu les conseils de Prince, qui l'invite à monter sur scène pour les 30 ans de Purple Rain. A eu l'envie de se lancer dans la carrière sur les traces de Norah Jones, dont elle a réarrangé certains titres du premier album. Dont The Nearness Of You. Un standard. Kandace Springs, moulée dans une petite robe noire (la fameuse petite robe noire, le basique que chacune doit avoir dans sa garde-robe selon les standards de Gabrielle Chanel), elle est un mélange de naturel et d'extrême sophistication. Dès qu'elle se met au clavier, accompagnée d'une basse et d'une batterie. Il y a la voix, caressante. Il y a le choix du répertoire, Coltrane, Oscar Peterson. Ses propres titres bien sûr, et ce final sur Sophisticated Lady. Ellington. Kandace Springs n'a peur de rien. Le set est presque trop court; séduits on on en redemande. 

    La preuve par l'image. Pas filmé au Duc des Lombards. Mais bien quand même.



     

    L'album "Soul Eyes" sort chez Blue Note le 30 septembre. Recommandé!!!

     

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire
  • Hugh Coltman vs Nat King Cole

    Nat King Cole, c'est du velours. C'est suave. C'est gouleyant. Ca se déguste été comme hiver, à tout moment de la journée. Ca a du retour, c'est long en bouche. C'est de la saveur, c'est du fruit, pas besoin de copeaux de bois dans les fûts de chêne. C'est intemporel. 

    C'est vieux. C'est solide. C'est éternel. Mais les jeunes connaissent-ils Nat King Cole? 

    Hugh Coltman, je connais moins bien. Mais le peu que j'en connais est agréable. Je ne suis pas un inconditionnel hyper fan du BG barbu un peu hipster. Cela dit, quand j'ai reçu la nouvelle galette du bipède, à savoir un album de reprises de Nat King Cole, j'ai trouvé l'idée intéressante. 

    J'ai écouté. J'ai apprécié. J'ai trouvé ça beau. Elégant. Classe. Stylé. Nickel. Propre. Loin du sacrilège d'un Yannick Noah reprenant Bob Marley. Mais bon... A titre totalement personnel, et mon opinion n'engage que moi, et les fans de Hugh Coltman me sauteront à la gorge, je suis quand même un tantinet dubitatif. L'exercice d'admiration est réussi. On sent que Coltman est fan. Et il rend un bel hommage. Il est 100% à la hauteur. Mais reste trop fidèle. Pas de fêlure. Pas de réinterprétation. Pas de réinvention. Une forme de sensibilté, mais assez cachée, presque timide. Sans pour autant atteindre totalement le degré de sensualité de l'original. 

    Quoi qu'il en soit, cet album a un mérite, faire découvrir Nat King Cole à un public plus jeune. Après tout, on aurait pu avoir un hommage collectif avec Zaz, Cali, Shy'm, Chimène Badi et Pascal Obispo, sur le modèle hommage à Goldman ou Renaud, qui là eût été un pur attentat au bon goût et au bon sens.

    Grâce soit rendue au citoyen Coltman, même si sur le fond, j'ai ce petit doute.

    Et on écoute. Shadows - Songs of Nat King Cole

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend... Steely Dan

    Dans le genre pop chic, cérébrale, tendant vers le jazz. Steely Dan. Deux perfectionnistes barrés, Walter Brecker et Donald Fagen. Magiciens du son. Groove. Que demander de mieux pour accompagner un weekend qui s'annonce ensoleillé!

    Double dose! A écouter ici et .

     

     

     

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 2 commentaires
  • Dans mon iPod ce weekend...

    Vacances... La bande-son de l'été... Du jazz... Apaisant... Il le fallait, il y avait des raisons qui poussent à chercher, pas toujours avec succès, une sorte de paix intérieure, en prévision des défis de la rentrée...

    Esbjörn Svensson Trio... Une bande-son idéale... Piano. Jazz épuré. Parfait...

     

    Et un morceau de Metallica - certains se sont gaussés lorsque j'ai énoncé sur un réseau social le fait que Metallica acccompagnait mes siestes... Extrait de l'album Masters of Puppets, monument metal, un instrumental... Orion... La tempête après le calme... Yeah!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend...

    Comme quoi on peut se larder les tympans au heavy metal et apprécier les instants aériens et minimalistes... Jazz, piano... Dépouillement extrême, apaisement, calme et volupté... Une découverte... Comme quoi, les potes ont du goût... Nik Bärtsch's Ronin... "Modul 42", extrait de l'album "Holon" (ECM - 2008)...

     

    Enjoy!

    technorati tags:
    del.icio.us tags:
    icerocket tags:
    keotag tags:

     

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend... (suite)

    Point de guitares hurlantes dans mon iPod ce weekend... Même si à la minute où je commets cette note l'ambiance est très métallique et saturée... La nuit tombe. Les grand fauves vont boire au marigot. Dehors le froid. Journée "en mode hibernation" comme disent les djeunz aujourd'hui.

    Esbjörn Svensson Trio. Un extrait du dernier concert.

    Un régal. Finesse. Légèreté. Invention.

     

     

    Enjoy!

     

     

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • TSF Jazz, ambiance cool du matin...

    Qui aime le jazz? C'est quoi le jazz?

    Musique complexe, intello parfois, musique de chapelles... Mais vaste vivier. Très vaste. Terra incognita pour qui passe le plus clair de son temps à se faire exploser les tympans à coup de guitares saturées, mitraillage de boîtes à rythme et bombardement d'infrabasses...

    tsfjazz.jpgEt pourtant... Le rockeur-né pourra s'agacer de ne trouver la programmation idéale. Une playlist est quelque chose de personnel. Pour qui connaît un domaine pour l'avoir parcouru de long en large jusqu'à plus soif, l'enchaînement de titres entendu sur une radio n'est jamais idéal... Il y a de temps à autres des instants de grâce absolue quand vos tounes fétiches, celles dont on ne se lasse jamais car elles sont liées à un instant précis d'une vie... Et l'instant de grâce s'achève brutalement. La faute de goût le dérapage. Le machin qui vous rappelle un mauvais moment, ou l'artiste que vous haïssez, parce qu'il n'a plus aucune crédibilité rock'n'roll, genre Phil Collins... La grosse daube, quoi...

    Une solution, pour les explorateurs, TSF Jazz... Le matin, à l'heure des Chocapics, ou sous la douche. Des climats nouveaux qui parlent au béotien. Moments d'extase et surprises permanentes. Plongées dans l'inconnu. Standards. Pas de bla-bla, pas de discours prétentieux ou abscons. Ambiance minimaliste.

    A tenter!!

    Enjoy!

    technorati tags:
    del.icio.us tags:
    icerocket tags:
    keotag tags:
    Lien permanent Catégories : Musiques 3 commentaires