Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ciné - Page 2

  • Hibou et Ramzy, je est un autre

    Hibou, c'est l'histoire d'un type normal, d'une  telle normalité qu'il en est transparent. On ne le vois pas, on ne l'entend pas, on ne l'écoute pas. Il n'existe pas. Du moins aux yeux des autres. Alors il se déguise en hibou. Et en devenant un autre, il devient lui-même. Son masque lui permet de devenir ce qu'il est au fond de lui-même. De s'affirmer, d'être reconnu, d'atteindre le top de la pyramide de Maslow. Bref, d'exister. Au yeux du monde. En  étant un autre il devient lui, ce qui m'amène à citer Arthur Rimbaud, je est un autre, ce qui tout de suite donne une autre dimension à l'analyse critique d'un film de Ramzy. Je file de ce pas candidater au Masque et la Plume. Ce qui, par association d'idée me semble être l'émission idoine pour Hibou... Masque, plume... Tout ça...  (Rire intérieur pour célébrer ce bon mot).

    Ramzy était là, hier soir, pour présenter ce film très personnel, très intime, léger en apparence, frais, joyeux, imparfait mais sur le fond réjouissant. Il a tombé le masque en se défendant d'avoir fait un film sérieux ou à thèse. Il est Ramzy. On retrouve dans Hibou de franches tranches d'humour régressif, avec Eric d'ailleurs. On y trouve de la déconne, de la gentillesse, de la tendresse. Et même Philippe Katerine. Et sa banane. Qui donne la banane. 

    Que retenir de Hibou sinon une analogie avec le monde des Internets. Et ce faisant, je fais mon auto-analyse. Bloguer, tweeter, c'est aussi une façon de revêtir son costume de hibou. C'est se créer un personnage. C'est projeter à la face du monde un autre soi. Une version augmentée. Améliorée. Authentique... ou pas. C'est être peut-être où on ne vous attend pas. Qui sait. Etre visible dans un monde de bruit et de fureur où domine le chacun pour soi et Gott Mit Uns.

    Je est un autre. Etre hibou, c'est chouette. (Jeu de mots à l'ancienne, visant à la réhabilitation d'expressions surannées... Assez facile qui plus est). 

    Hibou, c'est une réflexion (légère, sans prise de chou, pas besoin de Doliprane) sur la quête d'identité. Qui suis-je? Qui dois-je être? Comment faire coïncider sa nature profonde et ce que l'environnement social attend? Comment paraître et être? L'existence et l'essence. Ce qui nous pousse à construire une représentation acceptable de ce que nous sommes ou de ce à quoi nous aspirons à être. 

    C'est beau ce que je viens d'écrire, j'en ai la larme à l'oeil. Bon, je mets mon costard de hibou et je vous laisse. 

     

    Hibou de Ramzy Bedia sort le 6 juillet en salles.

    Catégories : Ciné, Pop culture Lien permanent
  • C'est cool, c'est culte

    Le Festival du Film Culte, c'est cool, non? Parce que Monsieur Karl Zéro a eu la riche idée d'envisager de projeter des films reconnus culte par le poids des ans, la vox populi, le goût des autres (je partirais du postulat qu'à chacun son sale goût, mais que quand même à part les Tontons Flingueurs et le Parrain, il n'y a rien. Je sais déjà qu'en écrivant ces lignes, je prends le risque de me voir opposer toutes sortes d'objections, rien que parce que je fais mine d'ignorer Mon Curé chez les Thaïlandaises, l'intégrale de Max Pécas et Dirty Dancing. Mais c'est comme ça mon p'tit gars. Le culte a ses raisons que la raison ignore).

    Mais l'autre idée folle du festival est de décréter, ou du moins  de tenter de déceler ce qui potentiellement sera culte... demain. Ou après-demain. On dans 50 ans. Et faut sérieusement avoir la tête dans le culte pour se projeter aussi loin. Culte ou pas culte? Telle est la question.

    Affaire à suivre. Pour le reste, les détails, la programmation, et tout le toutim c'est là : www.festivaldufilmculte.com

    Et si tu veux voter pour TON film culte, celui que tu souhaites voir à Trouville pendant la réétrospective, c'est là : www.festivaldufilculte.com/la-retrospective

    C'est du 16 au 19 juin, à Trouville sur Mer.

     

    Catégories : Ciné, Pop culture Lien permanent
  • Merci pour le Chocolat

    Chocolat est un beau film. Familial. Avec tout ce qu'il faut d'humanité, de passion, de drame, d'humour. Du vécu avec des vrais gens, avec leurs fractures, leurs passé, leur rage de vivre et de s'en sortir. Destins croisés, destins tragiques de clowns oubliés. L'histoire est belle, la reconstitution signée. Le Paris de la Belle Epoque est reconstitué avec minutie. Omar est Chocolat, il est et reste Omar, ce géant doux au rire lumineux. On y croit. Le film de Roschdy Zem est aussi l'occasion de découvrir James Thierrée qui habite le rôle grave de Footit, le comparse, le mentor, l'inspirateur du duo.

    James Thierrée est magistral. Impossible d'occulter sa lignée fameuse. Etre le petit-fils de Chaplin, porter en soi une part de légende, lourde responsabilité. Impossible de ne pas trouver une ressemblance avec l'immense grand-père, dans le visage, dans la gestuelle. C'est le personnage passionnant du film, dans toute son ambiguïté. A-t-il été le bad guy de l'affaire, celui dont on acceptait comme une évidence, contexte de l'époque coloniale oblige, qu'il donne des coups de pied au cul de son sparring partner noir? Footit a-t-il fait Chocolat, le duo reposant sur les stéréotypes raciaux de l'époque? Chocolat aurait-il pu faire carrière sans Footit? Footit est l'ingrédient indispensable à l'histoire. il en est le metteur en scène. Il est l'incarnation absolue du clown blanc, tout en intériorisation. Torturé. Pas drôle dans la vie réelle.

    L'histoire du duo est belle, bien contée, tirée au cordeau. Le film est un subtil dosage d'humour et d'émotion. On est embarqué, c'est sa force. Alors on veut en savoir plus, on se plonge dans les Internets à la recherche de pistes, de récits, d'anecdotes complémentaires...

    On trouve quelques traces ça et , des indices. Qui amènent au-delà de l'histoire racontée dans le film. La carrière de Footit et Chocolat aurait duré une quinzaine d'années, le film est très elliptique sur le sujet, voire trop, et laisse l'impression d'un succès indéniable mais éphémère. Là où le film dérange, c'est dans son récit de l'après-cirque et de la tentative de Chocolat de faire carrière au théâtre. L'histoire est belle, mais semble s'éloigner de la vérité historique. Certes Chocolat voulut s'orienter vers le théâtre. Mais il semblerait qu'il n'ait décroché que de petits rôles sans réelle envergure. Loin du récit du film qui en fait le premier acteur noir à avoir incarné Othello sur une scène parisienne. C'est dommage. J'aurais aimé que cette scène dramatique fut avérée, car elle fait partie des moments d'intensité dramatique forts du film, les doutes de l'acteurs en son talent, l'interprétation parfaite et le rejet d'un public ouvertement raciste. Petit bémol, mais preuve qu'on adhère à une histoire quand elle est bien racontée... When the legend becomes fact, print the legend, c'est connu. 

    Ce bémol mis à part, Chocolat est un beau film de cinéma. C'est déjà ça. A voir, donc.

    Catégories : Ciné Lien permanent
  • Concours! Des places à gagner pour "La Vie en Grand"

    Qu'on se le dise, le film "feel good" du moment, c'est La Vie en Grand. Les cités vues sans misérabilisme. Le sujet de société traité avec un humour léger, à la façon d'une comédie américaine (une comédie, pas un film de Michael Bay), sans démagogie trop visible, sans grosses ficelles. Juste le portrait de deux gamins sympas qui se lancent dans un business peu recommandable. A l'opposé de Dheepan, le film trouve le ton juste, par petites touches, savant dosage, sans tomber dans la caricature outrancière, sans niaisierie. Sans Omar Sy ni Reda Kateb, sans flics à la Olivier Marchal. 

    A voir.

    Et pour le plaisir, il y a ici même 3 places (pour deux personnes, soit 6 places au total quoi) à gagner. Premier arrivé, premier servi. Les 3 premiers qui postent un commentaire ont gagné. Un commentaire répondant à cette simple question: "Et vous, votre vie en grand, c'est quoi?".


     

    Catégories : Ciné Lien permanent
  • Ze Connasse wants to pécho Harry of England

    J'avoue, j'avais un peu peur... Etirer les séquences de la Connasse de Canal sur 1h30 de film... ça sentait clairement la mauvaise idée. Et puis j'ai vu le film. Et j'ai ri. Egérie? Oui. Camille Cottin, la fille mal élevée qui fait ce qu'on rêve de faire, comme tirer rapidement la nappe d'une table dressée pour voir si la vaisselle reste dessus, mettre ses doigts dans le nez en public, de préférence dans un contexte improbable et gênant. Bref, c'est un peu punk. Enfin, gentiment punk. Et ça se déguste sur le pouce. Et vite, avant qu'elle soit tellement connue que la caméra cachée lui soit impossible. Le film est imparfait, il y a ça et là quelques baisses de rythme (qu'on oublie vite grâce à une salve de séquences appelées à devenir culte). Impossible de révéler quoi que ce soit sans spoiler. Camille Cottin, et les deux réalisatrices, Elodie Lang et Noémie Saglio, ont fait un ovni. 

    A part ça, trois billets (pour 2 personnes) à gagner... Premier arrivé, premier servi! Il suffit de poster un commentaires sur le blog, sur le mode "pour gagner une place pour le film de la connasse, je suis prêt à...". Faites moi rire! 

    [EDIT 20h20] : Places gagnées, mais comme on est cool sur Dubuc's Blog, encore 2 billets pour 2 personnes à gagner!  Même principe, postez vos commentaires!

    Pas de réponses sur Facebook ou Twitter!


    Catégories : Ciné, Pop culture Lien permanent