Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interview Express : Wire Edge

Le métalleux a l'air sombre, un inquiétant pour le bourgeois, le bien-pensant qui est prêt à dégainer son crucifix ou ses gousses d'ail pour chasser le mal. Avec Wire Edge, on est face à un cas de revendication d'influences allant du metal à la cold wave. Enfant des 80s ayant grandi musicalement bercé par les climats lugubres et glacés de la cold wave, je ne peux qu'apprécier. Mais vous voyez le topo? Accumulation d'influences laissant entendre que ça va faire mal et qu'on ne va pas se marrer tous les jours. Mais se marre-t-on actuellement? Pensez à Jean Castex. Ça calme. C'est juste pour l'effet facile, tant le paysage est anxiogène et déprimant. Où ai-je posé ce masque? Damned. Je vois flou, j'ai de la buée sur mes lunettes noires. Mais à part ça? Wire Edge, un groupe qu'on aimerait immédiatement voir défendre son album Workhorse Empire sur scène, dans une atmosphère de headbanging, de moshpit, de wall of death. Dans la sueur et les relents de bière. Pour le moment, on n'a que les effluves de nos haleines dans le masque et nous fuyons autrui de peur qu'il nous asperge de ses excrétions corporelles invisibles. 

Faute de scène, on va tenter de décrire l'alchimie de Wire Edge, formule à deux guitares, jeu de batterie déconstruit, quatuor qui revendique les influence de Tool et Mastodon. Wire Edge s'autorise des moments instrumentaux, quelques envolées apaisées, pour mieux nous scotcher au mur du son. Nicolas a parfois un faux air vocal de Dave Gahan. Workhorse Empire, un titre évoquant l'acharnement d'un groupe formé en 2010, pour sortir son premier album. Dans l'attente d'une hypothétique reprise des hostilités live, interview express des 4 membres de Wire Edge : Jeremy : Basse / Franck : Batterie / Nicolas : Chant/guitares /Yann : Guitares

 

Si tu ne devais ne garder qu’un seul album de toute ta discothèque ?

Jeremy : «Kaleidoscope » de Transatlantic

Franck : « The Hunter » de Mastodon

Nicolas : « Outside » de David Bowie

Yann : « In the Court of the Crimson King » de King Crimson

Si tu ne devais garder qu’une seule chanson ?

Jeremy : « Into the Blue » de Transatlantic

Franck : « Ticks & Leeches » Tool

Nicolas : « Penny Lane » des Beatles

Yann : « The Pot » de Tool

Le truc le plus inavouable caché dans ton iPod (iPad, collection de CDs, K7, vinyles, favoris de ta plateforme de streaming, etc.) ?

Jeremy : « Des albums » de Burzum

Franck : « A thousand miles », Vanessa Carlton

Nicolas : La BO de Top Gun

Yann : J’assume tout. Même Britney.

Le truc le plus triste - celui qui te plonge dans un abime insondable de tristesse ?

Jeremy : « Solitary Soul » de Spock's Beard

Franck : « Rx Queen » Deftones

Nicolas : « Le Thème de Camille » de George Delerue

Yann : « Nothingman » de Pearl Jam

Le truc le plus joyeux - qui te donne la patate et que tu écoutes systématiquement pour te rebooster ?

Jeremy : « Youthanasia » de Megadeth

Franck :  « It's too funky in here » James Brown

Nicolas : « Fucking Hostile » de Pantera

Yann : « Demiurge » de Meshuggah

Le morceau que tu ne peux plus écouter ?

Jeremy : « One » de Metallica

Franck : N'importe quel Goldman

Nicolas : « Bad » de Michael Jackson

Yann : « Highway to Hell », d’AC/DC

Le morceau ou l’artiste que tu zappes systématiquement ?

Jeremy : Periphery (tout le chant clair dans le metal « extrême »)

Franck : Dès que c'est français

Nicolas : « Ils ont le pétrole mais c’est tout » de Michel Sardou. C’est très mauvais et pour de très nombreuses raisons.

Yann : N’importe quel titre avec un vocoder.

Idole absolue - s’il n’en reste qu’un ?

Jeremy : Victor Wooten

Franck : Danny Carey

Nicolas : Trent Reznor

Yann : Tom Waits

Kim Jong-un ou Kim Kardashian (ou Kim Wilde, Kim Basinger, Kim Deal, Kim Dotcom, Kim Fowley, etc.) ?

Jeremy : Kim Collins

Franck : Kim them all

Nicolas : Kim m’aime me suive

Yann : Kim Thayil

Ton objet-culte, ton doudou ?

Jeremy : Ma basse

Franck : Mon casque

Nicolas : Une guitare

Yann : Ma barbe

Drogue préférée ?

Jeremy : Le sport

Franck : La musique

Nicolas : Les Pim’s

Yann : L’alcool

Alcool préféré ?

Jeremy : L'anisette

Franck : Zubrowka

Nicolas : Le vin

Yann : Un bon vieux single malt qui sent la tourbe et l’air marin

Tes premiers mots en tant que Miss France ?

Jeremy : « Désolé vous faites erreur. »

Franck : « Mais à quel moment ai je perdu le contrôle pour me retrouver dans une émission à la con à me faire reluquer le cul par une bande de pervers inutiles ? »

Nicolas : « Je vous ai compris ! »

Yann : « Learn to swim »

Fuir mais où ?

Jeremy : En Laponie finlandaise.

Franck : Un endroit sympa en bord de mer avec pas trop de monde …

Nicolas : Là où court le lapin blanc.

Yann : En dedans.

Si tu ne devais faire qu’une seule émission de télé ou de radio ?

Jeremy : « Super Moscato Show »

Franck : MTV unplugged

Nicolas : Fort Boyard

Yann : Téléchat

Film culte de chez culte ?

Jeremy : « The Big Lebowski » des Frères Coen

Franck : « Pulp Fiction » de Tarantino

Nicolas : « Blade Runner » de Ridley Scott

Yann : « Casino » de Scorsese

Livre culte de chez culte ?

Jeremy : « Les Raisins de la Colère » de John Steinbeck

Franck : « Le portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde

Nicolas : « L’Infinie Comédie » de David Foster Wallace

Yann : « Le Nom de la Rose » d’Umberto Eco

Marc Lévy ou Guillaume Musso ?

Jeremy : Guillaume Musso

Franck : Qui ?

Nicolas : Je préfère être seul que mal accompagné.

Yann : J’aime mieux ne pas savoir.

La fin justifiant les moyens, jusqu'où es-tu prêt(e) à aller pour faire partie des 50 personnalités préférées des français ?

Jeremy : Nulle part

Franck : Je ne suis définitivement pas câblé pour plaire aux plus grand nombre …

Nicolas : Pas très loin

Yann : à l’asile, probablement.

Un dernier mot ?

Jeremy : « Zythum », Larousse 2017

Franck : Vivement ...

Nicolas : J’ai peur de n’avoir aucune chance pour Miss France mais j’ai aimé imaginer mon élection donc je dirai simplement « merci ».

Yann : Encore.

Assez parlé, place au son. Enjoy!!

Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel