Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Je me souviens du rock (30 ans d'addiction) - N°4

    Je me souviens de mon tout premier CD... gagné en participant à un concours sur Skyrock, bien avant que cette radio ne se spécialise dans le rap... Strong Persuader de Robert Cray. Je n'avais même pas de lecteur de CD...

    Je me souviens des Enfants du Rock, de Manoeuvre et Dionnet qui n'arrivaient jamais à entrer au Sex Machine.

    Je me souviens du videur, Big Phiphi.

    Je me souviens avoir découvert The Pogues et la dentition hallucinante du chanteur, Shane McGowan, dans les Enfants du Rock. Je me souviens qu'Elvis Costello avait produit leur album. Je me souviens avoir fredonné immédiatement Dirty Old Town.

    Je me souviens d'un concert des Pogues à Genève en 86. C'était la première fois que je voyais un chanteur servir du vin blanc aux premiers rangs du public.

    Je me souviens d'un autre concert des Pogues à l'Elysée Montmartre, avec Joe Strummer au chant... Ca devait être en 91. Spider Stacy, le joueur de fifre, était complètement bourré et ne tenait pas debout!

    Je me souviens avoir été au bord de l'orgasme en entendant Joe Strummer terminer ce même concert par un London Calling enflammé.

    Je me souviens avoir loupé The Clash à Mogador, étant trop jeune et trop banlieusard, et le regretter encore aujourd'hui.

    Je me souviens avoir vu David Byrne sur scène sans me souvenir de l'année précise, et avoir été complètement ébloui par sa version de Psycho Killer... Fa-fa-fa-fa-fa-fa-fa-far better... Run, run, run, run, run awaaaaay!

    Je me souviens d'une photo de Lita Ford, ex-Runaways, qui portait un pantalon de cuir tellement serré que son entrejambe était très évocatrice...

    Je me souviens avoir eu une faiblesse pour les filles du rock... et avoir acheté certains albums d'abord pour leur pochette...

    Je me souviens avoir été ému par la pochette de Cut, le premier album des Slits, où elles posaient seins nus et couvertes de boue... Je me souviens aussi ne pas avoir été bluffé par leur musique quand, bien des années plus tard j'ai enfin écouté l'album...

    Je me souviens avoir entendu Nothing Compares 2 U par Sinead O'Connor sur la route entre Mount Rushmore et Rapid City (South Dakota)... La nuit tombait, il y avait des travaux, pas d'asphalte, mais quasiment de la piste, j'étais au coeur de l'Amérique profonde.

    Je me souviens avoir acheté deux albums de Public Enemy en arrivant à New York, en 1990. J'étais encore sous le coup du générique de Do The Right Thing de Spike Lee, où on entendait Fight The Power.

    Je me souviens de Billy Joel et du clip de We didn't start the fire, où il racontait quarante années d'histoire des Etats-Unis en 3 minutes.

    Je me souviens avoir complètement occulté The Smith. Et n'avoir acheté leur premier album qu'après le split du groupe.  Je me souviens n'avoir pas vraiement compris la hype autour de Morrissey et Johnny Marr...

    Je me souviens avoir arrêté d'acheter Rock & Folk dans les années 80, et avoir repris en 1992, un jour où Manoeuvre avait fait une interview de Polnareff qui sortait son Live at the Roxy.

    Je me souviens avoir toujours préféré R&F à Best.

    Je me souviens avoir acheté les Inrocks en 94 et n'avoir pas tout compris à ce qu'ils écrivaient...

    Je me souviens avoir acheté dans la foulée le premier album de Miossec et un cd de Dominique A et n'avoir pas été fondamentalement bouleversé contrairement aux journalistes des Inrocks...

    Je me souviens avoir entendu chez Bernard Lenoir, Smells Like Teen Spirit par Tori Amos, piano et voix, et avoir été bluffé par les qualités mélodiques du morceau.

    Je me souviens du générique de Feedback sur Inter, Eruption par Van Halen. Je me souviens avoir utilisé ce morceau comme sonnerie sur un de mes téléphones portables...

    Je me souviens avoir quitté une fois une salle de concert... Burning Spear... La sono était pourrie, on n'entendait que la basse...

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 4 commentaires
  • Bloc-note express N°66

    Emery réhabilite le goûter. Le bon vieux goûter des familles. Celui qui fait grossir. Le pas light. Le truc des enfants. Emery est un grand enfant! ;-)

    kooks.jpgDubuc se souvient du rock... il parle de lui à la troisième personne. Ca devient grave... ;-) Il y a un groupe sur Facebook, pour que chacun puisse contribuer à cette oeuvre collective. Chacun a des souvenirs. Mutualisons-les camarades. Ecrivons l'histoire, la petite histoire. Il y aura du backstage, des anecdotes de devant de scène, du fond de la fosse, des histoires de fouilles chez les disquaires, des émotions brutes à l'écoute de soli interminables, des rêves humides sur des pochettes transgressives... 

    L'année 2008 se termine sur fond de crise de confiance. Les gestionnaires de fonds se tranchent les veines. Les financiers touchent le fond. Le fond de l'air est glauque. Les fondations du monde occidental sont-elles ébranlées? 

    Voeux2008_small.3.jpgFin d'année et heure des bilans... Bilan perso. Le mantra de l'année était "Move forward"... Celui de 2007 était "Re-imagine your life"... Objectifs atteints professionnellement parlant. "What else?" dirait ce bon George en surveillant son ultime capsule de Nespresso... "Fight for your rights to paaaarty!" répondraient les Beastie Boys. "Don't believe the hype" faudrait-il rappeler aux traders et financiers de tous poils en écho à Public Enemy. 2009 pue... la déprime, la crise, la mort de trucs auxquels on a cru pendant des années. Les experts en tout estampillés "vus à la télé", prévisionnistes et oracles à deux balles vont se succéder sur les écrans, dans les pages des journaux pour se répandre en perspectives aussi fiables que les élucubrations d'Elisabeth Teissier... L'univers est devenu instable, la logique économique est floue, ni la finance ni la géopolitique ne sont des sciences exactes... 

    A part ça? Garder le cap, le moral. Aimer la vie, revenir aux choses simples. Les potes, l'amitié. La discussion, les rires d'enfants. S'en prendre plein la gueule devant un Rothko. Pleurer quand la fille de Reth et Scarlett tombe de poney, quand Stewball tombe après la rivière, quand Joe Strummer chante Redemption Song ou Bette Midler, The Rose... Hiberner. Attendre le printemps. Admettre que les ours ont raison... Qu'il en faut peu pour être heureux... 

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend...

    Ellen Foley en 1979... Elle a été la petite amie de Mick Jones de Clash, a chanté en duo avec Meat Loaf (Paradise by the dashboard light) et Joe Jackson (Happy ending)... On n'a plus tellement de nouvelles... Alors on réécoute We belong to the night.

    Enjoy!

     

    technorati tags:
    del.icio.us tags:
    icerocket tags:
    keotag tags:
    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • dans mon iPod ce weekend...

    Une vieillerie d'il y a plus de 25 ans... Garland Jeffreys... Matador...

     

    Et Eurythmics chantant Tous les Garçons...

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Je me souviens du rock (30 ans d'addiction) - N°3

    Je me souviens de Double Fantasy de John Lennon, de la cassette que mon cousin m'avait donnée. Il n'y avait que les chansons de Lennon, pas celles de Yoko Ono. Je me souviens de Just Like Starting Over. Our life, together, is so special, together, etc, etc...

    Je me souviens de mes réveils matinaux en seconde, pour finir des devoirs de math en écoutant RFM. Je me souviens avoir découvert Bohemian Rhapsody, Tommy, et plein de pierres angulaires du rock!

    Je me souviens de RFM, première formule, sur 103,5 Mhz en FM. Je me souviens qu'ils passaient du country rock, Linda Rondstadt, John Fogerty...

    Je me souviens n'avoir jamais écouté NRJ, parce que c'était trop commercial.

    Je me souviens des pubs dans Rock & Folk pour le rock des années 80. Joe Jackson, Nina Hagen...

    Je me souviens avoir demandé à mes parents de me rapporter d'Allemagne, Unbehagen de Nina Hagen Band... Et en avoir imposé l'écoute à la famille médusée!

    Je me souviens avoir vainement essayé de décoller d'un mur l'affiche d'un concert de Trust. En plein jour.

    Je me souviens avoir acheté le premier album de Trust et ne l'avoir à l'époque pas totalement assumé...

    Je me souviens qu'à un moment, si on était new wave, on ne pouvait pas aimer le hard rock.

    Je me souviens de mon premier concert, Octobre Rouge dans une salle proche de la fac de Reims, fin 82.

    Je me souviens avoir piqué l'affiche du concert.

    Je me souviens des punks à crête qui pogotaient devant la scène et à qui Theo Hakola, le chanteur, avait demandé de se calmer parce que lui faisait du feeling...

    Je me souviens être allé à un concert de Barclay James Harvest, toujours à Reims, avec des copains de prépa... Je me souviens avoir assumé...

    Je me souviens cette même année avoir acheté Ziggy Stardust en cassette. Et avoir trouvé ça génial. Surtout Rock'n'Roll Suicide...

    Je me souviens avoir découvert la version de Ziggy Stardust par Bauhaus en écoutant Bernard Lenoir sur France Inter.

    Je me souviens d'un concert d'Eurythmics diffusé en direct sur France Inter. Annie Lennox avait chanté Tous les Garçons de Françoise Hardy... Je me souviens avoir toujours voulu avoir une trace de cette version et à ce jour ne jamais l'avoir trouvé, même en mp3.

    Je me souviens de Sign of Times des BelleStars, et de Private Investigations de Dire Straits, diffusés par Bernard Lenoir en 83.

    Je me souviens d'un gusse qui s'appelait Joe Lala et qui chantait Jolie Fille d'Alger...

    Je me souviens de Bijou et de son Rock à la radio.

    Je me souviens de Bruno R qui nous faisait écouter en boucle Stepping Out de Joe Jackson...

    Je me souviens des soirées avec Christian A à écouter The Wall en buvant de la crème de cassis...

    Je me souviens des soirées en boîte au Sunshine à Reims à danser sur JJ Goldman (Il suffira d'un signe), Imagination (Just an Illusion) et The Doobie Brothers (Long Train Runnin')...

    Je me souviens du concert de Dire Straits en 83 au Palais des Sports de Paris... en rentrant de mes oraux pour intégrer l'ESC Rouen. Je me souviens de leur nouveau batteur qui n'avait pas la frappe sèche de Pick Withers, le batteur des premiers albums.

    Je me souviens du concert de Rod Stewart au Stade Montbauron à Versailles. Je me souviens que Gary Glitter faisait la première partie. Je me souviens que les riverains avaient moyennement apprécié le déluge de décibels.

    Je me souviens d'Absolutely Live de Rod Stewart et des versions hallucinantes de Sailing et I don't Wanna Talk About It, reprises en choeur par un stade entier...

    Je me souviens de Joan Jett. Je me souviens avoir eu une copine en prépa qui lui ressemblait, et avoir trouvé ça troublant.

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 1 commentaire
  • Joyeux Noël!

    Lien permanent 0 commentaire
  • Bloc-note express N°65

    Bernard Madoff... Sacré Bernie, avec son applomb et sa tête de grand-père gâteaux, smart et bon enfant... Belle dose de cynisme, crédibilité maximale d'ancien Président du Nasdaq, et bonne culture économique. Une vieille recette, la cavalerie. Un vieux truc qui a toujours marché dans le passé. Un petit côté Robin des Bois... Tout petit côté. Bernie prenait au riches mais ne redistribuait pas. A ceux qui cherchaient à maximiser leurs profits par des martingales dont ils ne cherchaient pas à comprendre la mécanique absurde. Sacré Bernie! Avoir dépouillé des orgabisations caritatives, c'est amoral... Cela dit, cela rejoint Robert Maxwell, Captain Bob, qui avant d'être retrouvé flottant entre deux eaux, avait puisé dans les caisses de retraite des employés de son groupe... Quelle sera le prochain scandale? Un trafic d'organes prélevés sur des chômeurs (matière première en hausse en ces temps de crise) en échange de quelques dollars ou euros pour remettre sur pied quelques riches malades prêts à tout pour gagner quelques années de vie supplémentaire?

    Crise et chute des civilisations... Il y a des dîner sympas où l'on aborde des thèmes graves. Quand un spécialiste des mécaniques financières vous fait part de sa totale perplexité quant au fonctionnement actuel des marchés, de ses doutes et de ses incertitudes... Bref, un financier en pleine mise en abîme... Ca fait flipper le non-expert! D'autant plus que lorsqu'on aborde les scénarii catastrophe, les images des films de science fiction vous reviennent à l'esprit, Soleil Vert, Blade Runner... On attaque l'apéritif au champagne, on en est à l'apocalypse au café...

    Bordel général... Impression générale en cette fin d'année. L'espoir repose sur les épaules de Barack "Yes We Can" Obama... Gloups... Il va avoir du boulot, le gars!

    Noël... La Secrétaire d'Etat à la Famille dans les grands magasins, Luc Chatel incitant les français à dépenser au nom du patriotisme... Avec quoi? Des credits revolving à 20%?

    Sur ces considérations optimistes... il est temps de revoir, encore et encore, It's a Wonderful Life de Franck Capra. Et oui, mes jeunes amis, on n'a pas fait mieux, à ce jour!!

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note, Musiques 0 commentaire
  • Carbon/Silicon au Trabendo

    Un mercredi soir au Parc de la Villette. Rendez-vous à 20h00 le 17 décembre pour le concert de Carbon/Silicon, le groupe monté par deux vieux complices des années punk, Mick Jones (ex Clash, B.A.D.) et Tony James (ex Gen X, Sigue Sigue Sputnik)... Deux vieux potes dont on peut se demander a priori ce qu'ils valent encore sur scène au delà de la légende. Au delà aussi des risques  de la reformation. Kilos superflus, auto-parodie, auto-complaisance, exploitation d'un fond de commerce... L'heure est aux reformations. Toutes les légendes, si elles ne sont pas mortes de cancer, suicide ou étouffées dans leur vomi, tentent le retour. Pour le meilleur, The Stooges, et le pire, The Police, voir Queen ou The Doors...

    IMG00015.jpg

    The Clash a toujours refusé de revenir sur scène après son split final et Joe Strummer a définitivement cloturé le dossier en 2002. Onc' Joe. Qui nous laissés orphelins, et nostalgiques d'une certaine éthique du rock. Un peu janséniste. Onc' Joe et son gang qui reviennent dans les mémoires cet hiver entre remarquables albums live (Shea Stadium!!!) et docus (Revolution Rock, The Future is Unwritten)...

    Carbon/Silicon. Deux guitares, une basse, une batterie. Une énergie brute. deux vieux complices qui se marrent, sont détendus. Qui sont proches du public, quitte à tendre l'oreille à ses demandes... Et ne pas y répondre. White Riot, réclame la foule. Que nenni. Pas de reprise de Clash pendant le concert.  Carbon/Silicon ne donne pas dans la nostalgie et n'est pas un tribute band exploitant un fond de commerce. Carbon/Silicon, s'il délivre un rock bruyant, et harmonieux aux guitares saturées et à la rythmique efficace, joue son propre répertoire. De nouveaux morceaux dont les tonalités rappellent quelque chose. Le goupe procède par citations. Riffs. Choeurs. On replonge dans l'histoire du Clash. On croit reconnaître. On n'y est pas. Mick et Tony se marrent. Boivent un coup. Bière pour l'un, scotch pour l'autre. Pas de cover. Rien que des nouveaux morceaux. Des chansons fraîches. Mick demande même un pupitre avec les paroles des nouveaux titres... Qu'il chante, très détendu. Il danse. Prend des postures rigolardes de guitar hero au second degré.

    IMG00025.jpg

    Le public danse, se laisse prendre. Un public d'ex punks. Un public de vieux de quarante-cinquante ans. Pas déboussolé par les nouveaux titres. Happés par l'aura et le charisme des deux frontmen, qui se paient le luxe d'une citation finale de Police on my back lors du dernier rappel.

    Mick Jones n'a pas changé, hormis sa calvitie qui le fait ressembler à Alain Juppé... Nos héros prennent un coup de vieux... Mais la démarche du groupe qui met morceaux et démos en téléchargement libre sur son site, reflète la passion qui peut faire remonter sur scène des mecs qui n'ont plus rien a prouver et pourraient vivre de la nostalgie de leur gloire passée.

    Enjoy!

     

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend...

    Tom Tom Club, le projet mené par Tina Weymouth et Chris Frantz en marge des Talking Heads... Moins prise de tête que les expérimentations de David Byrne avec Brian Eno... Entraînant, dansant à souhait. Wordy Rappinghood! Un régal!

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Je me souviens du rock (30 ans d'addiction) - N°2

    Je me souviens avoir fantasmé sur Chrissie Hynde et son look cuir, mitaines en dentelle noire, frange et eyeliner. Je me souviens avoir été très ému à l'écoute de son vibrato sur Brass in Pocket!

    Je me souviens avoir entendu totalement par hasard Conrad Veidt de Marquis de Sade sur Europe 1, pendant le Hit parade... Entendu une fois, pas deux...

    Je me souviens de Martha and the Muffins découvert en regardant Chorus. Echo Beach demeure une de mes madeleines de Proust.

    Je me souviens avoir trouvé Pat Benatar diablement sexy, toujours dans Chorus! et avoir brâmé Treat Me Right par la suite!

    Je me souviens des grimaces de Jacky pendant qu'Antoine de Caunes présentait Chorus.

    Je me souviens avoir détesté ZZ Top la première fois que je les ai entendus dans Chorus encore...

    Je me souviens être tombé sur ZZ Top en 1990 à l'aéroport de Los Angeles, lors de mon premier voyage aux Etats-Unis et en avoir été frappé de quasi-catalepsie.

    Je me souviens de Michael Stipe et Mike Mills croisés à l'aéroport de Milan à la fin des années 90. je me souviens avoir vainement cherché la phrase que j'allais dire au chanteur d'un groupe dont j'étais fan. Je me souviens être resté comme un con.

    Je me souviens du premier album que j'ai acheté avec mes propres deniers, Animals de Pink Floyd. Je me souviens l'avoir écouté en boucle, à donf' pendant un weekend entier.

    Je me souviens de ma première chaîne stéréo, offerte par mes grand-parents en fin de troisième. Je me souviens de mon père tentant de m'initier au jazz. Je me souviens des 25cm de Jacques Brel qu'il m'avait prêté. Je me souviens avoir aimé.

    Je me souviens de ma première cassette d'ACDC, une C90 BASF verte. Il y avait Highway to Hell. Il y avait aussi sur l'autre face, Téléphone, Crache ton Venin.

    Je me souviens avoir eu 15 ans en 79 et m'être passionné pour la new wave, tout en écoutant Pink Floyd.

    Je me souviens avoir lu la biographie des Pistols écrite par Liliane et Fred Vermorel, dans laquelle il était raconté que Johnny Rotten portait un tshirt "I hate Pink Floyd".

    Je me souviens de mon pote Denis F qui m'a fait découvrir Never Mind The Bollocks.

    Je me souviens être passé du Floyd au Pistols sans transition.

    Je me souviens que Denis F m'a aussi fait découvrir Public Image Ltd et Marquis de Sade.

    Je me souviens ne pas avoir aimé l'écoute de Metal Box, un album que j'ai mis 28 ans à apprécier!

    Je me souviens avoir lu que le chanteur de Marquis de Sade avait déclaré que les nazis avaient un super look.  Je me souviens n'avoir pas été très à l'aise avec ce type de déclaration...

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 2 commentaires