Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jesus and mary chain

  • Festivals d'été

    Les Queens of the Stone Age en fond sonore, suffisamment fort. Car comme disait ce vieux Lemmy, If it's too loud, you're too old. En position pas du lotus, mais pas loin, genre, je me prépare psychologiquement à la deuxième journée de Rock en Seine, un rendez-vous annuel depuis presque dix ans. Le moment qui permet de clôturer l'été et de s'engager tranquillement dans les jours qui raccourcissent, le ciel qui se pose tel un couvercle, la flotte, l'automne, l'hiver et tout le toutim... Villains, un nouvel album des QOTSA, de fort bon aloi. 

    Et Josh Homme n'est même pas à Rock en Seine cette année! Damn'it. On s'était habitué à l'y voir quasiment tous les ans. 

    Mais y'avait quoi cette année?

    Faisons un flashback. Car avant Rock en Seine, il y a eu la Route du Rock. Une semaine d'écart entre les deux festivals cette année. Il faut tenir! Deux fois trois jours, en alignant les bières, les galettes-saucisses ou les frites-kebab. C'est un sacerdoce le rock'n'roll!! Les pieds dans les Converse, le bermuda avec les poches suffisamment larges pour contenir le gobelet, le larfeuille, le portable, la cape Arte (vestige d'un festival breton) en cas de pluie, la casquette NY Yankees en cas de soleil, les Wayfarer noires par tous les temps, les bouchons d'oreille (au cas où Zaz, Vianney et Christophe Maé viendraient faire un featuring)... Ca ne s'improvise pas un festival. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals, Musiques 0 commentaire
  • Je me souviens du rock... (30 ans d'addiction) - N°6

    Je me souviens des Olivenstein, qui chantaient Euthanasie...

    Je me souviens d'Independance Day... Dans les 5 premières minutes du film, on entendait REM chanter "It's the end of the world"...

    Je me souviens d'un copain, Christophe J, guitariste émérite, qui avait baptisé sa première fille Lucille en hommage à BB King...

    Je me souviens que ce même Christophe J nous avait prêté sa guitare et son ampli un après-midi en Cité U... et que nous avions testé toutes les possibilités de larsen, réverb et potards sur 11, en nous faisant beaucoup d'ennemis qui ne comprenaient rien à la musique contemporaine...

    Je me souviens d'Au Bonheur des Dames, de Rita Brantalou qui était parti faire le pitre chez Collaro quand son comparse Ramon Pipin montait un groupe appelé Odeurs...

    Je me souviens de "la viande de porc, c'est bon quand c'est mort, mais ça pue encore" d'Odeurs...

    Je me souviens du Professseur Choron qui avait sorti un 45 tour dans les années 80, et qui chantait des trucs de bon goût, comme le Tango des Affamés, Bique et Bouc, etc...

    Je me souviens d'Olivier Lorquin qui chantait Martine tu déconnes, et de la pochette de son 45 tours signée Margerin...

    Je me souviens de My Way chanté par Nina Hagen en allemand, et de la version de Sid Vicious...

    Je me souviens du triple album de Joe Jackson, Big World... Sur la version vinyl, il y avait deux disques. Et seulement 3 faces portaient un sillon. La quatrième face était totalement lisse...

    Je me souviens d'Ellen Foley avec ses grands yeux, et sa voix qui accompagnait Meat Loaf dans un duo d'enfer sur l'album Bat out of Hell.

    Je me souviens de Jim Steinman qui avait commis Bat out of Hell pour le gros Meat Loaf et Faster than the Speed of Night pour Bonnie Tyler... Je me souviens d'une musique un peu pompière que j'écoute toujours de temps à autres aujourd'hui encore...

    Je me souviens de Phil Spector qui dealait de la coke au début de Easy Rider.

    Je me souviens de Back to Mono de Phil Spector et de Tina Turner chantant River Deep Mountain High.

    Je me souviens de Demi Moore malaxant de la glaise dans Ghost sur fond d'Unchained Melody des Righteous Brothers...

    Je me souviens des Chameleons...

    Je me souviens avoir redécouvert Jesus & Mary Chain et leur Just Like Honey dans le générique final de Lost in Translation.

    Je me souviens des Plasmatics, plus pour les photos de Wendy O Williams, du chatterton collé sur ses tétons et de son corps couvert de mousse à raser, que pour leur musique...

    Je me souviens que Jean Beauvoir, guitariste des Plasmatics portait une coupe iroquoise et avait sorti un disque au mitan des années 80...

    Je me souviens de la pop consensuelle et molle de Deacon Blue, Coldplay, Jack Johnson, Dido... Je me souviens ne pas avoir aimé, ni compris l'intéret qu'on pouvait y porter...

    Je me souviens des articles de Manoeuvre dans Rock & Folk... Je me souviens que mon style d'écriture en fût durablement influencée...

    Je me souviens de la bio de Jimi Hendrix par Charles Schaar Murray...

    Je me souviens avoir lu dans Mojo un grand sujet sur les groupies. Je me souviens y avoir dévouvert l'existence des Plastercasters, dont la passion était de réaliser des moulages des pénis en érection de leurs idoles...

    Je me souviens d'Israel Kamakawiwo'ole et de sa reprise d'Over the Rainbow/What a Wonderful World à l'ukulele... Je me souviens l'avoir entendue dans un restau en 2000, et l'avoir immédiatement téléchargée sur Napster dans l'après-midi...

    Enjoy!

     

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 3 commentaires