Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coupe du Monde

  • "On lâche rien" - L'album Panono

    J'ai été panonosé, en tant que supporter de l'équipe de Gaule, avant son match capital contre les fourbes-mexicains-mangeurs-de-fajitas.

     

    Soutien absolu à la Gaule!!! On lâche rien!

     

    album panono OLR.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Enjoy!

    Lien permanent
  • Spécial Afrique du Sud

    A déguster avant le match d'ouverture... icitte.

     

     

    Enjoy! Ube nenjabulo!

     

     

    Lien permanent
  • Panini, la madeleine du fan de foot

    200px-FIFA_World_Cup_1974_-_emblem.svg.pngEn 1974, j'ai dix ans. Je suis en CM2, dans la classe de Monsieur T. Un grand amateur de foot, Monsieur T. D'ailleurs le foot est la seule activité sportive pratiquée, cette année-la. Année de Coupe du Monde qui plus est. Problème, je ne connais rien au foot, je ne regarde pas le foot, mes parents ne s'intéressent pas au foot, non plus. Dissonance totale. Et pourtant, je mes convainc de m'acheter les chaussures à crampons ad-hoc, lesquelles n'améliorent en rien mes performances. Un camarade admire les shoes, tout en me faisant remarquer qu'il est dommage que je ne sache pas jour. Car je ne sais pas jouer. Et les rares fois où le ballon se dirige vers moi, je me précipite pour le fuir. Mais, conformisme de l'enfance, j'adhère à la chose footballistique. Arrive la Coupe du Monde. Match d'ouverture. Il me semble vaguement que le Brésil joue. Tout est vague. Et pourtant, j'ai fait l'acquisition de l'album Panini. Un véritable grimoire des sciences occultes. Des inconnus. Moi, j'ai vaguement entendu parler de Pelé. J'achète les pochettes bourrées de vignettes en double. J'ai plein de Cruyff, de Beckenbauer, d'Eusebio... Le machin reste plein de trous. Je ne pratique pas l'échange.

     

    002.JPG

    2010, je passe devant un Virgin Megastore. Sur un présentoir, entre A Nous Paris et le magazine de la marque, je tombe sur l'album Panini. Il n'a pas changé. Mon savoir footballistique s'est un peu étoffé, même si contrairement à certains, je suis toujours incapable de donner la liste des joueurs de l'équipe de Troyes engagés dans le championnat de France 1973... Je regarde des matchs. Pendant les phases finales de Coupe du Monde ou de l'Euro, quand la France joue, grosso-modo tous les 2 ans. Occasion de boire des coups entre amis. J'ai pris l'album, je ne le remplirai pas, j'ai passé l'âge. Mes filles non plus ne le rempliront pas. C'est étonnant de voir qu'à l'heure d'Internet, des jeux vidéos, des Gameboy, de Pro Evolution Soccer, des Pokemon et de Farmville, un truc tout simple basé sur de l'échange de vignettes auto-collantes perdure. C'est chouette l'enfance, non?

     

    Enjoy!

    Lien permanent
  • 12-17

    Tout avait commencé pour le mieux. Echarpe officielle du XV de France autour du cou (modèle vintage "Tournoi des  Nations 2002"), drapeau tricolore rescapé de la Coupe du Monde de football 2006 à bout de bras, un verre de Zinfandel sur la table basse, une tarte à la tomate croustillante (merci Picard!)...
    Tout avait bien commencé. L'esprit rugby célébré par la presse, et tous les médias unanimes. La France vibrant au rythme de l'Ovalie. 
    4be891b48c143e4e9a80f1c163a04d12.jpgPremier grain de sable, une interview d'avant match de Sarko par Charles Villeneuve... Damn'it! On l'avait oublié celui-là. Sarko a aussi quelque chose à raconter sur le rugby... Le match est diffusé sur TF1. Donc Sarko... On n'est plus chez Berlusconi, on est chez Kim Jong-il. France, Corée du Nord, même combat! On s'attendrait presque à voir l'hyper-Président apparaître sur le terrain... Demi-d'ouverture? Why not? Et Cécilia? A l'éponge magique? Bref, Charles Villeneuve en profite, on ne sait pourquoi, pour rappeler qu'il est un ancien militaire, file un ballon au Grand Conducator. Cut. On passe la parole à Gilardi. Début de match. Milieu de match. Fin de match. Lisez L'Equipe pour un résumé. Revenons à TF1 et aux commentaires du duo Lacroix-Gilardi. Lacroix, ça doit être celui avé l'assent. Festival de chauvinisme et de mauvaise foi... Les Argentins sont cramés.. Ils aiment le jeu pépère... Ils sont explosés épuisés. Ils n'en peuvent plus. Ils méritent des cartons jaunes, que fait l'arbitre? Il font durer les arrêts de jeux... Etc, etc... 80 minutes. Je zappe. Pas de chance, Eurosport diffuse du tennis. Je reste chez Bouygues, retour à la maison-mère. Gros plan sur les tribunes. Arthur, Christian Clavier, nous précisent nos commentateurs avisés. Je les reconnais! Ils étaient Place de la Concorde le 6 mai dernier... Toujours cramés los Pumas... MAIS ILS MENENT!!! Et au final ils GAGNENT... Et pour des gars qui selon nos experts (?) de TF1 font traîner les arrêts de jeu... le match s'arrête au bout d'un tout petit peu plus de 81 minutes...
     
    Je remballe le kit du petit supporter.
     
    Je zappe sur Arte qui diffuse les meileurs moments du Festival Rock en Seine. Que du bon, Kings of Leon, Arcade Fire. La soirée est sauvée. Dodo. 
     
     

    Lien permanent
  • Chutes

    Il sera intéressant de comparer les politiques de communication de Floyd Landis et Zinédine Zidane. Tous deux sont portés aux nues, l'un pour sa fantastique carrière dont la finale de la Coupe du Monde 2006 devait être le point culminant, l'autre pour sa résurrection lors d'une étape du Tour, le lendemain d'une défaillance, et sa victoire finale. Le premier perd son statut de demi-dieu sur un coup de boule malencontreux. L'autre est actuellement dans le limbes de la notoriété suite à un contrôle antidopage portant prévisible... et voit sa couronne fraîchement acquise remise en cause quatre jours après son triomphe.
    medium_zidane_landis.pngZidane quatre jours après la Finale s'explique en direct et sauve l'essentiel. La France en oublie même qu'elle a perdu le match. Zizou reste un héros, avec ce qu'il faut de gentillesse et d'humanité... Pari gagné.
     
    Comment Landis va-t-il gérer ce coup du sort? Notoriété plus récente, peu d'assise médiatique... On peut présuppposer que le public a plus d'indulgence pour les sanguins que pour les tricheurs. Pourtant le panégyrique de Landis avait été bien amorcé: enfance difficile dans une famille Mennonite de Philadelphie, carrière dans l'ombre de Lance Armstrong, hanche défaillante, défaillance terrible sur les routes alpines... du bon soap-opera! Affaire à suivre!
     
     
    (Sur le graphe Google Trends; en bleu (!) Zidane, en rouge Landis)
     
     
     
     
     
     
     

    Lien permanent