Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

punk

  • Interview Express : Theo Hakola

    Il fut un temps où des étudiants en écoles de commerce pouvaient organiser des concerts à l'arrache avec Orchestre Rouge en première partie d'Alan Vega (période Juke Box Baby). Et voir Alan Vega quitter la scène après quelques minutes de concert, suite à une mauvaise blague, digne d'un titre de Philippe Katerine... Et je coupe le son... Et Orchestre Rouge de faire la seconde partie de sa première partie. Theo Hakola me raconte cette histoire dans un bar de Paris. Un jour de janvier. Son nouvel album est sur le point de sortir. On fait le point sur son parcours. J'éprouve toujours un peu de jalousie à posteriori quand il me dit avoir vu The Clash au moins 8 fois. Et papoté avec Joe Strummer. Sans la ramener. Ce n'est pas le genre de Theo. Mais quand même, un mec qui a vu Hendrix, Vanilla Fudge, et Soft Machine sur scène le même jour quand il avait 12 ans, là bas du côté de Spokane. Ou Sly and the Family Stone à 13 ans. Hendrix comme tout premier concert, même sans connaître à l'avance le destin du Voodoo Chile. Are You Experienced? Bah, oui. Respect. Y'a pas photo. 

    Flashback 1982 ou 83, Reims, je suis en classe prépa. Lecteur de Rock & Folk. Plongé en pleine époque new wave/post-punk. Orchestre Rouge, le premier concert rock auquel j'ai assisté. Autant dire que la rencontre en 2020 avec Theo Hakola, en chair et en os, est un petit moment où le temps se suspend. On a déjà réglé les points de détail de l'Interview Express (voir plus loin). On va juste discuter musique, rock, punk, mais aussi littérature, influences, etc.

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent
  • Sunflowers, l'invitation au voyage

    Endless Voyage, 3ème album du duo portugais, Sunflowers, est un objet étrange. Un album difficile au premier abord, car inclassable. Le groupe qui se range lui-même dans la catégorie psyché-punk-garage embarque l'auditeur dans un trip où cohabitent guitares saturées, incursions electro, nappes de claviers et longues plages répétitives. Quelques paroles ça et là, dans un album contemplatif et mystérieux. Priorité à la musique. Il y a une étrangeté dans ces titres traversés de fulgurances sonores. Il faut prendre son temps pour s'immerger dans ce voyage sans fin, qui s'avère attachant.

    "Endless Voyage" (Only Lovers Records), dans les bacs le 7 février 2020


     

    Catégories : Découvertes, Musiques Lien permanent
  • Interview express : Mata Hari

    Mata Hari a sorti son premier EP le 13 décembre dernier. Dès les premières notes on est frappé par le son énorme. Hors du temps. Un EP qui aurait pu sortir en 1979 et n'aurait pas déparé dans la myriade de groupes qui ont émergé dès la fin du punk. Mata Hari c'est le choix délibéré d'un son puissant, avec basse grondante et guitare dévastatrice. En formule trio, la plus efficace, sans fioritures, à l'os, Paul Gauloise, Téo Blanc et Paul Maumy, issus d'Alès et Béziers et évoluant sur la scène de Montpellier, déboulent plein d'une énergie totalement dévastatrice. On en est certain à l'écoute de leur EP : il ne laisseront aucun survivant.

    En attendant de découvrir le groupe sur scène, pour constater IRL leurs mauvaises intentions, ils sont passés au grill de l'interview express. 

    Lire la suite

    Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent
  • Playlist de fin d'été

    Ce fut - et c'est toujours  la bande-son de mon été. Entre artistes indé découverts via Groover, et groupes vus en concert à la Route du Rock et à Rock en Seine, suggestions d'amis bien intentionnés. Un peu de tout, du rock, du punk, de l'electro. Et même quelques redécouvertes.

    Enjoy!

    Catégories : Musiques, Playlists Lien permanent
  • Hellfest : perseverare diabolicum

    slayer, kiss, the interrupters, ultra vomit, les wampas, me first and the gimme gimmes, slash, fever 333, clutch, morning again, lynyrd skynyrd, blackberry smoke, eagles of death metal, dropkick murphys, gojira, hellfest, metal, hard rock, punk, warzoneEt je décidais de retourner au Hellfest. Armé de l’expérience de l’année 1. Dépucelé en quelque sorte.

    Avec tous les enseignements, du style, ne pas se balader 3 jours en Converse histoire de ne pas se retrouver le 3ème jour avec la démarche d’un labrador en fin de vie,

    Boire de l’eau avec la bière le premier jour, histoire de ne pas se réveiller avec une barre dans le crâne. La base.

    Ressortir la chemise hawaïenne, le détail qui permet à la bande de velus testostéronés de se repérer de loin au milieu des t shirts noirs à pentagrammes et têtes de boucs.

    A part ça, Citrate de bétaïne, Alka Seltzer et Doliprane dans le sac. Et diète de bière pendant le mois précédent pour se préparer à l’épreuve.

    Lire la suite

    Catégories : Festivals, Musiques Lien permanent