Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

découverte

  • Dantec, en mode trip-hop

    Titre cryptique, le Dantec en question n'ayant rien à voir avec feu Maurice G, (auteur cyberpunk du siècle dernier s'étant un peu perdu en route au fur et à mesure de l'inflation de la pagination de ses opus). Dantec (3p) (prononcer trippy, comme trip hop, tu l'as?), c'est mon coup de coeur de la semaine. C'est un son. C'est un magnifique travail de production, qui s'aventure du côté de Bristol. Un EP va sortir dans les semaines qui viennent, EP dont j'ai pu explorer l'âpreté acid-punk, le truc qui te surprend et que tu ne lâches pas.

    Dantec m'a prévenu à l'avance, on n'est pas là pour se marrer. Effectivement, il est des sons qui te font sortir de ta zone de confort. En attendant, retour sur son premier EP, sorti en 2018, Recorder Blues. Plutôt soft. Enjoy!

     

    Dantec (3p) sur Spotify : Recorder blues EP

    Lire la suite

    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent
  • Chill du soir avec pâle regard

    Le genre de morceau pop accrocheur, très laidback, qui fait du bien. pâle regard, un groupe tout frais, tout neuf qui sort son premier EP. On en redemande. 

    Comme ils le disent eux-même : 

    "La musique de pâle regard n’est pas joyeuse. La musique de pâle regard n’est pas triste. La musique de pâle regard est mélancolique."

    Enjoy!

     

    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent
  • Enfin, l'album de l'excellent Guillaume Stankiewicz

    Guillaume Stankiewicz est un orfèvre. Un pur artisan qui aime les chose belles et bien faites avec un goût inné pour la précision et la beauté des mots. Cet album est à son image. Apaisé. Chic dans sa sobriété. Il ne fait pas de bruit. Il s'immisce dans nos têtes avec son sens de la mélodie. Et son amour de l'écriture. Il faut se laisser emporter par sa poésie. C'est impératif. Ca change des rimes pauvres, des clichés, du prêt à porter, de la musique d'ascenseur ou de supermarchés. Il y a tant de musique partout qu'on ne l'entend plus. Alors tant qu'à faire, autant essayer autre chose. Revenir à l'essentiel, à la parole, aux mots, simples. Guillaume Stankiewicz, est un artiste exigeant, même s'il se laisse aller de temps à autres à une reprise de Magnolias For Ever. Qu'il dépouille, qu'il dénude. Un peu comme lorsque Kurt Cobain, laissait entrevoir lors d'un unplugged de légende la sensibilité que camouflaient guitares saturées et voix au bord de la rupture qui étaient la marque de fabrique de Nirvana. L'époque est sale. La vulgarité est assumée au grand jour, l'outrance, le mensonge ou la post-vérité. Essayons de nous concentrer sur ce qui reste d'authentique. 

    Guillaume Stankiewicz "Les Années" - (La Souterraine)

    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent