Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Bloc-note express N°112

    2009... Il est temps que cette année s'achève... Année de crise. Année de désagrégation. Année pourrie, quoi. L'année qui vous donne envie d'ailleurs. D'autre chose. Et pourtant année riche. Année du déclic entrepreneurial. Année du rebond. Année du fight. L'année qui te fais apprécier les vers de Kipling:

    Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie, et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties sans un geste et sans un soupir...

    Tu seras un homme, mon fils. Un homme.

    On ressort tous les aphorismes de la philo à deux balles. Tellement importants malgré leur côté cliché et moultes fois entendus:

    Rien de grand dans ce monde ne s'est fait sans passion... Hegel

    Ce qui ne te tue pas te rend plus fort... Nietzsche

    I've always believed that the mind is the best weapon... John Rambo - in Rambo II

    Rebâtir. Construire. Créer. Rebâtir sur les ruines de la start-up. Construire un projet qui tienne la route. Qui permette de se projeter. Créer la boîte. De la richesse. De la valeur.

    Dans le concret... Un livre, à écrire pour la fin du premier trimestre 2010. Une agence en cours de constuction. Un programme de coaching en cours de commercialisation (téléchargeable ici: Personal Branding.pdf ).

    Bloc-note très express ce matin... Trop de taf'! :)

    Enjoy!

    Catégories : Bloc-note Lien permanent
  • Dans mon iPod ce weekend... Spécial Noël!

    Fin d'année sombre, comme dans un film de John Hillcoat adaptant Cormac McCarthy... Une couche de réchauffement climatique, une couche d'identité nationale, un zeste de chômage récurrent, un manteau neigeux... Glauque et plombant, non?

    Chauffage à fond, sous la couette, une tasse de Nespresso parfumé à la crème de marrons, un chat qui ronronne... Cliché absolu. Comme dans les films publicitaires. Un envie de cheminée et de peau d'ours...

    Et des Christmas Carols, cette spécialité anglo-saxonne sympathique, plus fun en tous cas que l'inusable Pétit Papa Nowel de Tino Rossi. Même Bob Dylan a enregistré un disque de Noël cette année, c'est dire!

    (Pour mes lecteurs via Facebook, allez directement sur le blog pour visionner les vidéo!)

    Lire la suite

    Catégories : Musiques, Playlists Lien permanent
  • Toune de saison: Let it snow

    Ce bon vieux Dino... Let it snow... Ca c'est mon côté old school... Cheminée, chaussettes attendant le passage de Santa Claus, comme dans les tableaux de Norman Rockwell...

    A part ça, le scooter sous la neige, c'est l'aventure au coin du boulevard... Mais, selon l'adage: biker un jour, biker toujours! Live to Ride!

     

    Enjoy!

    Catégories : Musiques Lien permanent
  • La Route, un film et des réponses à une question: l'homme est-il bon?

    la route.jpgOuch... Un dimanche après-midi parisien. Ciel plombé. Froid. Et séance ciné... La Route, tiré du livre éponyme de Cormack McCarthy. Distribution solide, portée par Viggo Mortensen, en qui on fait une confiance aveugle. Un type qui dérouille les mafieux russes dans les hammams, à la seule force de ses poings... On le juge d'emblée capable d'amener son fils voir la mer, dans un monde dévasté sans l'aide de Roland Emmerich.

    Premier constat, 2h40. Long, dans la grisaille absolue. Tout est crade, détruit, délabré, crâmé, défoncé. Il flotte. Au moins autant que dans Blade Runner. La vision post-apocalyptique de l'hémisphère nord ressemble à un long mois de novembre. L'homo americanus a perdu ses repères, la clim, Tivo, Wal-mart, Verizon. Lorsqu'il tombe sur, par hasard, une canette de Coca, c'est l'extase. Quand il tombe sur une réserve de fruits au sirop Del Monte, c'est l'orgasme. L'homme est bon, il préfère crever de faim, grignoter une sauterelle de temps en temps, garder sa dignité. On lui chanterait presque du NTM pour lui remonter le moral... Laisse pas traîner ton fils si tu veux pas qu'il glisse. Yo.

    L'homme est bon. C'est certain. D'ailleurs une partie des survivants de l'Apocalypse s'en sont convaincus. En y goûtant. Elevages souterrains, réserves de bouffe vivante gardée au frais à la cave. Chasse au gibier sur pieds dans les forêts, dépeçage, fumage. Quand l'homo sapiens sapiens regarde un enfant avec concupiscence, c'est uniquement pour en aprécier par anticipation la saveur de la bavette, du rumsteack ou de l'entrecôte...

    Bref, Viggo Mortensen, l'homme bon par nature, tente d'échapper à ceux qui ne l'envisagent pas pour sa bonté intérieure mais pour sa saveur... A l'os, pas de graisse, que du muscle. Le gamin larmoie. Garde son paternel dans le droit chemin. Le père meurt, épuisé par plus de deux heures de cavale sous la pluie. Et patatras, Hollywood reprend le contrôle. Le gamin retrouve une famille. Le soleil se lève, un peu.

    Générique. Sortie. On regarde à droite, à gauche. Paris n'a pas changé. Les passants ne se jettent pas sur vous la bave aux lèvres pour vous dévorer le rable. Soulagement.

    Enjoy!

    Lien permanent
  • Bloc-note express N°111

    vaccin.jpgVaccination faite. Plus de deux heures un vendredi soir. Une douleur en haut du bras gauche (l'auteur de ces lignes, probablement fasciné par le décolleté de l'infirmière a failli se faire piquer l'épaule droite... Car pour être dévot, [on] n'en [est] pas moins homme)... Ambiance décontractée au gymnase. Bonbecs en fin de séance, des Régalad. Et pas de la copie Lidl! De l'authentique. Il n'y avais plus d'oursons. Bla, bla, disclaimers signés dans tous les sens. Questionnaires, pas d'allergies, pas de maladies auto-immunes, pas d'épilepsie, pas de cancer, euh, non, ça va globalement. Bon, vous risquez juste, le syndrôme de Guillain-Barré. Une p'tite paralysie qui commence par le bas du corps. A part ça, l'adjuvant c'est de la graisse. Pour faire court, les requins en ont. On est content.

    Samedi matin, dormi sur le bras gauche. Le chat est matinal. Mal au bras. What else? Un Nespresso pour la route et on passe à autre chose.

    malraux.jpgJohnny est mort. Frédéric Mitterrand se renseigne. Bon, le gars Johnny, hormis quelques bastons de jeunesse, Place de la Nation, pas de cadavres dans les placards, pas d'affaire Markovic, pas de parties fines de l'Elysée. Pas de Patpong à l'horizon. Clean le gars. Nico laisse un mémo sur le répondeur du Ministère. Penser à transférer les cendres au Panthéon. On réveille Malraux. Il a connu les débuts de Johnny. Frédo hésite entre un hommage façon FR3 mitan des 80s (Bonsooooooooooar! Johnny Hallydaaaaay, idoooole de notre éterneeeeeeelle jeunesse, idole des jeunes pour l'éternitééééééé), et un copier/coller de l'hommage à Jean Moulin de son illustrissime précécesseur. Entre ici, Johnny, en ton funeste cortèèèèège. Ca jette. Entre ici, Johnny (quinte de toux, râclement de gorge malrauesque), inventeur du wock'n'woll, pilier de la France éternelle, artisan incomparable des Trente Glorieuses.

     

     

    johnny.jpgDes heures de Johnny dans la presse, à la télé, à la radio. Pendant ce temps, Copenhague, l'Afghanistan, l'Iran, la crise, l'identité nationale, passent à la trappe. Même le foot est relégué au second plan. Il n'y en a plus que pour l'idole des jeunes du début des années 60. Qui ont pris du bide, perdu des cheveux et ne bénéficient pas pour leurs épouses de la prime à la casse, comme le gars Johnny. Ca y'est. Je m'emballe. Impossible d'écrire une ligne sur Johnny sans déraper. Mais Johnny, au delà du performer, est une imposture musicale. Un monument du génie français de la même cuvée que la Ligne Maginot, le Minitel ou le BiBop. Tellement formidable que personne n'en a jamais voulu à l'export... ;)

    Enjoy!

    Catégories : Bloc-note Lien permanent