Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dans mon iPod ce weekend... Jay Z - ALicia Keys

    Alicia Keys et Jay Z en guest star, Empire State of Mind. Coup de coeur de la semaine. Rien à dire. New York, Concrete Jungle... Concrete Jungle, je pense à Marley, le grand Bob, qui avait lui aussi chanté la jungle de béton. Rien à voir avec le reggae et les ambiances mystico-enfumées de Kingston.  New York, jungle urbaine. New York que j'ai découvert pour la première fois il y a vingt ans cette année. Je vous raconterai ça un peu plus tard.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Je comprends mieux les bases du football américain...

    Sous nos latitudes, le football américain est, au même titre que le baseball d'ailleurs, un sport aux règles obscures. Il y a certes un terrain, deux équipes, un ballon, des poteaux... Mais la mécanique du sport lui-même est complexes. Les règles du football américain, les combinaisons qui permettent à une équipe de progresser en terrain adverse pour marquer des points et alimenter les bases statistiques relèvent des sciences occultes. Impénétrables pour nos esprits européens. Je remercie donc chaleureusement les initiateurs et membres de la Lingerie Football League qui s'ils n'ont pas totalement défloré les subtilités du jeu, m'ont donné une raison valable de m'y intéresser. Avec un regard neuf. Un oeil écarquillé afin d'en apprécier les finesses.

    Un extrait de match et une interview pour appuyer l'argumentation:

     

     

    Je suis finalement assez fan des Chicago Bliss, mais vais me pencher sur le cas des Dallas Desire, Phoenix Seduction, Seattle Mist et Miami Caliente.

    Enjoy!!!

    Lien permanent 0 commentaire
  • Bloc-note express N°117

    Gainsbourg... Critiques presque unanimes, promo d'enfer. Les ingrédients qui rendent méfiant. Trop de consensus tue le produit. gainsbourg_sfar.jpgEt pourtant, la surprise est agréable. Certes, Johann Sfar est l'auteur du sublime Chat du Rabbin. Le genre de BD qui par son intelligence vous réconcilie avec le genre. En l'occurrence, je ne suis pas objectif. Je suis fan de Sfar. Mais s'attaquer à Gainsbourg, un monument, avec le risque tomber dans la caricature de la caricature... Casse-gueule. Sfar s'en sort avec les honneurs. Eric Elmosnino EST Gainsbourg. Troublante ressemblance. Attitudes interprétées au millimètre. Laetitia Casta est Bardot, avec sa diction enfantine si particulière. Anna Mouglalis incarne une Greco troublante. Cette ironie, cette voix dans les graves. Autant La Môme était un biopic classique sans point de vue. Autant Gainsbourg, sans être un film à thèses, ouvre des horizons, explore des pistes, se ballade dans l'imaginaire gainsbourien. Avec talent.

    Logo_Rose.jpg

    Ce soir, présentation sur le personal branding, et l'identité numérique devant des étudiants. Demain, show sur les perspectives marketing des médias sociaux pour une marque de luxe. La semaine prochaine, intervention sur l'enjeu des médias sociaux pour l'entreprise devant un parterre de patrons. Premiers clients, premières missions. Notre petite entreprise fait son chemin (Ce n'est pas un Nous de majesté, est-il besoin de le préciser. Nous = mon associée et ma pomme) . Au fait, elle s'appelle ROSE (Return On Social Experiment). Plus d'infos bientôt.

    A part ça, interview à propos de la pub dans les jeux vidéo, et citation dans Le Progrès de Lyon.

    Samedi soir, j'ai fait le deejay... Pas simple d'être un ambianceur. De trouver la juste balance entre ce que vous aimez et ce que vont aimer les autres, ceux du dancefloor. Ce qui m'amuse à chaque fois est qu'il y a toujours le gus qui veut un morceau précis et qui se battra pour l'obtenir. Quitte à te répéter le titre à l'oreille inlassablement... Et ce titre là, c'est LE SEUL que tu n'as pas dans ta playlist... Gag...

    Télévision... Ce soir le grand show de propagande pré-élections régionales, pour remonter la pente et tenter de séduire le chaland. Hola le peuple! On sort JPPernaud, un panel de vrais gens, et not' Président, y va causer avec eux. La belle blague. "Moi, M'dame Michu, j'vous dit ke j'dis ske j'fais  et j'fais ske j'dis". En substance, un exercice convenu de fausse démocratie télévisuelle. On passe d'emblée.

    Télévision bis... Vu hier soir, le pestacle caritatif organisé par France 2. Pestacle, et non show. Vu le niveau des prestations. N'imaginez pas que j'ai passé ma soirée devant l'écran. Suffisamment héla, pour entendre Julia Migenes-Johnson massacrer Carmen, Maurane exécuter sans sommations Véronique Sanson en présence d'icelle, Patriiiiick Bruel duettiser sur James Taylor... Les Américains ont George Clooney pour le caritatif. Nous avons Daniela Lumbroso et Cyril Hanouna. Cool! A part ça, des célébrités et demi-célébrité ânonnent des messages d'espoir à l'attention des Haïtiens, qui ne sont pas devant leur poste, un peu occupés à déblayer et reconstruire.

    Enjoy!


     

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 2 commentaires
  • Dans mon iPod ce weekend... NOFX

    Une innocente chanson française, un peu inepte, d'une certaine fraicheur, inscrite dans le patrimoine culturel franchouille: Les Champs Elysées. Joe Dassin, brushing impeccable, cols pelle à tarte, patte d'eph et pilier des soirées Maritie et Gilbert Carpentier de la France giscardienne.

    Pour une raison inconnue de nos services, NOFX, groupe punk américain, papillonnant entre hardcore, ska et reggae, décide un jour de 1994 de faire une cover de  nos Champs Elysées patrimoniale. Et en français... Résultat improbable et réjouissant!

     

    Et pour le fun, Joe Dassin, le vrai, dans la version allemande... Die Champs Elysées...

     

    Viel Spass!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Banquier mon ami...

    marianne.jpgGrande enquête dans Marianne, le 2 janvier dernier, alors que le magazine faisait sa Une sur Pie XII (Disclaimer: je cite Pie XII, uniquement pour le référencement, que les choses soient claires. Pas le temps ni d'alimenter une polémique, ni de compter les points Godwin. Non point que le sujet ne me chatouille la mitre. Mais ma maîtrise du sujet est loin d'égaler celle de Koztoujours).

    Donc point de Pie XII mais une enquête sur les banquiers, intitulée "Tenir tête à son banquier". Carrément! Power to the people. Marre de banquer, dit la pub. Yep, Marianne appelle à la révolte feutrée mais ferme!

    Un verbatim dans la rubrique "Apprenez à parler banquier" m'a fait rire, d'un rire, un peu jaune. Quand le banquier dit "ce produit que je vous ai vendu il y a deux ans est un placement à long terme", il faut comprendre que la moins value a dû atteindre les 95% et qu'il va falloir plusieurs vies pour espérer récupérer la mise... En clair, nous dit Marianne, un placement à long terme, c'est un placement à court terme qui a mal tourné"... Etonnant, non? aurait dit Maître Desproges.

    Enjoy!

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le Top 10 des mots de passe les plus utilisés

    Imperva vient de publier un rapport sur les mots de passe et la sécurité informatique. Le rapport complet est là.

    Les mots de passe les plus utilisés sont les suivants:

    1.      123456
    2.      12345
    3.      123456789
    4.      Password
    5.      iloveyou
    6.      princess
    7.      rockyou
    8.      1234567
    9.      12345678
    10.     abc123

    Le rapport donne des indications précieuses sur le choix d'un mot de passe: aucun mot provenant du dictionnaire, aucune indication personnelle, même partielle. Un mélange de caractères alphanumériques, en minuscules et majuscules mêlées. Pas moins de 8 caractères. Une phrase cryptée peut servir de point de départ et être facile à mémoriser. Et bien évidemment, un mot de passe différent par site...

    Enjoy!

    Lien permanent 2 commentaires
  • 21 janvier, une pensée pour Louis-Vladimir Oulianov-Capet...

    louis 16.jpgAh, le 21 janvier... Sans aller comme chez les Rad-Soc du sud-ouest, déguster une tête de veau en commémoration de la décollation du citoyen Capet aka Louis le Seizième, roi de France, j'ai une pensée émue pour mon enfance versaillaise. Un p'tit gars de la lieue-ban je suis. Lieue-ban de Versailles, certes, un peu à l'ouest, certes... Mais mes humanités chez les Pères Eudistes m'ont laissé d'agréables souvenirs... Ceux du 21 janvier, où chaque année, quelque cothurne, drapé dans son imper kaki, issu des surplus de l'armée - et passant ses weekend à crapahuter avec ses copains scouts d'Europe (en chantant pour certains "Ich Hat ein Kamerad"...), arrivait en l'établissement la mine grave, un brassard noir entourant son biceps malingre. Particule au vent. Rangers aux pieds. lénine.jpg

    Souvenirs de quelques facéties, en cette époque, où en milieu de droite conservatrice, il était plus drôle pour l'adolescent féru de punk rock, de s'affirmer de gôche. Facétie qui consista un matin, en classe de terminale, à décrocher le crucifix, et le remplacer par un portrait de Vladimir Illitch Oulianov, dit Lénine... trépassé lui aussi un 21 janvier... Qu'est-ce qu'on rigolait à l'époque... Ricanements sous-cape des lettrés. Visages blêmes des royalistes. Haussement d'épaule du prof d'histoire, qui en bon lecteur du Nouvel Obs goûtait la blague en son for intérieur...

    Aujourd'hui, ce sera couscous, avec quelques comparses de la blogosphère. Nous lèverons nos verres à la santé de Louis-Vladimir Oulianov-Capet. Et célébrersons la fin (provisoire) de l'Histoire.

    Enjoy!

    Lien permanent 2 commentaires
  • Opportunisme gainsbarrien...

    Certes, le sujet devient le marronnier de la semaine. Les convertis de la dernière heure, même le Figaro Magazine, vont s'extasier sur le film de Joann Sfar et son sujet devenu hyper-consensuel avec le temps... Serge Gainsbourg. Pour avoir eu la chance d'être fan du grand Serge bien avant sa mort (Hé, hé! Pour une fois, je me vante!), j'ai pu lire dans les colonnes du magazine précédemment cité, les chroniques outragées de Michel Droit pour cause de Marseillaise détournée façon reggae... Contemporain des hauts faits de Sergio: le billet de 500 balles brûlé en direct à la télé, le "I want to fuck you" déclaré en direct à la prude (et pas encore cocaïnée) Whitney Houston, l'épisode d'Apostrophes, où il s'en prit violemment à Guy Béart (qui aux dernières nouvelles n'a pas encore été arraché à l'affection de ses fans encore en vie). Quel show! Gainsbourg déclarant que la chanson n'était qu'un art mineur. Complexe amoureusement entretenu et travaillé, commparaison permanente à ses maîtres picturaux comme Picabia... La chanson, art mineur qui encule un art majeur. Le Serge avait l'élégance. Classieux le gars. Un type qui affirmait, "j'ai retourné ma veste, le jour où j'ai découvert qu'elle était doublée de vison"... Une merveille!

    Et pour le plaisir, Striptease, chanté, ni par BB, ni par Greco ou Birkin... Mais Nico. La vénéneuse égérie du Velvet Underground.

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 1 commentaire