Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amazon

  • Mon libraire est un génie

    5af450c5fd199ffdc5d0bba1eec57c00.jpgA l'heure d'Amazon, pourquoi se focaliser sur le talent d'un libraire de quartier? Parce qu'il a une fonction qu'Amazon ne peut encore remplir. Face à l'abondance de l'offre de produits culturels, comment s'y retrouver, faire les bons choix?

    Première possibilité, la presse. Les classements des meilleures ventes. Effets de mode, vessies pour lanternes, hype... Au final on zappe de Michel Onfray à Dan Brown en passant par Anna Gavalda. On peut alimenter les conversations à l'heure du dîner avec ses congénères. Eux aussi peu exigeants. C'est le plaisir mainstream de la lecture. A quoi bon se ruer sur le dernier Goncourt, le dernier Medicis, le dernier je-ne-sais-pas-quoi? C'est juste le reflet d'un conformisme social, et du travail efficace des attachées de presse des grandes maisons d'édition. 

    Deuxième possibilité, pour les flemmards, las d'affronter la foule du samedi à la FNAC, l'achat en ligne. Amazon propose, ce que le grand Chris Anderson a appelé les filtres de recommandation, le fameux "les acheteurs de l'item x. ont aussi acheté l'item y". Intéressant. On peut en déduire des typologies de consommation. Des familles d'acheteurs. Des groupes de consommateurs aux centres d'intérêts convergents. C'est un progrès. Cela peut faire émerger des références oubliées, des titres inconnus.

    1225cb653585c10b30671292b3acf60f.jpgTroisième possiblité, qui a ma connaissance n'a pas encore trouvé de pendant digital... mon libraire de quartier. Un amoureux des livres. Qui connait ce qu'il vend. Qui ne marche pas dans la combine des maisons d'éditions qui, rentrée littéraire et flux de production obligent, chassent un livre des linéaires pour le remplacer par la nouveauté... Au mépris des cycles de vente des produits littéraires. Mon libraire, la seule personne que je peux aller voir quand je ne sais pas quoi lire. Je lui donne 3-4 critères, un aperçu de mes centres d'intérêts, lui rappelle ce qe j'ai lu auparavant. Il a toujours une solution pertinente. je souhaite offrir un livre. Même topo. Une brève description de ma cible, de ses goûts. Une solution. Plusieurs titres. En général, pas du tout venant. De l'inédit. Du surprenant.

    Amateurs de livres, curieux... allez à sa rencontre! Vous ne le regretterez pas! Le Livre écarlate (13 rue du Moulin Vert Paris 14ème)

    Et vous, connaissez-vous un libraire qui vous donne envie de lire autre chose? Les commentaires sont ouverts!!! Vos bons tuyaux sont les bienvenus!!!

    Enjoy!

    (Photos: Gadl - Flickr.com)

    Lien permanent 6 commentaires
  • J'ai ouvert la boîte de Pandore...

    medium_tim_westergren.jpgNous avons déjà parlé ici de Pandora. J'ai déjà exprimé ici tout le bien que je pensais de ce mode de consommation de musique en ligne. J'ai voulu en savoir plus. Il y a quelques jours, j'ai eu l'occasion de parler avec Tim Westergren, CEO et fondateur de Pandora.
    Ouvrons la boîte de Pandore et allons voir ce qu'il y a à l'intérieur...
    Tim (photo ci-dessus) est actuellement en tournée de promotion de Pandora au travers tout le territoire américain. Il relate ses expériences, ses rencontres sur son blog. Son idée: aller sur le terrain à la rencontre de ses utilisateurs et utilisateurs potentiels dans tous les lieux où l'on consomme de la musique, en particulier les campus. Un gros travail d'évangélisation dont le but est de faire connaître Pandora, le Music Genome Project, clé de voute du site, de contribuer au buzz et au final d'accroître l'audience.
     
    A l'origine, Tim est musicien et a tourné pendant dix ans avec un groupe de rock. Comme tous les passionnés de musique, il a cherché à percer. C'est cette expérience et son équation fondamentale: "comment émerger au coeur d'une offre surabondante ("a needle in a haystack", comme il le dit lui même)?" qui est à l'origine de son projet. Il y a sept ans, il pose les bases de qui va devenir le Music Genome Project, l'élaboration d'un système permettant à l'auditeur de découvrir des artistes à partir du contenu de leur musique.

    Lire la suite

    Lien permanent 4 commentaires
  • The Long Tail

    medium_cover_long_tail.jpgRevenons sur The Long Tail, le modèle économique décrit et analysé par Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired. Lecture estivale roborative et très excitante ne serait ce que par rapport aux multiples perspectives qu'offre le web! Le postulat de départ, validé par l'analyse entre autres du fonctionnement de sites de e-commerce comme Amazon ou Rhapsody, est que le modèle économique traditionnel défini par Pareto a vécu. Exit la loi des 80/20, place à la Longue Traîne, pour reprendre l'appellation québécoise...medium_long_tail_pic.jpg
    La Long Tail, c'est la possibilité pour un produit ou un contenu de trouver son marché, même sur une longue période de temps et sur des petits volumes. L'essentiel est la multiplication des références disponibles, liée d'une part à l'abondance de la production de contenu, mais aussi à une demande toujours plus segmentée. Une chance pour tous les producteurs de contenus de trouver leur public et de monétiser leurs créations. Une chance pour les sites de e-commerce de ne plus dépendre uniquement de peu de produits best-sellers, mais de l'aggrégation de petites transactions. Comme le dit Anderson: to sell less of more. De moins gros volumes mais un plus grand nombre de références.
    Plus le produit est dématérialisé, moins son coût de stockage est élevé, jusqu'à être quasi-inexistant, en particulier la musique ou la vidéo.
    Pour faire émerger une référence, tout un sytème de filtres, de recommandations, sur le modèle visible chez Amazon: les acheteurs de tel produit ont aussi acheté tel autre, etc, etc...
    Et au final  la possibilité de gagner de l'argent avec des produits rares, difficiles à trouver dans les réseaux de distribution classiques, mais référencés sur le web.
    The Long Tail, c'est la possibilité pour la presse en ligne de commercialiser ses archives, en tablant sur le cumul de micro-transactions. C'est pour le marché des petites annonces, la possibilité de proposer tout, sans limite de temps, sans la contrainte de l'espace physique disponible dans un support papier. 
     
    Une thèse très séduisante qui donne l'envie d'entreprendre et de se lancer dans le e-commerce! Quoi de plus excitant que de produire du contenu, de créer des produits et de savoir que l'on dispose d'un canal de distribution qui vous permet de toucher potentiellement le monde entier!
    Qu'en pensez-vous?
     
     
     

    Lien permanent 3 commentaires