Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La La Land, parce que!

    Pas plus tard qu'hier soir, je parlais de La La Land avec des potes. Et je disais que OUI, j'avais aimé ce film, justement pour la raison pour laquelle les critiques et détracteurs le détestent... J'ai aimé parce que c'est un film hyper-référencé. Un peu de Demy (quoique, pas tant que ça), un peu de Donnen, un peu de Gene Kelly, de Cyd Charisse, de Fred Astaire, de l'Age d'Or d'Hollywood, un peu de West Side Story. c'est CA qui fait le charme du film. Un univers totalement - trop? - bordé, qui parle à l'émotion, qui ne se décrypte pas sous l'angle l'intention ou du signifiant. On s'en fout. On entre dedans. Point barre. La première séquence est vertigineusement chorégraphiée. Exercice virtuose. Les esprits chagrins râlent. Z'ont pas aimé les couleurs. Z'ont pas aimé Ryan Gosling. Z'ont pas aimé la fin. Z'ont pas aimé le milieu. C'est pas du jazz, disent-ils. Who cares? C'est un film feelgood, plutôt moins criard et kitsch que les mauvais délires de Baz Luhrman (dont le finalement plutôt très moyen The Get Down sur Netflix). Zéro prétention. Zéro démonstration. Juste une histoire plutôt simple. Mais le pitch de Singing in the rain ou de Tous en scène (The Bandwaggon, de Minelli avec Fred Astaire et Cyd Charisse, film-culte à voir et revoir et re-revoir) était-il plus complexe? C'était pas du Bergman, c'était pas intello, ni torturé ni d'une grande complexité. 

    La La Land ça se déguste, c'est frais, sans fourberie. 

    Et pourtant, il y avait au moins une raison de ne pas y aller : l'affiche et son injonction, cet impératif catégorique insupportable, "Il est impossible de ne pas aimer ce film"... Euh... Je fais encore ce que je veux. Et si je veux ne pas aimer, je n'aime pas. 

    En l'espèce, j'ai aimé. Et quoiqu'en disent mes potes susmentionnés, NON, je ne suis pas bon public. J'y vais à l'instinct. Et je n'écoute plus Le Masque et la Plume. D'ailleurs, en comatant mollement devant la cérémonie des César, j'ai réalisé n'avoir pas vu 90% des films récompensés. Hormis Merci patron et Elle. J'aimé Merci Patron, malgré ses défauts. J'ai détesté Elle, malgré les qualités que lui attribuaient la critique. Pas vu Divines, jamais vu un Dolan. Et je serais même tenté de dire que je m'en fous...

    Pour en revenir à La La Land... ça a été le bon film au bon moment. On verra avec le recul. En attendant, entre deux salves de punk rock et de metal, je m'infuse la BO... et je kiffe.

    Love!

    Lien permanent Catégories : Ciné, Musiques 0 commentaire
  • Gimme Danger, Oncle Iggy raconte la geste stoogienne

    Certes parfois un peu verbeux, mais réellement passionnant le documentaire de Jim Jarmusch consacré à la chaotique histoire des Stooges. Racontée par ses protagonistes. Last man standing, Jim Osterberg aka Iggy. Une pure histoire rock, pleine de bruits, de fureur, avec le moins de glam possible. Une histoire de crasse, de dope, d'excès, une tension permanente, des hauts, des plus bas que bas. Une histoire où tout le monde meurt à la fin, ou presque. Mais une histoire où chacun est reconnu à sa juste valeur, pour son apport indéniable à la geste rocknrollienne.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Ciné, Musiques 0 commentaire
  • De la culture avant toute chose

    Je me suis surpris à me mettre à écouter France Culture. Pas depuis des siècles, non plus. D’abord par curiosité, parce qu'un peu lassé des matinales d'info. Après des années de France Inter, des années de France Info, des années à tenter d’échapper au tunnel de pub tonitruante. Quand il fait encore un peu nuit, autour de 7h00, quand les yeux ne sont pas encore totalement ouverts, quand l'esprit est en train de regagner son enveloppe terrestre, pas d’envie de se prendre dans la tête dès le réveil la laideur du monde. Un petit shoot de FranceCul le matin ne peut nuire. Ou un peu de Rage Against The Machine. C’est tout aussi segmentant… mais moins apprécié des adeptes des réveils en douceur.

    Aaaaaaaah, la culture. Ce petit détail qui change tout. Cet éclairage de l'âme. Cette petite chose qui nous rend plus humains. Et plus à même de tenter de comprendre le monde, devenu si complexe. Ce monde que d'aucuns tentent de nous enjoindre de ne voir que d'une seule façon, version monochrome, rouge sang ou brun-feldgrau. Noir ou blanc, choisis ton camp camarade. 0 ou 1. Vision binaire. Qui n'est pas avec nous est contre nous, nous vaincrons car nous sommes les plus forts, Dieu avec nous. Pauvre Dieu, mis à toutes les sauces. Il doit se gratter l'arrière de son majestueux occiput se demandant si vraiment, toute cette affaire de Création ça valait le coup. En même temps, 6 jours, c'était peut-être un peu ambitieux. Il aurait peut-être dû bosser le dimanche, histoire de passer au contrôle qualité. Quoique... Plaisanter à propos de l'Eternel, par les temps qui courent devient un exercice délicat. Mais pour bien rire de tout, il faut un substrat culturel minimal. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Humeur 0 commentaire