Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Magnifique Society, parenthèse utopique pour monde en folie

    Notre monde en folie nous donne des envies de devenir goûteur de cigüe... Ou de tenter des combinaisons improbables comme le mojito au Xanax. Ou de la jouer façon Elvis, de sortir un flingue et tirer sur des écrans de télé. A minima de devenir troll professionnel sur les résosocios... Où est le positif? Où sont les belles choses? On se le demande. On cherche. Où sont les moments de légèreté? Les moments de lâcher prise? Les instants précieux où l'on va s'extraire de la grande déprime générale. Un autre monde, l'espace de quelques jours? Possible. C'est ce que propose La Magnifique Society. Nom bizarre. Pour joli concept. Un peu à l'est de Paris, sur les terres de Champagne. A Reims.

    la magnifique society, reims, festivalReims, cela fait des années que je n'y ai pas mis les pieds, j'y ai vécu un temps, je me rappelle d'une ville bourgeoisement calme. Entre cathédrale et biscuits roses. La vile s'est effacée petit à petit de ma mémoire. Malgré les heures passées dans les cafés de la place Drouet d'Erlon. J'y retourne bientôt, pour cette parenthèse enchantée. La Magnifique Society, un festival, mais aussi la promesse d'une expérience collective, artistique, créative. Une rupture avec le quotidien autour de l'art, un monde urbain et bucolique. J'aime l'idée. L'affiche est belle: les élégants Air, la classieuse Agnes Obel, l'énergisant Jamie Cullum, pour ne citer que ceux que j'aurais impérativement envie d'écouter. Juliette Armanet, Fishbach pour la nouvelle vague de la chanson française, Talisco et sa pop chaleureuse. Lescop, Her, Paradis... 3 jours de paix et d'amour, comme on disait il y a très très longtemps. 

    la magnifique society, tokyo space odd, reims, festivalIl y a un truc plus que cooooool à signaler impérativement! Un espace dédié au Japon contemporain et à la culture pop japonaise, inspiré de Shibuya et d'Akihabara. Une expérience unique, le Tokyo Space Odd. J'adore la culture japonaise, l'occasion de m'y replonger (avant un nouveau trip tokyoïte)!

    La Magnifique Society, c'est aussi, en préambule, 3 jours d'expériences et de créations sonores au coeur de la ville. Et 3 jours du musique. Et c'est du 16 au 21 mai!

    Impatient!

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Festivals, Musiques 0 commentaire
  • Miles Mosley, le jazz, avec un zeste de soul et un soupçon de Hendrix

    J'écoute du jazz, de temps à autres. Mais pas au point de devenir un pilier du Duc des Lombards. Le jazz a quelque chose d'apaisant. Qui fait du bien, entre deux sessions de métal ou de punk - on revient toujours à la musique de ses 15 ans, trois accords, guitares saturées, minimalisme. Mais ceci est une autre histoire. Côté jazz, il y a les classiques, Ellington, Basie, Garner, Coltrane plus tard. Il y a Miles. Plutôt période Kind of Blue, je n'ai jamais vraiment accroché à l'écoute de Bitches Brew, pourtant considéré comme LE chef d'oeuvre absolu de la fusion entre jazz et rock. Il y a eu un peu de Zappa, de temps à autres. L'oeuvre foisonnante du chevelu de Laurel Canyon ayant exploré tant d'univers... Bref. Un peu de jazz. Un Brad Meldhau de temps en temps aussi. Avec ses incursions pop.

    Et aujourd'hui Miles Mosley. Découverte totale. Bassiste, chanteur, compositeur, producteur, le gars est doué. il vient de signer chez Verve, une référence. Son album sort le 19 mai. Uprising. Comme l'album éponyme de Marley d'ailleurs. Mais cela n'a strictement rien à voir. Chez Miles Mosley, on s'aventure dans le rock, avec quelques guitares parfois hendrixiennes. On est dans la soul, avec des morceaux qu'on aurait peu entendre chez Otis Redding. On est parfois dans le monde d'un Steely Dan moins léché, avec des vocaux dignes d'un Michael McDonald. On oscille en parmanence d'un univers à l'autre, un jazz fusionnel. Un jazz joyeusement brillant. Une musique ouverte. Miles Mosley a collaboré avec Chris Cornell (Soundgarden), Lauryn Hill, Mos Def, Kendrick Lamar... Un artiste à suivre, son album est une palette aux multiples climats.

    A découvrir, ce morceau, Abraham, le gospel revisité par Hendrix. Un pur régal à jouer très fort!


    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire
  • Jour J, wedding planner et catas diverses

    Il y a quelque chose de frais et décomplexé dans le film de Reem Kherici. L'accumulation de gags, les personnages secondaires hauts en couleur, le rythme, la vanne. Parfois un peu décousu, toujours déconnant, un vrai plaisir, l'occasion de se marrer dans une période qui donnerait plutôt envie de se shooter à la mort aux rats.

    A partir du quiproquo initial, les situations abracadabrantesques s'enchainent. Avec un objectif: la grosse marrade. Sans vulgarité. Un film qui peut rivaliser avec les comédies US. La vis comica est là. Reem Kherici impose son personnage de wedding planneuse gaffeuse, avec ce qu'il faut de second degré et d'autodérision. François-Xavier Demaisons, le bon pote nounours, Chantal Lauby, impeccable mère disjonctée, Sylvie Testud, boss foldingue, Julia Piaton, future mariée blogueuse folle des réseaux sociaux, et Nicolas Devauchelle, le mec qui déconne et s'enferre dans la situation ubuesque qu'il a lui-même déclenchée. Ca tient la route, c'est drôle. Sans oublier quelques seconds rôles faisant des apparitions ça et là qui donnent un joli côté foutraque au film.

    A voir pour un moment de pure décontraction cérébrale salutaire. 

    En salles le 26 avril

    Lien permanent Catégories : Ciné 0 commentaire
  • 40 ans de punk : Rattus Norvegicus - The Stranglers

    Le temps passe jeunes gens... En avril 1977, Rattus Norvegicus, le premier album des Stranglers tombe dans les bacs. Ils sont déjà affreux, sales et méchants. Agressifs, un orgue qui rappelle les Doors, pas totalement dans les canons du son punk (one two three four gabba gabba hey), mais suffisamment nihilistes dans l'attitude pour être assimilés au mouvement. Aujourd'hui, Jet Black le batteur a 78 ans. Hugh Cornwell, tête pensante, a lâché l'affaire en 1990. JJ Burnel, bassiste, karateka et (un peu) français est toujours sur la route.

    Un extrait légendaire, "Peaches"

    Et pour le plaisir l'album entier 

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire