Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interview Express : BT93

Improbable. Le genre de truc qui tombe dans ta boîte mail et que tu écoutes le sourcil froncé d'abord, avec le doute raisonnable qui sied à toute confrontation à une situation inédite. Et puis tu te détends. Et tu accroches. Peut-être est-ce générationnel. BT93 parle d'un monde auquel plus personne ne croit aujourd'hui. Mais qui, pour ceux qui sont entrés sur le marché, qui ont rejoint la course du rat dans les années 80-90, signifie quelque chose. L'époque des super-winners, l'époque des entrepreneurs vénérant Bernard Tapie, lecteurs de Paul-Loup Sulitzer le soir et de L'Expansion à l'heure du déj. Tous ceux qui se sont étranglés chaque matin avec une cravate, et ont eu des demi-molles dans l'ascenseur les conduisant au somment de leur tour de La Défense après un parcours en RER, leur d'attaché-case à la main... La belle époque où l'on y croyait encore... BT93, l'artiste, a dépeint cette vie merveilleuse, contemporaine de celle des héros désabusés de L'Extension du domaine de la lutte décrite par Houellebecq. Les bandes sont restées dans les tiroirs. Pendant plus de 25 ans. Et elle réapparaissent en 2020. Avec l'intervention de Frédéric Lo. Un phénomène surprenant. 

J'ai voulu en savoir plus, et percer le mystère BT93. Interview express!!! 

Si tu ne devais ne garder qu’un seul album de toute ta discothèque ?

"Tales from topographic Oceans" de Yes. Parce que déjà c’est un double album, donc j’ai plus à écouter, et puis cet album extrêmement riche m’a fait rêver toute mon adolescence sans jamais me lasser.

Si tu ne devais garder qu’une seule chanson ?

"Aladdin sane" de David Bowie, pour l’ambiance mystérieuse et le fabuleux solo de piano de Mike Garson

Le truc le plus inavouable caché dans ton iPod (iPad, collection de CDs, K7, vinyles, favoris de ta plateforme de streaming, etc.) ?

Cauet : Zidane y va marquer. Quand on est un vrai fan de Zidane, on va jusqu’à certaines extrémités.

Le truc le plus triste - celui qui te plonge dans un abime insondable de tristesse ?

"Dominoes" de Syd Barrett sur son 2e album solo. Superbe chanson lancinante qui peut me tirer les larmes. Triste destin d’un garçon plein de vie et de talent broyé par l’industrie commerciale. 

Le truc le plus joyeux - qui te donne la patate et que tu écoutes systématiquement pour te rebooster ?

Une nouvelle chanson de Stupeflip qui n’est pas encore sortie. Je ne peux pas en dire plus. Vous verrez, ça tue !

Le morceau que tu ne peux plus écouter ?

"Roundabout" de Yes. C’est mon côté schizophrénique, j’adore Yes mais l’écoute à haute dose peut provoquer des allergies contre lesquelles même les antihistaminiques se révèlent impuissants. 

Le morceau ou l’artiste que tu zappes systématiquement ?

Johnny Halliday (ou Johnny Vacance comme dit Jean-Louis Murat) : jamais compris l’intérêt.

Idole absolue - s’il n’en reste qu’une ?

Il en restera 2 : King Ju de Stupeflip. Un véritable génie à l’état pur, dans la vie comme dans ses disques, et David Bowie, mon idole de jeunesse, une autre sorte de génie, mais qui a un peu trop exercé ses talents dans le marketing et ça a fini par se voir.

Kim Jong-un ou Kim Kardashian (ou Kim Wilde, Kim Basinger, Kim Deal, Kim Dotcom, Kim Fowley, etc.) ?

Je pense à Kee-Yoon Kim ! Une amie humoriste qui fait aussi de la chanson.

Ton objet-culte, ton doudou ?

Mon Synthé Ensoniq ESQ1. Gare à celui qui y touche !

Drogue préférée ?

Mon fils n'est pas couché ? Alors je dirai... le cidre.

Alcool préféré ?

Le cidre euh… le cidre doux.

Tes premiers mots en tant que Miss France ?

"Il va falloir vous acheter une bonne paire de lunettes". 

Fuir mais où ?

Sur mon voilier ! Prochaine épidémie, je décampe (avec l’album de Yes, si j’ai bien suivi).

Si tu ne devais faire qu’une seule émission de télé ou de radio ?

Par Jupiter, sur France Inter. C’est effectivement la seule émission de radio ou de télé que j’ai faite. Vous êtes bien renseigné !

Film culte de chez culte ?

"Vol au dessus d’un nid de coucou" de Milòs Forman. Qui est normal, qui est fou, that is the question. On en revient à nouveau à Syd Barrett.

Livre culte de chez culte ?

"Belle du Seigneur" d’Albert Cohen. Une anecdote : j’ai essayé dans ma jeunesse d’appliquer la méthode de drague de Solal en utilisant son monologue : eh bien ça ne marche pas.

Marc Lévy ou Guillaume Musso ?

Joker. Jamais lu ni l’un ni l’autre, je ne veux donc pas me gausser trop facilement.

La fin justifiant les moyens, jusqu'où es-tu prêt(e) à aller pour faire partie des 50 personnalités préférées des français ? 

J’irais jusqu’à répondre à une ITW du DubucsBlog. Après il paraît que c’est la gloire assurée !

Un dernier mot ?

Jamais de la vie. C’est vous le chef !

 

Pour finir, on écoute BT93!

Catégories : Interview express, Musiques Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel