Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

the wall

  • Roger Waters, The Wall et moi

    roger waters,the wall,pink floydPink Floyd. The Wall. 1979. J'ai 15 ans. Je suis fan. Et je suis juste au point de basculement, car Pink Floyd, ce n'est pas la musique de l'époque. L'époque se partage entre le disco mainstream pour les gens, et la new wave pour les gens de goût. Et moi, si je vomis le disco, je suis partagé entre ma passion adolescente pour les morceaux cosmiques de Pink Floyd, et les climats sombres des Stranglers... L'alpha et l'oméga.

    The Wall, je l'ai écouté en boucle. A fond. Toujours à fond. Grandiose, grandiloquent. Mon anglais était en devenir. J'ai fini par connaître les lyrics quasimment par coeur.

    Pink Floyd a plus ou moins splitté. J'ai moins suivi. The Final Cut aura été la dernière limite. Puis l'oubli. de quelques années. Une résurgence avec LE concert devant le Château de Versailles, en 89 ou 90, je ne sais plus bien. Des effets, de la quadriphonie, mais un Pink Floyd amputé de Roger Waters. Trou noir pendant quelques années. je passe au CD. Mes vinyles du Floyd prennent doucement la poussière. En 2001, j'achète la compilation. Echoes. Je n'adhère pas à la période Division Bells. Mon Pink Floyd c'est celui de 70 à 79.

    roger waters,the wall,pink floydEtudiant en classe prépa, je me rappelle de soirées passées à écouter The Wall en éclusant quelque alcool, entre deux colles de math.

    Les années passent.

    Je récupère l'intégrale du groupe. Réécoute Echoes, pas la compil, la face 2 de Meddle. Mon tout premier album du Floyd. Echoes, 20 minutes planantes à souhait. Kif absolu. Réécoute Us and Them The Great Gig In The Sky, Dark Side of the Moon. Toujours à fond. Entre deux morceaux de Metallica, d'Arcade Fire, de Fleet Foxes, de Neil Young, des Queens Of The Stone Age, de Johnny Cash, de Bruce Springsteen, ad lib...

    Mais venons en à Roger Waters à Bercy. Enfin.

    Un monde fou, des jeunes, des vieux, des vieux jeunes, des jeunes vieux. Des babas, des bobos, des chauves et des chevelus. Portant t-shirt Pink Floyd, comme il se doit. Sur scène, un mur ébauché. gigantesque. Un écran rond, typique de la scénographie floydienne.

    20h30. Début du show. Gros son quadriphonique, d'une grande clarté. In The Flesh. Les paroles reviennent en mémoire, spontanément. C'est l'album, note pour note. Malgré l'absence de Wright, Mason et Gilmour. Morceau de bravoure sur morceau de bravoure. Another Brick In The Wall (Part 2)... "We don't need no education! Teacher, leave the kids alone!" Cri du coeur repris par 15 000 personnes. Le mur s'anime, se couvre de projections d'images de guerre, de slogans, de graffitis. Le mur est l'élément principal du show, on assiste à sa construction progressive. Brique par brique, jusqu'à ce qu'il occulte complètement la scène, qu'il efface le groupe. Fin du premier acte. Intermède.

    Hey You marque la reprise du show. 15 000 spectateurs devant un mur. Comfortably Numb. Avec une guitare gilmourienne. Perchée au sommet.

    roger waters,the wall,pink floyd

    Dérive fascisante de Pink, le décor évolue vers une architecture façon Albert Speer. Les marteaux défilent sur le Mur. Les images-choc. Run Like Hell! Les vers qui s'infiltrent partout. Le juge obscène imaginé par Gerald Scarfe. The Trial. Le verdict: "Tear down the wall!". Et le Mur s'écroule. Fin. Retour acoustique. Ovation, salut.

    The Wall ou le spectacle total. Ce qui fascine aujourd'hui est cette nouvelle tendance des groupes et artistes à venir interpréter une oeuvre complète. Comme un musicien classique décide d'interpréter tel concerto ou symphonie. Les Queens Of The Stone Age jouant intégralement leur premier album. Echo and the Bunnyman rejouant sur scène Ocean Rain. Les Who, il y a quelques années interprétant l'intégralité de Tommy. Et Pink Floyd familier du fait, rejouant Dark Side Of The Moon.

    On se prend à rêver des Beatles jouant intégralement Sergeant Pepper en live... Un peu difficile hélas, pour cause de défection de 50% du line-up original.

    roger waters,the wall,pink floydRestent alors les tribute bands... Mais sauront-ils apporter une touche personnelle? Le public sera-t-il prêt à accepter une interprétation sortant de ce qu'il a entendu sur l'album et ne souhaitant pas en sortir?

    On a entendu des covers de morceaux devenus des standards. L'heure n'est-elle pas à la cover intégrale d'albums mythiques au risque du sacrilège? Les Flaming Lips ont tenté le coup avec bonheur avec Dark Side Of The Moon. Luther Wright and the Wrongs ont réalisé une version country-bluegrass de The Wall, plutôt réussie ("Rebuild the Wall") et assez 2nd degré...

    Des suggestions? Bat out of Hell de Meat Loaf interprété par Mike Patton et Faith No More, ou The Kills... Rumours de Fleetwood Mac par Band Of Horses... Qui dit mieux?

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 1 commentaire
  • Bloc-note express N°173

    the wall, roger waters, bercyCe soir, je vais voir The Wall à Bercy. Même si Roger Waters n'est pas a priori un garçon sympathique. Même si mon préféré était David Gilmour et ce son unique de guitare. The Wall... Je connais les lyrics presque par coeur. Un pur mythe. Ce n'était pas prévu. Ce n'en est que meilleur! Parce que ça, va être grandiose. Parce que je serai dans la fosse avec des potes. Parce que je vais connaître le grand frisson sur Comfortably Numb, Run Like Hell, Young Lust, The Thin Ice, Mother... Another Brick in the Wall Part I, II, III... Parce que... Je vous raconterai.

    En attendant, j'ai écouté le dernier album de Moby. Agréable comme musique d'ambiance. Sans surprises pour l'oreille. Moby décline la formule initiée en 2000 avec Play. Ni mieux, ni moins bien. Pareil. Plutôt mieux que ces deux ou trois précédents albums, sans plus. Service minimum, pour génériques d'émission télé, ou de pub. Juste plaisant. 

    la défense lincoln, michael connellyPour comprendre le système judiciaire américain, allez voir La Défense Lincoln, thriller avec Matthew McConaughey, d'après Michael Connelly. Vous comprendrez mieux les enjeux de la procédure à l'encontre de DSK. 

    Pour en finir avec DSK, du moins icitte, une réflexion au passage... J'avais écrit un bref plaidoyer pour le droit au candidats de gôche à avoir de la thune. C'était l'histoire de la Porsche. Rappelez vous!  A long, long time ago in a far away galaxy... Avant les évènements. Depuis, les détails du loyer du petit pied à terre de Tribeca me plongent dans une certaine perplexité... Un peu too much, non, cet étalage de fric? Qui rend d'ailleurs le normal François Hollande, candidat normal à la Présidence normale, tellement normal qu'il en devient normalement terne. Certes, l'heure n'est pas au glamour ni au rêve, mais tant de normalité rend la normalité déprimante... Il va falloir faire open bar ou organiser les meetings au moment de l'happy hour...

    Lectures en cours, "Game-based Marketing" de Gabe Zicherman et Joselin Linder. De quoi élargir ma Weltanschauung, et enrichir mes convictions quant à la pertinence du jeu dans la communication et le marketing.

    A part ça... Ma fille N°1 a passé son permis de conduire avec succès! Raaah lovely! Je lui dédie ma note sur Zombie Driver, ah ah! ^^

    A part ça...

    Rien.

    Bonne semaine!

    Enjoy! 

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • dans mon iPod ce weekend (prolongé)...

    medium_luther_wright.jpgDans mon iPod ce weekend... Un truc improbable. Fermez les yeux, imaginez... Non, finalement, rouvrez-les. Vous ne trouverez pas... Après la Californie, après deux semaines sur la route... La route... C'est ça l'Amérique, conduire pendant des heures, en écoutant de la country music... Mon équipage a failli craquer. Trois heures de Garth Brooks, Willie Nelson, Johnny Cash, Dolly Parton, etc... sous prétexte que c'est indispensable à l'ambiance, ou du moins plus adapté que... disons, Sandrine Kiberlain (private joke à usage familial...)... Quoiqu'il en soit, ma première acquisition depuis le retour sur le sol de la vieille Europe: Luther Wright and the Wrongs! Perplexité de l'autre côté de l'écran. Luther What? Un groupe de country-bluegrass canadien dont l'exploit a été d'enregistrer une version redneck du classique de Pink Floyd, The Wall. Pas un ou deux morceaux, façon Garth Brooks reprenant Billy Joel, non! L'intégralité de l'album! Les soli de David Gilmour sont joués au violon, le reste n'est que banjo et slide guitar. Mauvais goût? Même pas! Une vraie relecture, une réinterpretation du concept-album cohérente, solide, audible et même enthousiasmante!!! Ca s'appelle "Rebuild the Wall". A écouter immédiatement! Howdy cowboys!!!!

    Pour goûter la chose, le site officiel de Luther Wright and the Wrongs ainsi que leur page MySpace, (avec un seul extrait de Rebuild the Wall: Good bye blue sky...). Pas de vidéo, hélas!!!

     Enjoy!!                                                                                                                                                                                                      

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 4 commentaires