Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pop culture - Page 2

  • Jour J, wedding planner et catas diverses

    Il y a quelque chose de frais et décomplexé dans le film de Reem Kherici. L'accumulation de gags, les personnages secondaires hauts en couleur, le rythme, la vanne. Parfois un peu décousu, toujours déconnant, un vrai plaisir, l'occasion de se marrer dans une période qui donnerait plutôt envie de se shooter à la mort aux rats.

    A partir du quiproquo initial, les situations abracadabrantesques s'enchainent. Avec un objectif: la grosse marrade. Sans vulgarité. Un film qui peut rivaliser avec les comédies US. La vis comica est là. Reem Kherici impose son personnage de wedding planneuse gaffeuse, avec ce qu'il faut de second degré et d'autodérision. François-Xavier Demaisons, le bon pote nounours, Chantal Lauby, impeccable mère disjonctée, Sylvie Testud, boss foldingue, Julia Piaton, future mariée blogueuse folle des réseaux sociaux, et Nicolas Devauchelle, le mec qui déconne et s'enferre dans la situation ubuesque qu'il a lui-même déclenchée. Ca tient la route, c'est drôle. Sans oublier quelques seconds rôles faisant des apparitions ça et là qui donnent un joli côté foutraque au film.

    A voir pour un moment de pure décontraction cérébrale salutaire. 

    En salles le 26 avril

    Catégories : Ciné Lien permanent
  • La La Land, parce que!

    Pas plus tard qu'hier soir, je parlais de La La Land avec des potes. Et je disais que OUI, j'avais aimé ce film, justement pour la raison pour laquelle les critiques et détracteurs le détestent... J'ai aimé parce que c'est un film hyper-référencé. Un peu de Demy (quoique, pas tant que ça), un peu de Donnen, un peu de Gene Kelly, de Cyd Charisse, de Fred Astaire, de l'Age d'Or d'Hollywood, un peu de West Side Story. c'est CA qui fait le charme du film. Un univers totalement - trop? - bordé, qui parle à l'émotion, qui ne se décrypte pas sous l'angle l'intention ou du signifiant. On s'en fout. On entre dedans. Point barre. La première séquence est vertigineusement chorégraphiée. Exercice virtuose. Les esprits chagrins râlent. Z'ont pas aimé les couleurs. Z'ont pas aimé Ryan Gosling. Z'ont pas aimé la fin. Z'ont pas aimé le milieu. C'est pas du jazz, disent-ils. Who cares? C'est un film feelgood, plutôt moins criard et kitsch que les mauvais délires de Baz Luhrman (dont le finalement plutôt très moyen The Get Down sur Netflix). Zéro prétention. Zéro démonstration. Juste une histoire plutôt simple. Mais le pitch de Singing in the rain ou de Tous en scène (The Bandwaggon, de Minelli avec Fred Astaire et Cyd Charisse, film-culte à voir et revoir et re-revoir) était-il plus complexe? C'était pas du Bergman, c'était pas intello, ni torturé ni d'une grande complexité. 

    La La Land ça se déguste, c'est frais, sans fourberie. 

    Et pourtant, il y avait au moins une raison de ne pas y aller : l'affiche et son injonction, cet impératif catégorique insupportable, "Il est impossible de ne pas aimer ce film"... Euh... Je fais encore ce que je veux. Et si je veux ne pas aimer, je n'aime pas. 

    En l'espèce, j'ai aimé. Et quoiqu'en disent mes potes susmentionnés, NON, je ne suis pas bon public. J'y vais à l'instinct. Et je n'écoute plus Le Masque et la Plume. D'ailleurs, en comatant mollement devant la cérémonie des César, j'ai réalisé n'avoir pas vu 90% des films récompensés. Hormis Merci patron et Elle. J'aimé Merci Patron, malgré ses défauts. J'ai détesté Elle, malgré les qualités que lui attribuaient la critique. Pas vu Divines, jamais vu un Dolan. Et je serais même tenté de dire que je m'en fous...

    Pour en revenir à La La Land... ça a été le bon film au bon moment. On verra avec le recul. En attendant, entre deux salves de punk rock et de metal, je m'infuse la BO... et je kiffe.

    Love!

    Catégories : Ciné, Musiques Lien permanent
  • Gimme Danger, Oncle Iggy raconte la geste stoogienne

    Certes parfois un peu verbeux, mais réellement passionnant le documentaire de Jim Jarmusch consacré à la chaotique histoire des Stooges. Racontée par ses protagonistes. Last man standing, Jim Osterberg aka Iggy. Une pure histoire rock, pleine de bruits, de fureur, avec le moins de glam possible. Une histoire de crasse, de dope, d'excès, une tension permanente, des hauts, des plus bas que bas. Une histoire où tout le monde meurt à la fin, ou presque. Mais une histoire où chacun est reconnu à sa juste valeur, pour son apport indéniable à la geste rocknrollienne.

     

    Lire la suite

    Catégories : Ciné, Musiques Lien permanent
  • Jour Polaire

    Imagine ce moment de l'année près du Cercle Polaire, ce moment où le soleil ne se couche pas. Pas de nuit. La lumière intense. Le dérèglement des sens. L'absence de sommeil. L'alcool et la folie. Jour Polaire, c'est cette enquête sur des meurtres monstrueusement orchestrés, avec ce qu'il faut de flics à fractures personnelles. Avec des suédois, dont Peter Stormare - vu chez les Frères Coen dans des rôles mythiques et déjantés - et Leila Bekhti, qui jongle entre le français et l'anglais avec dextérité. 

    Je ne gloserais pas sur le sens profond et l'imaginaire rafraichissant des séries nordiques - que je n'ai pas vues. je pourrais le faire, genre "je suis allé pomper un truc sur Wikipedia pour en parler doctement"... Je ne le ferai pas. Question d'éthique. Question de flemme aussi. Nous partirons du principe que l'exotisme du nord de l'Europe, que nous fréquentons en général au détour d'une visite chez Ikea (Sköl, Sven, Billy!) en écoutant Mamma Mia, c'est familier. Enfin presque. Le truc qui tue (je n'ai vu qu'un seul épisode, je tiens à le préciser), c'est ce jour permanent. Un point de départ déjà expérimenté dans le puissant Insomnia de Christopher Nolan, où l'on voit un Al Pacino, dur à cuire, se décomposer littéralement sous l'effet du manque de sommeil. Insomnia, l'Alaska. Jour Polaire, Kiruna, au nord du nord de la Suède. Les meurtres sont gore à souhait. Leila Bekhti retrouve un rôle de femme flic, fragile - au sens qu'elle n'a pas la carrure de Dwayne Johnson, donc côté baston, j'attends de voir si elle devra se battre à main nues contre un bucheron viking local, mais cette remarque sera peut-être interprétée comme une vision sexiste, donc que dire, que faire? - Bref. Fragile, mais pour comme les flics selon le standard Pagan-Marchal (cheveu gras/mal rasé, veste en cuir, Gamma-GT au max, roulant en Porsche Cayenne armés jusqu'au dents avec une somme de fracture personnelles telles qu'on s'étonne que l'Inspection du Travail n'ai pas émis une alerte RPS au niveau Defcon Red et collé tout le monde en arrêt de travail doublé d'un séjour en HP avec fermeture de la boutique... Re-bref. Bref, Jour Polaire c'est prometteur. Et ça commence lundi.

    Et c'est pas sur Netflix. Va falloir que je trouve un moyen d'accéder à Canal.

    Mais vais-je aller chez Ikea ce weekend pour m'acheter du glög et des bonbons Daim pour rester dans l'ambiance?

    [Jour Polaire, série en 8 épisodes de 52 minutes, diffusée sur Canal+ à partir du lundi 28 novembre]

    Catégories : Pop culture Lien permanent
  • Le Burger du Mois est appétissant...

    ... et il se dégustera sur MCM à partir du 24 septembre. Mais revenons aux basiques: un burger, c'est quoi? C'est deux tranches de pain. Pas n'importe lequel, quelques chose de moelleux, de goûteux, de tendre, avec ce je ne sais quoi de croustillance et cette bonne odeur qui déclenche un réflexe pavlovien. Bref, le truc qui fait se baver dessus. Il y a le cheddar - mieux que la toastinette. Il y a les pickles, légèrement sucrés, ceux que la personne devant toi au fast food demandera à faire retirer, causant un embouteillage massif. il y a la tomate, la salade, la tranche d'oignon, le ou les steaks. Bref, c'est juteux, c'est épais, c'est un régal pour les sens. 

    Et l'on déguste. En mâchant lentement. En savourant, ça stimule chaque papille. On pousse de petits cris étouffés.

    Bref, potentiel orgasmique possible. A condition d'être un peu exigeant sur la came. Et petite culpabilité. C'est de la bouffe de gros. Mais c'est tellement bon qu'on y revient toujours. 

    La pop culture, c'est pareil. C'est un ensemble de petits plaisirs coupables. Qu'on déguste sans modération. il y a de l'image, du son. Il y a du culte. C'est juste bon. 

    Et c'est ça que les deux acolytes, Nico Prat et Joe Hume ont concocté. Une émission mensuelle sur ce qui est pop, sur ce qui est bon. Sur ce qu'ils aiment, sur ce qu'ils n'aiment pas. Ciné, musique, comics, gaming, séries, le meilleur, le pire. Désossé, cuisiné, servi chaud, à la place. Avec des frites, un Coca et plein de ketchup-mayo.

    Au menu de la première émission, un gros steak, un gros morceau bien saignant, Tim Burton. Passé à la moulinette. Une battle, où l'on découvrira les passions coupables pour quelques objets iconiques et pop des Sieurs Prat et Hume... Un peu de Rob Zombie aussi. Bref, un concentré de pop culture en 26 minutes. En décors naturels, avec des costumes chics. 

    Excitant pour tout adulte qui garde en lui un petit morceau de l'ado qu'il espère n'avoir jamais cessé d'être.

    Yummy!!!

    Le Burger du Mois, magazine mensuel - MCM à partir du 24 septembre

    [Disclaimer : l'auteur de ces lignes a écrit des bouquins avec Nico Prat, donc n'est absolument pas objectif. Néanmoins, n'étant pas fan d'Oasis, contrairement à son camarade animateur de télé, il considère avoir conservé sa liberté de penser, pour paraphraser avec audace les mots d'un philosophe troubadour contemporain exilé fiscal dans la pampa]

     

    Catégories : Pop culture Lien permanent