Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Neil Young et Amy Winehouse

A priori, la collision des deux univers est improbable. Le Loner, à 65 ans passés, continue d'enrichir une discographie complexe et richissime. Au gré de ses envies, de ses humeurs, de son envie de faire rugir les Marshall, ou de bercer son public de ses somptueuses ballades folk. Amy W a rejoint le sinistre Club 27 des stars cramées. Avec une discographie plus légère, moeurs du marché de la musique des années 2000 obligent.

Au même âge, Hendrix, Joplin, Morrison avaient accompli leur oeuvre. Multiplié les directions artistiques, les champs d'exploration. Amy Winehouse est plus proche de Kurt Cobain. Un album au succès planétaire, proprement monstrueux. Un mal être persistant. Une fin rapide laissant un sentiment d'inachevé. Et une inscription immédiate au Hall of Fame du rock'n'roll.
Mais Neil Young dans tout ça? Il y a les paroles de Hey Hey My My, sur l'album Rust Never Sleep, qui sont dérangeantes, car tout est écrit sur le fatum de la star du rock:

Hey Hey, My My
Rock'n'roll is here to stay,
It's better to burn out
Than to fade avway,
My My Hey Hey


The King is gone, but not forgotten. Pas d'oubli. C'est la Société du Spectacle, qui malgré ses mises en scènes, ses gloires éphémères, sa mémoire collective de poisson rouge, arrive paradoxalement à détruire ceux qu'elle porte au pinacle, et dont les noms passeront les générations. Bizarrerie.

Etonnamment, ce sont parfois ceux qui ont parié sur la brièveté des choses qui ont vécu le plus longtemps. Roger Daltrey, et son I Hope I die before I get old (My Generation), entre autres. MacCartney a été plus lucide, le seul à avoir envisagé le passage de la soixantaine, et ce, en 1967 (When I'm 64)... Mais Macca n'est pas un rebelle. Alice Cooper chante-t-il toujours I'm Eighteen sur scène? J'aimerai voir ça.

Finalement, c'est peut-être ça, l'âme du rock'n'roll. Un équilibre fragile entre pacte Faustien et chute brutale façon Icare. Iggy Pop, Keith Richards vs Club 27, Ian Curtis, Eddie Cochran, etc...

Donc, ce matin, je réécoute Neil Young en ayant une pensée pour Amy W.

Enjoy!

Lien permanent Catégories : Musiques 2 commentaires

Commentaires

  • bonjour,

    J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie du livre de Jean-do Bernard, Neil Young rock’n’roll rebel ? aux éditions Camion Blanc.

    Je joins ci dessous, la présentation du livre.

    “Du 1er album du Buffalo Springfield jusqu’à aujourd’hui, Neil Young aura été l’un des musiciens les plus brillants de sa génération. Compositeur hors pair, songwriter éclairé, guitariste flamboyant, il aura marqué, par sa constance et son souci de ne jamais s’endormir sur ses lauriers, quatre décennies faites de rock, de blues, de folk ou de country, en restant l’un des auteurs/compositeurs les plus en phase avec la société. Ce livre s’attache à décrypter ses prises de position, heureuses ou déconcertantes qui ont émaillées la carrière d’un vrai rebelle du Rock ! Journaliste, Jean-Do Bernard a travaillé au sein de plusieurs rédactions : L’Express, Guitare & Claviers, Fnac.com, Amazon.com, L’Express.fr, Crossroads, La Dépêche du Midi, France Inter, Oui Fm. Il est également l’auteur de En Remontant La Rivière, la première biographie française sur Neil Young.”

  • Du bon son pour faire plaisir aux oreilles !!

Les commentaires sont fermés.