Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Diana Krall, showcase à Paname

C'est un jeudi soir de veille d'anniversaire. Il pleut. Il fait gris et moche. Un de ces soirs parisiens avec embouteillages. Passons sur le chemin de croix pour atteindre République en déployant des trésors d'inventivité pour tenter de s'extraire du magma automobile. Théâtre Dejazet. Un théâtre à l'ancienne, cadre intimiste pour rendez-vous de qualité. Diana Krall en showcase, à l'occasion de la sortie de son nouvel album.

Diana Krall, c'est une vieille histoire qui commence un peu par hasard au début des années 2000. Une chanson, extraite d'un film de Clint Eastwood, était-ce Million Dollar Baby ou Minuit dans le jardin du Bien et du Mal, je ne sais plus et j'ai la flemme d'aller sur Google. Et tant pis pour la précision clinique. Sur le moment je n'en savais rien. Why should I care? Hein? Pourquoi devrais-je m'en faire? Keskon s'en fout? Ce genre de mélodie qui te prend aux tripes. Diana Krall se plongeait dans le great American song book, revisitant les standards de sa voix chaude. J'ai kiffé. J'ai suivi. J'ai tout. Même les albums moins réussis, lesquels recelaient toujours quelques pépites. Inconditionnel, et pourtant je ne l'avais jamais vue sur scène.

Et là, ce jeudi soir de veille d'anniv, elle est sur la scène du petit théâtre Dejazet. Guitare, basse, batterie, violon. Un Steinway noir, massif occupe une grande partie de l'espace. Et c'est parti pour une ballade chez Cole Porter, Nat King Cole... Les titres du nouvel album, les soli des musiciens, applaudis comme il se doit dans le monde du jazz. Quelques mots entre chaque titre. Brefs. Diana Krall ne finit pas ses phrases. Une dizaine de titres, L-O-V-E, Sway, entre autres. Instants magiques (je ferais bien d'autres figures de style, un peu moins paresseuses, un peu moins clichés, ça serait audacieux... Mais bon, c'est magique, quoi. Ca ne s'explique pas. Si c'était chiant, je dirais "c'est chiant". Mais là je kiffe. Parce qu'on est en zone de confort. Du classique, du solide.)

Tony LiPuma est mort il y a quelques mois. Il était le producteur de Diana Krall. Elle lui rend hommage. Instant émotion. Les larmes aux yeux quand elle l'évoque. Elle n'a pas de mouchoirs, elle n'a que le chiffon des ses lunettes. Sa voix se brise quand elle lance les premiers mots de They can't take that away from me. J'ai recherché ces mots, je ne sais plus au moment où j'écris ces lignes si ils ont été chantés tels quels.

Our romance won't end on a sorrowful note

Though by tomorrow you're gone

The song has ended but as the songwriter wrote

The melody lingers on (1)

Dernier morceau. Dernières notes. Diana Krall se lève, un mot d'adieux. Elle quitte la scène. Les lumières ses rallument.

Dehors il pleut toujours.

Nouvel album : "Turn up the quiet" (Verve) dans les bacs depuis le 5 mai

(1) "They can't take that away from me" Paroles et musique George & Ira Gershwin

Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.