Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dans mon iPod ce weekend...

    rock_en_seine2009.jpgPas d'iPod ce weekend... Du live! Du gros son! Pass 3 jours en poche pour le festival Rock en Seine, Mr Dubuc va s'en mettre plein les oreilles! Des riffs qui tuent, des déflagrations de guitares saturées, des roulements de tom, des infrabasses, les oreilles qui saignent et tout le toutim (sans oublier, ça devient un presque cliché rock'n'roll, les potards sur 11!!!).

    Armé de son iPhone pour poster quelques photos prises au fil du temps et des concerts, le festivalier regarde la météo d'un air interrogatif. Woodstock et son "No rain, no rain", c'était sympa en 69... Le festival dans la boue, ça l'est moins. On verra. Le festivalier va essayer de ne pas oublier son bouchon de plastique... Pourquoi un bouchon? Parce qu'à l'entrée des concerts, tout ce qui peut représenter un projectile se voit impitoyablement confisqué... Une bouteille lestée de liquide, dûment fermée peut s'avérer une arme redoutable pour allumer la choucroute d'Amy Winehouse (pure vue de l'esprit, icelle ne se pointant plus sur scène...) ou la tête de sale gosse de Liam Gallagher... Rien de plus inutile et absurde qu'une bouteille pleine sans bouchon... Vous êtes comme un con...

    A part ça... Le festivalier doit s'armer de cash, pour la bière et les nourritures terrestres (Saucisses, frites, churros... la même bouffe que dans les manifs...). Et de patience. Et être en forme. On marche beaucoup dans un festival. On attend. On déambule entre les scènes...

    Au programme en vrac, Faith No More, The Offspring, MGMT, Oasis, The Prodigy, Amy MacDonald, Klaxons, Bloc Party, Noisettes, Eagles Of Death Metal, Madness, Robin McKelle, Macy Gray... Yummy!

    Récit complet à venir...

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 4 commentaires
  • Tennistique appliquée

    Je n'y connais rien au tennis... Enfin... juste le minimum vital qui permet de comprendre ce qui se passe sur le terrain et de pratiquer lasharapova.jpg chose modestement (Un euphémisme... Cata totale, et incompétence reconnue, massacre de raquettes à la clé). Un minimum pour apprécier l'envol des bords de la jupette de Maria Sharapova, et avoir trouvé, en son temps (in antiquis temporibus), Chris Evert fort charmante...

    A part ça, des mecs ou des filles en blanc tapent dans une balle. Tous essayant d'avoir suffisamment de peur de gagner pour ne pas avoir à subir l'interview multilingue de l'incroyable Nelson Monfort (A propos dudit Nelson, une petite vidéo icitte, où Violette SBEP fait connaître un grand moment de solitude au susmentionné)...

    balles_trappe_01.jpg

    Sur un court de terre battue, de zonga ou en lino Gerflor, les français ont cette légendaire peur de gagner, perdent leur tennis, et se font massacrer par des cogneurs et/ou des cogneuses (celles-ci poussant de disgracieux cris vaguement orgasmiques, faisant craindre le pire aux mâles...). Hors du court, ils galochent en boîte de nuit et sont contrôlés positifs... No comment... Bref, pour faire court, la chose tennistique me laisse en général indifférent... sauf quand Noah bat Wilander... Mais c'était déjà au siècle dernier...

    Et David Brunat me file un opus qu'il vient d'écrire. Balles Trappes. Gonflé le gars. Ecrire sur le tennis. Raconter un match de l'intérieur. Et pas Borg-Lendl (Ronfle, ronfle...) ou Williams vs Williams... Lui contre un gars du club. D'anonymes tapeurs de balles. Que se passe-t-il dans la tête d'un joueur? Ca gamberge! Ca mouline, ça tactique, ça colère! Un exploit! Tenir le lecteur en haleine sur une centaine de pages narrant les échanges, les tricheries, décortiquant les petits travers, les mauvaises habitudes des joueurs, directement issues des tics et travers des joueurs pro, par écran de télé interposés! Tenez... le gars qui fait rebondir cinquante fois sa balle avant de servir... Celui qui invente des fautes, de préférence hors du champs de vision de son adversaire...

    Sur ces bonnes, paroles, je vais tenter de retrouver ma raquette... et accessoirement mon tennis... Et vous pouvez acheter l'ouvrage icitte.

    Enjoy!

    Lien permanent 0 commentaire
  • Intermède politico-musical #11

    L'occasion faisant le larron... Double dose d'intermèdes politico-musicaux ce mercredi... Il y a un vague message punko-politique... Mais surtout une vraie blague de mauvais goût...

    Rien de plus chic qu'évoquer les Dead Kennedys aujourd'hui... Ted et Eunice ayant été arrachés à notre affection à quelques jours d'intervalle, un pan entier d'histoire américaine finit de s'effacer...

     

    Enjoy!


    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Intermède politico-musical #10

    Neil Young lors du premier Farm Aid... Festival organisé en 1985 par Wille Nelson, John Mellencamp, Dave Matthews et Neil Young pour soutenir les fermiers américains en difficulté... Hey Hey My My. Increvable Neil Young! Juste pour info, le prochain Farm Aid, c'est le 4 octobre à St Louis (Missouri). Au programme, les fondateurs plus Jason Mraz et Wilco.

     

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Bloc-note express N°96

    ile.jpgLa possibilité d'une île... L'impossibilité d'une île... Débat Houellebecquien... Je n'aime pas Houellebecq. Je n'aime pas les proclamés "plus grand écrivain français"... Mais revenons à nos îles. Quelques jours d'isolement insulaire. Soleil, rochers et mer. L'île est un espace clos. L'île est peu connectée. Un comble pour le geek qui se découvre une forme de bizarrerie d'existence sans fil, sans réseaux ni connections... Ou presque...

    D'abord la 3G... Internet Everywhere proclame Monsieur Orange...  La clé 3G, 3G+... Appendice disgracieux qui même accroché au bout d'un cable parfois ne capte rien. Ou si peu. Ou de temps en temps. C'est selon.  A condition de ne rien avoir à télécharger. Rien de lourd à consulter. A moins de n'avoir que Google ou Cragislist à consulter. Pas de couleurs. Pages légères. Pas de sophistication graphique de l'interface. Monsieur SFR n'a pas a pavoiser non plus. Aucun signal n'est capté. L'île entre Granville et Saint Malo est oubliée des opérateurs télécom. Internet Everywhere... La blague de la saison.

    Jours d'isolement où l'on mesure le degré de dépendance aux nouvelles technologies, mais aussi le mythe du travailleur mobile. Le mythe de l'hyper-connectivité. Hyper-connecté, certes, à terre, en ville. Pas sur une nationale entre Villedieu Les Poëles et Granville. Le bocage normand conserve ses mystères.

    levison.jpgOù l'on se pose la question de la vie sans Internet... A quoi bon? C'est une telle évidence urbaine. C'est une telle abstraction dans certains coins. Vivre sans Twitter, ni Facebook... Possible. Une forme de luddisme estival. Vivre sans bloguer... Quelques jours de break sans envie de produire quoi que ce soit. Lire, en revanche. Retrouver le contact du papier. Du livre, le machin qu'on emporte partout et que l'on retrouve gondolé au fond d'u sac de plage, plein de sel et de grains de sable et de mica. Iain Levison, le régal de l'été. Tribulations d'un précaire, Une canaille et demi (Editions Liana Levi). Plume acerbe. Dénonciation acide et pleine d'humour des dérives du grand capital et de l'impact de l'économie moderne sur l'homo sapiens.

    Eté japonais, il y aurait des chapîtres entiers à consacrer à un sujet aussi riche. L'honorable partie de campagne de Thomas Raucat (Folio), la Chronique japonaise de Nicolas Bouvier (Petite Bibliothèque Payot). Deux ouvrages légers et riches pour comprendre l'âme de la société japonaise. L'un écrit dans les années 20, le second parlant du Japon des années 50 à 70. Un régal absolu pour le nippophile qui regrette ses virées annuelles à Asakusa et Akihabara.

    Fin de la période dite "de vacances". Reprise de la vie parisienne. Certains aiment le Paris désert du mois d'août. Un Paris étouffant. Sans vie. Dernière semaine d'août, Paris s'éveille. Enfin!

    Plein de projets, champs des possibles analysé tout l'été. Du changement dans l'air, de la continuité aussi. Affaires à suivre. Du consulting, de l'entreprenariat. L'excitation, l'odeur de la poudre.

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 1 commentaire
  • Revisiter les grands mythes du rock (Part 2)

    johnny 1.jpgOù l'auteur décide d'en remettre une couche sur Johnny Hallyday... Jojo, l'Idole des Jeunes depuis 50 ans, Notre Rockeur National... Un sujet facile pour journalistes en mal d'inspiration... La daube pure comme incarnation du wock'n'woll "à la française"... Un mérite, avoir commencé à temps, à la fin des années 50. Un tort, être toujours vivant... Et sombrer dans la caricature de la parodie... C'est dire... Un répertoire qui fait partie du patrimoine national, qu'on se surprend à connaître même par bribes... On se corrige. On se reprend. On n'a pas de disque de Johnny chez soi. On n'a rien dans son iPod. Faut pas déconner quand même... Johnny est un mystère... Les foules affluent à ses concerts. La poule aux oeufs d'or commence à fatiguer et va nous faire un final la Joséphine Baker, la ceinture de bananes et les plumes en moins... Au crédit du phénomène, la longévité. Au débit d'icelui, la longévité. Un bon rocker est un rocker mort. D'ailleurs, Johnny n'est pas un rocker, il est un rockeur, nuance... Répertoire oscillant entre rock'n'roll des origines chanté en français, pop, hard rock et variétoche consternante avec paroles engagées chantant l'amuuuur tuuujuuurs, les hommes fragiles abandonnés... Condamné au fil du temps à chanter du Barbelivien, du Berger, puis de l'Obispo ou du Calogero... La Roche Tarpéienne étant toujours proche du Capitole...

    Le pékin se fait tatouer le portrait de son idoooooole sur le bras, se costume comme son idoooole avec santiags de la Halle aux Chaussures etjohnny 2.jpg tshirt estampillé "Rebel" acheté sur le marché de Villefranche de Rouergue ou La Haye-Pesnel... Plus les anneaux dans les oreilles, le Kangoo façon pick-up Dodge Ram, la mob bleue revisitée Harley... Pas gentil je suis. Johnny offre un bout d'Amérique mythique. D'Amérique qui n'existe pas avec de grands espace imaginaires, des routes sans fins sur lesquelles on roule sans but... On ferme les yeux, on est au Texas... On les ouvre, on est toujours sur une départementale de la Creuse avec les nains qui braillent à l'arrière, Kevin, Brandon et Laura... Et le petit Tennessee qui est encore à l'état foetal... Pas gentil du tout je suis...

    johnny 3.jpgIl convient pour que le paysage soit complet, de s'attarder sur les Johnnies (Précision grammaticale: un Johnny, des Johnnies)... Les clones du prophète qui prêchent la bonne parole dans les contrées dans lesquelles l'idole et ses semi-remorques ne peuvent se poser... La salle des fêtes d'Hudimesnil (50), le Café des Sports de Martiel (12)... Ils sont les incarnations, les fils du Père. Nés de leur imagination fertile, un jour ils ont été touchés par la Johnnytude. Tu estoye mon fils et je t'envoye convertir les infidèles et mes sainctes paroles porter! Alleluia! Le Johnny nouvellement adoubé, suite à une révélation à droite de l'entrée S du Stade de France, ou au coeur du Kop Boulogne du Parc des Princes, tombe à genoux! Oui, Johnny, my God, je serais ton étendard! Youkaïdi, le Johhny file à la Halle aux Chaussures, se taille une veste motifs peau de vache dans le tapis du salon, justement en peau de vache, et s'entraîne à brâmer queujeut'aimeuuh (un monument à coup d'amuuur et de cheval mort, allez comprendre la dimension métaphorique...). Le public se précipite... Parfois, il n'a pas été prévenu. Ca lui tombe dessus, crac. A l'occasion d'une fête votive locale. D'un bal annuel. Divine surprise! Jooooohnny hurle le deejay... Gargl, trop tard... La double peine. Il y avait déjà eu du tango et du Patrick Sébastien. Le tonnerre, les éclairs, la terre qui tremble, la voix du Grand Barbu sur son nuage là-haut qui cligne de l'oeil et vous annonce "Bien fait pour vos gueules, l'Eternel et ses Commandements ne respectez point au quotidien! Pire que le nuage de sauterelles et les autres plaies d'Egypte! Je vous colle un clône de Johnny! Et un qui s'y croit grave!" - Car God parle djeunz!

    Et le Johnny s'époumone. Le futal poutre apparente en imitation lurex façon lézard -ça parait improbable, mais ça existe- le ventre rebondijohnny 4.jpg du sybarite, la babiche, l'anneau à l'oreille, les lunettes noires Optic 2000... Le dancefloor se fige d'émoi... Le fan connaît un début d'érection -allumer le feu, c'est la promesse du Johnny- le non-fan, une fois passée la période d'esbaudissement, commence à s'agiter. C'est le post-trauma disorder chez certains (réaction-type: "tu va fermer ta gueule!"), le Syndrôme de Stockholm chez d'autres (réaction-type: "écoute, je trouve qu'il s'en sort plutôt bien pour un amateur")... Les ricaneurs font semblant d'apprécier, tentant une lecture au deuxième degré, façon mise en abyme... Mails l'ironie de leurs hurlements d'encouragement (mea culpa, mea maxima culpa, j'ai moi-même pêché!!!) n'est pas perçue par le destinataire qui se sent porté par un état de grâce absolue!!! 100% premier degré. Ca sent la récidive!!!!

    Il convient donc, pour ne point être taxé de snobisme, de parisianisme, de catalyseur de la fracture sociale, de contempteur des passions populaires, de Téléramaphile, de rendre un hommage appuyé aux Johnnies. Courage, abnégation, passion. A nom du cuir, du lurex et des santiags. Allez en paix.

    Disclaimer: C'est pas de la méchanceté, c'est de la pure tendresse. Les faits narrés ci-dessus sont inspirés d'événements réels.

    Lien permanent Catégories : Musiques 2 commentaires
  • Dans mon iPod ce weekend...

    Vacances... La bande-son de l'été... Du jazz... Apaisant... Il le fallait, il y avait des raisons qui poussent à chercher, pas toujours avec succès, une sorte de paix intérieure, en prévision des défis de la rentrée...

    Esbjörn Svensson Trio... Une bande-son idéale... Piano. Jazz épuré. Parfait...

     

    Et un morceau de Metallica - certains se sont gaussés lorsque j'ai énoncé sur un réseau social le fait que Metallica acccompagnait mes siestes... Extrait de l'album Masters of Puppets, monument metal, un instrumental... Orion... La tempête après le calme... Yeah!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • RIP Willy DeVille

    Un de plus. Les héros de notre jeunesse ne meurent plus à 27 ans, d'une OD ou d'un accident d'avion. Ceux qui ont survécu à leur 20 puis 30 ans, passé le cap de la quarantaine, et atteint la cinquantaine, sont laminés par des cancers fulgurants... Willy DeVille... Un look improbable, le mix musical permanent, racines hispaniques, zydeco, mariachi, rock des années 80 avec ces guitares âpres sans effets. RIP Willy. En plein été. Quand la France, qu'il avait aimé en dévoilant un jour sa passion pour Edith Piaf, est en vacances. Quand les bourrins se passionnent pour la misère télévisuelle de Secret Story, les seins dévoilés de quelque starlette du r'n'b dans les pages des magazines people, un artiste s'efface. Discrètement. Adios.

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • 4 août 1789...

    ... ca se passe encore dans la douceur... avant de guillotiner à tout va, de noyer, de fusiller, etc, etc... la fameuse Nuit du 4 août 1789... l'abolition des privilèges... Quand la fracture sociale s'accroît sur fond de crise économique, quand la combine, les réseaux, les lobbies, le mélange des genres, les liaisons dangereuses, les conflits d'intérêt, les copains et les coquins donnent le sentiment, qu'il y a quelque chose de pourri (au royaume de Danemark - c'est du Shakespeare, c'est du Hamlet... Que les choses soient claires, on ne parle pas du Danemark, icitte. Bref, quand certaines études tendent à montrer que dans les verbatims du consommateur excédé, il y a comme une sémantique des années 30... Quand des banquiers, pour l'instant américains, se distribuent quelques bonus, alors qu'un an auparavant, ils pleuraient misère après avoir mené le système dans le mur. Quand le Pôle Emploi ne gère pas. Quand il n'y a plus que Secret Story et le Juste Prix pour maintenir le peuple dans son hébétude... Une Nuit du 4 août 2.0 serait peut-être bienvenue, non? 220 ans après la première, un mélange de Woodstock, Burning Man et Mai 68... Un petit coup de semonce... Juste comme ça, histoire de donner la température de l'opinion...

     

    Enjoy!

    Lien permanent 0 commentaire