Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sofia coppola

  • Somewhere, lost in California

    affiche-de-somewhere-de-sofia-coppola-4724807lzjdw.jpgSomewhere est un film plaisant car Sofia Copola a un talent inné pour filmer le vide, la solitude. Il y a des similitude profonde entre les personnages de Marie-Antoinette, des vierges suicidaires, de Bob Harris et aujourd'hui de Johnny Marco, acteur adulé. Des personnages en plein désarroi. Des déracinés, qu'ils vivent en pleine Americana, à la cour de Versailles, à Tokyo en plein décalage horaire ou au Chateau Marmont à L.A.


    Et pourtant, je suis ressorti frustré de ma séance dominicale. Somewhere est un film d'atmosphère. Mais dont les personnages demeurent désespérément lisses. Johnny Marco s'ennuie. Il traine dans sa chambre d'hôtel. Il a tout, il ne veut rien de spécial. Comme Bob Harris à Tokyo. Encore que Bob Harris, avec le merveilleux regard de cocker triste de Bill Murray nous prenait aux tripes d'emblée, avec son côté has-been obligé d'aller tourner des pubs au Japon pour entretenir son aura défaillante. Johnny Marco arpente les freeways de Los Angeles dans sa Ferrari. Joli bruit. Johnny Marco a une fille de 12 ans, avec qui il joue à Guitar Hero, qui cuisine des oeufs Benedict pour lui, qui s'initie aux joies du patin à glace. Séquence émotion.

    Lire la suite

    Lien permanent 2 commentaires
  • Bloc-note express N°155

    siouxsie__and__the_banshees-nocturne_+_1_remast.jpgWeekend sur fond sonore de Janelle Monae. La pop-soul-R'n'B-hip hop classieuse c'est bon. Début de semaine sur fond de Midlake. La pop classieuse c'est bon. On ne le dira jamais assez. Début de semaine, et réécoute d'un vieil album de Siouxsie and the Banshees, Nocturne. Entrée en matière sur Stravinsky. Version apocalyptique d'Helter Skelter. Climats sombres et torturés...

    Mais j'arrête là. Le climat musical n'est qu'une entrée en matière à la semaine. Une façon d'en définir l'atmosphère. C'est l'approche cinématographique. Le son, l'image, l'humeur.

    Côté cinéma, je reparlerai de Somewhere de Sofia Coppola. affiche-de-somewhere-de-sofia-coppola-4724807lzjdw.jpgPas désagréable. Pas transcendant non plus. Plus le temps passe, plus Sofia Coppola affadit son propos. Voir même tombe dans la redite, ce qui est plus gênant. Mais ses personnages ont des points communs. Il y a de la cohérence dans l'oeuvre. Des personnages en quête d'eux même, seuls dans un univers qui les dépasse, que ce soient les vierges suicidaires, Marie-Antoinette, Bob Harris ou Johnny Marco... A suivre dans un prochain post. Demain ou mercredi, tout dépend de mon humeur. Et de mon emploi du temps...

    Mr Dubuc a fait l'acquisition d'un iPad. Houla! Je commence à parler à la 3ème personne, oooops, manque de sommeil. Le chat Elvis poursuivant ses délires nocturnes. Accompagné depuis quelques semaines par un claquement répétitif émanant du congélateur. Le genre de bruit, qui entendu sur France Musique, dans le cadre d'une émission spéciale consacrée à la musique sérielle, rend à peu près totalement dingue et vous transforme en serial killer (disclaimer: c'est pas parce qu'on en parle, sur le ton de la conversation mondaine, qu'on passe à l'acte...).

    Pour l'iPad, première expérience relatée ici.

    quora.pngCôté geekeries, engouement démesuré de la blogosphère, twittosphère, geekosphère pour Quora. Le machin hype du moment. Une sorte de réseau social fondé sur un jeu de questions-réponses.  Enfin, un jeu... je m'entends. Le projet est intéressant, fondé sur l'intelligence collective. A voir dans la durée, si l'excès d'informations générées par le machin ne va pas faire fuir ses utilisateurs, trop d'infos tuant l'info, c'est connu.

    Et voila. Bonne semaine!

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire