Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Merci pour le Chocolat

Chocolat est un beau film. Familial. Avec tout ce qu'il faut d'humanité, de passion, de drame, d'humour. Du vécu avec des vrais gens, avec leurs fractures, leurs passé, leur rage de vivre et de s'en sortir. Destins croisés, destins tragiques de clowns oubliés. L'histoire est belle, la reconstitution signée. Le Paris de la Belle Epoque est reconstitué avec minutie. Omar est Chocolat, il est et reste Omar, ce géant doux au rire lumineux. On y croit. Le film de Roschdy Zem est aussi l'occasion de découvrir James Thierrée qui habite le rôle grave de Footit, le comparse, le mentor, l'inspirateur du duo.

James Thierrée est magistral. Impossible d'occulter sa lignée fameuse. Etre le petit-fils de Chaplin, porter en soi une part de légende, lourde responsabilité. Impossible de ne pas trouver une ressemblance avec l'immense grand-père, dans le visage, dans la gestuelle. C'est le personnage passionnant du film, dans toute son ambiguïté. A-t-il été le bad guy de l'affaire, celui dont on acceptait comme une évidence, contexte de l'époque coloniale oblige, qu'il donne des coups de pied au cul de son sparring partner noir? Footit a-t-il fait Chocolat, le duo reposant sur les stéréotypes raciaux de l'époque? Chocolat aurait-il pu faire carrière sans Footit? Footit est l'ingrédient indispensable à l'histoire. il en est le metteur en scène. Il est l'incarnation absolue du clown blanc, tout en intériorisation. Torturé. Pas drôle dans la vie réelle.

L'histoire du duo est belle, bien contée, tirée au cordeau. Le film est un subtil dosage d'humour et d'émotion. On est embarqué, c'est sa force. Alors on veut en savoir plus, on se plonge dans les Internets à la recherche de pistes, de récits, d'anecdotes complémentaires...

On trouve quelques traces ça et , des indices. Qui amènent au-delà de l'histoire racontée dans le film. La carrière de Footit et Chocolat aurait duré une quinzaine d'années, le film est très elliptique sur le sujet, voire trop, et laisse l'impression d'un succès indéniable mais éphémère. Là où le film dérange, c'est dans son récit de l'après-cirque et de la tentative de Chocolat de faire carrière au théâtre. L'histoire est belle, mais semble s'éloigner de la vérité historique. Certes Chocolat voulut s'orienter vers le théâtre. Mais il semblerait qu'il n'ait décroché que de petits rôles sans réelle envergure. Loin du récit du film qui en fait le premier acteur noir à avoir incarné Othello sur une scène parisienne. C'est dommage. J'aurais aimé que cette scène dramatique fut avérée, car elle fait partie des moments d'intensité dramatique forts du film, les doutes de l'acteurs en son talent, l'interprétation parfaite et le rejet d'un public ouvertement raciste. Petit bémol, mais preuve qu'on adhère à une histoire quand elle est bien racontée... When the legend becomes fact, print the legend, c'est connu. 

Ce bémol mis à part, Chocolat est un beau film de cinéma. C'est déjà ça. A voir, donc.

Lien permanent Catégories : Ciné 1 commentaire

Commentaires

  • Salut,
    Très bon commentaire qui donne envie d'aller le voir.

Les commentaires sont fermés.