Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pop culture - Page 5

  • Deux mois sous Android, bilan provisoire (épisode 2)

    oneplus, smartphone, androidLa suite... comme promis. Avec du retard. Certes. Mais passer sous Android, ça se mérite, c'est un combat. Surtout quand on vient de passer presque 7 années dans le confort douillet d'iOS! Parce que, OUI, Apple c'est confortable. Steve avait raison de se passionner pour l'UX (User Experience, expérience utilisateur... j'explique). Parce que quand tu débarques dans le monde Android et que tu as mis de côté tes réflexes geek... Argh! Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance, comme aurait dit Dante Alighieri du côté des Enfers.

    Lire la suite

    Catégories : Geekeries Lien permanent
  • Deux mois sous Android, bilan provisoire (épisode 1)

    one plus, smartphone, androidJ'étais tenté par le smartphone à grand écran. L'âge sûrement. Les doigts imprécis, la vue qui baisse... Non, j'déconne. Mon iPhone 5s était devenu anxiogène. Sérieusement. J'ai eu le 6+ entre les mains. Et puis, j'ai décidé de franchir le pas... et de passer à l'ennemi. Récit en plusieurs épisodes.

    Lire la suite

    Catégories : Geekeries Lien permanent
  • Bloc-note aléatoire

    Bientôt dix années de blogging... Aors, je fais ce que je veux. Tiens, le bloc-notre express dont la dernière publication date de... euh, je ne sais même plus. Enfin, si, je me suis replongé dans les archives. Le dernier dte du 21 décembre. J'arrête la numérotation. J'ai la flemme. Tu vois. La bonne grosse FLEMME. Je le passe en mode aléatoire.

    Ca c'est dit...

    Côté choses vues. Papa ou Maman. Marina Foïs vs Laurent Laffite (de la Comédie Française. Faut préciser, comme ça on ne le confond pas avec une version jeune de Michel Leeb). Le film où tpus les effets comiques sont concentrés dans la bande-annonce et qui distille un ennui plutôt profond. Manque de rythme. Mou du genou. Et pas vraiment méchant.

    Dans le genre méchant et cruel, Les Nouveaux sauvages, jubilatoire successions de sketches, de situation dopées à l'humour noir réjouissant! A voir!!

    Et dans le genre biopic bien foutu, même si j'ai pu lire ça et là quelques réactions peu enthousiastes de geeks intransigeants, Imitation Game. Bel hommage à Alan Turing, l'un des pères de l'informatique. Il décrypta le système de codage allemand, inventa une machine infernale, un genre de proto-calculateur, à l'origine de tous nos maux modernes (second degré)... De l'ordinateur aux Internets. De Charybde en Scylla. De la Roche Tarpéienne au Capitole. Du tenon à la mortaise. Superbe interprétation de Benedict Cumberbatch et de la délicieuse Keira Knightley.

    Côté choses lues, Ma Vie, l'autobiographie de Simone Veil. Parfois un peu trop didactique, souvent émouvant, toujours intéressant. Une vision nuancée de l'histoire et de la politique, qui apporte un beau contrepoint à nos certitudes manichéennes. 

    Rien d'autre à ajouter, sinon l'affirmation, une fois de plus qu'il faut que je me lance dans l'écriture d'une fiction. Quelques pages déjà rédigées. Le temps à trouver pour poursuivre.

    A part ça... je vous raconterais bien mon passage d'iOS à Android. Quand le gars qui a écrit un bouquin sur Steve Jobs, acheté un Mac, des tablettes, des iPhones et toute la panoplie, décide de faire acte d'apostasie et de faire l'acquisition d'un smartphone, One Plus. Bienvenue en terre inconnue... Android est un truc de geeks. Y'a du bon, et du moins bon. On peut tout customiser. Mais quelle absence d'intuitivité! A moins que Steve J. ce sournois ne nous ait simplement lobotomisés à force de simplification... Affaire à suivre...

    Enjoy!

    Catégories : Bloc-note, Ciné, Pop culture Lien permanent
  • Peut-on dire du bien de la Famille Belier?

    la famille bélier, damiens, viard, elmosninoJ'ai essayé, je le jure! Oui, je le jure sur la tête de Michel Sardou. Je suis allé voir le film que Télérama avait... OK, je sais, vous me voyez venir... Télérama + ma tronche de parisien, ça sent le snobisme bobo à plein nez. Je vous l'accorde... Oublions Télérama. J'ai joué la carte Intouchables. La carte Nakache-Toledano, plus la carte je-suis-en-vacances-je-n'ai-pas-envie-de-me-prendre-la-tête, esprit ouvert, détendu, avec la vraie envie de me faire plaisir. Et puis j'aime bien Sardou. Et Metallica. Et Baxter Dury. Sardou, je sais, c'est inavouable, comme Mike Brant. Mais ça se brame, en voiture, sous la douche. On connait par coeur. Le plus dur est de se l'avouer et de l'avouer. J'aime (et je préfère) Ferrat. Mais ça me regarde. Sardou, c'est comme une sucrerie, comme une tartine de Nutella. Bref, je suis conscient qu'en faisant cet aveu... Cela dit, j'en connais, des princes du bon goût musical, qui sont fans de Goldman... Yark, yark. Non, je ne balancerai pas de nom... Donc Sardou.

    Damiens, Viard, Elmosnino... un sans faute côté casting sur le papier. Sérieusement. Même si au final c'est Elmosnino qui s'en sort le mieux. Mais son personnage de prof de musique frustré d'être confiné en zone rurale et obsédé par la variété française et Michel Sardou mériterait presque un film entier, un film comique. Viard et Damiens en couple de sourds mériteraient eux aussi un film entier. Le genre de film qui permet de décrocher un César catégorie meilleure interprétation d'un handicap (le type de performance dont raffolent Dustin Hoffman ou Daniel Day-Lewis)... Et l'histoire de la gamine qui vit à la campagne mais qui a une voix d'or mériterait à elle seule un film entier. En fait la famille bélier, c'est comme les poupées russes. Il y a plusieurs histoires dans dans l'histoire. Plusieurs films dans le film. Et un scénariste qui ne s'est pas foulé pour raccorder ces histoires les unes aux autres. Du coup, l'ennui gagne, il ne se passe pas grand chose. Bien sûr on rit. Bien sûr il y a de l'émotion au détour de quelques séquences plutôt bien pensées, mais qui tombent un peu comme un cheveu sur la soupe... Séquences un peu putassières sur le mode, vous voulez de l'émotion, en voici une truelle. 

    La Famille bélier, c'est du cinéma populaire qui se fout un peu du peuple. Du cinéma paresseux qui ne fonctionne que par accumulation de situations sans souci de style ni de vraisemblance, qui aurait pu être bien foutu, ambitieux. Qui est juste malin et presque cynique. Evidemment, à l'aune du succès de Qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu ou de Rien à déclarer... on se dit qu'au moins on a vu un film populaire sans Christian Clavier ni Dany Boon. Ca rassure. Ca console. Et on se dit que c'est déjà ça de gagné...

    Catégories : Ciné Lien permanent
  • Joyeux Noël, le film

    joyeux noël, christian carion, dany boon, capra, pierre lemaitreJ'aimerais qu'on m'explique... Je n'ai pas regardé la Grande Vadrouille l'autre soir, l'ayant vu environ... euh, je ne me rappelle plus. Au terme d'un vote démocratique et familial, nous décidâmes le visionnage de Joyeux Noël, le film-qui-parait-il-est-vachement-émouvant-parce-que-Guerre-de-14-trève-fraternisation-la-paix-c'est-mieux-la-mort-ça-tue, etc. 

    Erreur fatale. 

    Au départ, une bonne idée. Au final, euh... Ach la guerre, gross malheur. Mais comment imaginer après ce Noël féérique à base de football entre les tranchées, échange chope de schnaps contre quart de pinard, et chanteurs d'opéra égarés mais qui te chantent (avec doublage désastreux) Stille Nacht au milieu des barbelés, oui, comment imaginer que la der des der a duré quatre années de plus... La faute à l'encadrement, aux Etats-Majors bellicistes peu soucieux de la qualité de vie et des conditions de travail sur le front... Sur le fond les gens y sont gentils, hein. Un peu simplets à l'image de Dany Boon qui dans cet opus nous joue le Chti bien brave mais humain, avec un grand H. Sagesse des petites gens, vanité des puissants. Ouais. Le résultat est follement démago.

    J'aurais du regarder la Grande Vadrouille. Plutôt Augustin le gentil peintre amoureux de la fille du Guignol, tyrannisé par Stanislas Lefort, Big Moustache, y a pas d'hélice hélas c'est là qu'est l'os... Et quitte à s'intéresser à la grande boucherie de 14-18, autant relire Au revoir, là haut, de Pierre Lemaitre. Et quitte à se faire un bon film de Noël, autant revoir La vie est belle, LE Capra. Ou même Maman j'ai raté l'avion. 

    Catégories : Ciné Lien permanent