Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amy winehouse

  • Bloc-note express N°181

    Mortifère le weekend. Oslo, la saga norvégienne où le viking dégénéré décide par Thor, Odin et je ne sais quoi d'envoyer au Walhalla quelques dizaines de compatriotes, ados, jeunes adultes. Violence glaçante. Camden Square, saga destroy et fin prévisible d'une diva soul. Déchéance sous les caméras et les yeux avides du public. Dernier combat, perdu, d'un homme portant le nom d'une famille exceptionnelle, les Servan-Schreiber.

    What else? On évite clairement d'écouter l'intégrale de Joy Division ou James Blake en bande-son d'un téléviseur muet diffusant en boucle les drames du wekend. Histoire de ne point en rajouter, avec en contrechamp une météo sombre...

    Re-visionnage de l'adaptation de Dans la Brume Electrique, le film de Tavernier, adaptation d'un roman de James Lee Burke. Je suis fan de Burke, pour avoir su recréer au fil des aventures de Dave Robicheaux, son personnage, l'atmosphère moite et déglinguée de la Louisiane.

    Google+ à fond. Plus on avance dans l'expérience, plus on entrevoit le potentiel de ce qui va chatouiller Facebook et peut-être ébranler son piédestal. L'organisation des contacts en Cercles est plus simple et intuitive que l'organisation des groupes d'amis Facebook, et la gestion complexe des autorisations d'accès. Déjà Google+ peut se substituer à la messagerie instantanée, au mail, au micro-blogging...

    La rédaction des Miscellanées du Web avance, à grands pas. Nico Prat et moi avons mis en pratique des sessions hebdomadaires d'écriture avec compatbilisation des signes produits en fin de séance. Gros délire à la clé, une idée créative en appelle une autre. Le Web est un vaste sujet. Idéal pour en extraire les anecdotes, les histoires, les échecs majeurs, les vérités fondamentales... Un travail de geeks... Remise du manuscrit en octobre!

    Je me rends compte que j'ai consacré deux posts à Amy Winehouse et n'ai versé aucune larme visible pour les 76 victimes du tueur fou norvégien. Juste un peu agacé par la tentative d'amalgame habituel: le tueur utilisait Twitter, Facebook, Internet, jouait aux jeux vidéos... Les racines du Mal absolu pour les esprits simples... C'est toujours choquant les visions réductrices d'un sujet, quel qu'il soit. Tout comme le raccourci qui consiste à ne voir en Andres Behring Breivik qu'un simple "fou". Trop simple. Il est de l'espèce des Timothy McVeigh (Oklahoma City), semble-t-il.

    A part ça, vacances très très bientôt. Blog un peu en vacances cet été. Quelques #JeudiConfession, à la sauce Twitter, quelques playlists de vacance. Pas de grande série d'été, cette année.

    Bande-son de la semaine: Seasick Steve, Cage the Elephant, Bon Iver, et toujours Anna Calvi et Fleet Foxes.

    Enjoy!

    Catégories : Bloc-note Lien permanent
  • Neil Young et Amy Winehouse

    A priori, la collision des deux univers est improbable. Le Loner, à 65 ans passés, continue d'enrichir une discographie complexe et richissime. Au gré de ses envies, de ses humeurs, de son envie de faire rugir les Marshall, ou de bercer son public de ses somptueuses ballades folk. Amy W a rejoint le sinistre Club 27 des stars cramées. Avec une discographie plus légère, moeurs du marché de la musique des années 2000 obligent.

    Au même âge, Hendrix, Joplin, Morrison avaient accompli leur oeuvre. Multiplié les directions artistiques, les champs d'exploration. Amy Winehouse est plus proche de Kurt Cobain. Un album au succès planétaire, proprement monstrueux. Un mal être persistant. Une fin rapide laissant un sentiment d'inachevé. Et une inscription immédiate au Hall of Fame du rock'n'roll.
    Mais Neil Young dans tout ça? Il y a les paroles de Hey Hey My My, sur l'album Rust Never Sleep, qui sont dérangeantes, car tout est écrit sur le fatum de la star du rock:

    Hey Hey, My My
    Rock'n'roll is here to stay,
    It's better to burn out
    Than to fade avway,
    My My Hey Hey


    The King is gone, but not forgotten. Pas d'oubli. C'est la Société du Spectacle, qui malgré ses mises en scènes, ses gloires éphémères, sa mémoire collective de poisson rouge, arrive paradoxalement à détruire ceux qu'elle porte au pinacle, et dont les noms passeront les générations. Bizarrerie.

    Etonnamment, ce sont parfois ceux qui ont parié sur la brièveté des choses qui ont vécu le plus longtemps. Roger Daltrey, et son I Hope I die before I get old (My Generation), entre autres. MacCartney a été plus lucide, le seul à avoir envisagé le passage de la soixantaine, et ce, en 1967 (When I'm 64)... Mais Macca n'est pas un rebelle. Alice Cooper chante-t-il toujours I'm Eighteen sur scène? J'aimerai voir ça.

    Finalement, c'est peut-être ça, l'âme du rock'n'roll. Un équilibre fragile entre pacte Faustien et chute brutale façon Icare. Iggy Pop, Keith Richards vs Club 27, Ian Curtis, Eddie Cochran, etc...

    Donc, ce matin, je réécoute Neil Young en ayant une pensée pour Amy W.

    Enjoy!

    Catégories : Musiques Lien permanent
  • RIP Amy Winehouse

    S'il ne faut garder que le meillleur d'Amy Winehouse, étoile filante.

    Amy Winehouse: Back to Black

    Enjoy! :(

    Catégories : Musiques Lien permanent
  • Bloc-note express N°50

    50ème Bloc-note express du lundi!!

    the rose.jpgPour commencer, retour sur Rock en Seine... Inutile de gloser sur la défection d'Amy Winehouse... Et si on revoyait The Rose, le film de Mark Rydell... La déchéance d'une rock star, alcolo-dépressive-junkie... La compassion du public pour la choucroutée-tatouée anglaise commence à se fissurer... Une question au passage... Amy Winehouse, on y va pour la musique ou pour le plaisir malsain de la voir se vautrer sur scène? L'exposition publique de la déchéance est probablement devenue l'une des pierres angulaires de la société du spectacle...

    raconteurs.jpgRock en Seine, encore... Prestation hénaurme des Raconteurs. Gros son. Grosses guitares streets.jpgsaturées à l'extrême. Coup de chapeau à The Streets, Mike Skinner et son groupe pour avoir sû conquérir un public venu pour Miss Crakhouse... Bain de foule final spectaculaire! Gros son! Hip hop à l'anglaise, mêlé à du R'N'B, pas ma tasse de thé en temps normal. Rythmique plombée, beats façon pluie d'enclumes... Du lourd! Pas de frustration!

    axlrose.jpgA part ça... parlons de Guns'n'Roses... Alors que la date de sortie de Chinese Democracy, la nouvel album d'un combo dont ne subsiste de la formation originale que le psychopathe-chanteur, Axl Rose est nimbée d'un flou total, quelques morceaux traînent sur le web... A la première écoute... bonne impression et morceaux pas inintéressant de la part d'une franchise dont on n'attend objectivement plus rien... Une question au passage: comment l'ensemble sera-t-il ficelé? Les pièces du puzzle sont hétérogènes. Axl chante toujours comme le goret qui vient de réaliser que l'égorgement est proche... Hard rock, grosses guitares, claviers, machines... Y'a un peu de tout...

    gomorra.jpgCôté lectures d'été, Gomorra, de Roberto Saviano (Gallimard), une plongée hallucinée et hallucinante dans la crade winterkill.jpgréalité d'une Italie gangrenée par la Camorra. Le Parfum d'Adam, de Jean-Christophe Rufin (Folio), thriller à l'écriture fluide, découverte des thèses disjonctée de l'écologie radicale... Flippant. Winterkill, Détonations rapprochées, Sanglants trophées, de CJ Box (Seuil), polar en plein coeur du Wyoming... Connelly nous a habitués au polar urbain. CJ Box nous fait visiter l'Amérique profonde, ses rednecks, ses milices d'extrême droite, ses porteurs de flingues et chasseurs de wapitis... Code 10, de Donald Harstad (Seuil), toujours du polar américain... en plein plouc-land. Prenant. Quelle Famille! de Tom Sharpe (10:18), la quintessence de l'humour anglais. Féroce!

    Côté consommation de médias... Bilan personnel morne pour la presse... Achat de Libé, deux fois en un mois. Achat de Voici, plus régulièrement... Lecture très régulière des sites du Monde, du Figaro, de Libé, de 20 Minutes, sur l'écran de l'iPhone. Chacun ayant travaillé son ergonomie de façon a être d'une utilisabilité maximale.

    Voila pour l'essentiel...

    Enjoy!

    Catégories : Bloc-note, Choses lues, Musiques Lien permanent
  • Saint Valentin

    La Wino interprétant une cover de "Cupid", un standard immortalisé par l'immense Sam Cooke. (Pour les non anglophones, qui cherchent le lien avec la Saint Valentin, Cupid n'est pas cupide, mais Cupidon, le nain fessu avec des ailes, un arc et des flêches... Vous voyez le topo? Faut-il que je fasse un dessin... On reste dans l'ellipse?)

     



    Love!
     

     

    Lien permanent