Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

punk

  • J’ai survécu au Hellfest

    HellfestQuelques années de macérations, quelques années d’hésitations. J’y vais, j’y vais pas. Et - sous l’amicale pression de quelques potes de festivals, craquage de slip, cassage de cochon-tirelire, et décision rapide, un soir d’octobre 2017. Message express de l’ami Tom, les pass 3 jours sont en vente, et ça part TRÈS vite. Achat en ligne, entre deux bières. Sachant que bière, festival et metal sont consubstantiels. C’est raccord, y’a pas photo. La programmation n’est même pas annoncée. Surprise, surprise. Bon en général y’a du lourd. Mais le groupe de metal mythique, ça commence à dater... Déjà que je ne vais pas voir les Stones. Alors vendre un rein pour aller voir des septuagénaires cachant leur calvitie sous des bandanas le bide moulé dans un fute en skaï, que nenni...

    Et puis le metal... Non mais sérieusement. Quand j’avais quinze ans j’avais choisi mon camp. Punk, new wave, post-punk. On écoutait AC/DC à la rigueur, mais Iron Maiden, Judas Priest, Saxon & co, NO WAY !!! Il fallait se balader le regard sombre, l’air lugubre, en écoutant Cure ou Sisters of Mercy. Un peu blafard, en trainant son spleen d’adolescent.

    Avec les années, soit les chakras s’ouvrent, soit le goût s’altère, soit la sénilité guette...

    Et c’est comme ça qu’on se retrouve un vendredi de fin juin en plein cagnard, un pichet de bière d’une main, un gobelet en plastique de l’autre, bouchons d’oreilles dans les esgourdes pour s’éviter les acouphènes et séquelles auditives possibles, à naviguer de scène en scène sur le site du Hellfest. A Clisson, Loire-Atlantique.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, Musiques 0 commentaire
  • 40 ans de punk : Rattus Norvegicus - The Stranglers

    Le temps passe jeunes gens... En avril 1977, Rattus Norvegicus, le premier album des Stranglers tombe dans les bacs. Ils sont déjà affreux, sales et méchants. Agressifs, un orgue qui rappelle les Doors, pas totalement dans les canons du son punk (one two three four gabba gabba hey), mais suffisamment nihilistes dans l'attitude pour être assimilés au mouvement. Aujourd'hui, Jet Black le batteur a 78 ans. Hugh Cornwell, tête pensante, a lâché l'affaire en 1990. JJ Burnel, bassiste, karateka et (un peu) français est toujours sur la route.

    Un extrait légendaire, "Peaches"

    Et pour le plaisir l'album entier 

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Gimme Danger, Oncle Iggy raconte la geste stoogienne

    Certes parfois un peu verbeux, mais réellement passionnant le documentaire de Jim Jarmusch consacré à la chaotique histoire des Stooges. Racontée par ses protagonistes. Last man standing, Jim Osterberg aka Iggy. Une pure histoire rock, pleine de bruits, de fureur, avec le moins de glam possible. Une histoire de crasse, de dope, d'excès, une tension permanente, des hauts, des plus bas que bas. Une histoire où tout le monde meurt à la fin, ou presque. Mais une histoire où chacun est reconnu à sa juste valeur, pour son apport indéniable à la geste rocknrollienne.

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Ciné, Musiques 0 commentaire
  • Le punk, vu par TF1 en 1977

    Document étonnant. Choc des cultures avec les Stranglers en fond sonore.


    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire