Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vous avez demandé la Police...

    3db1c46daed612450498c611fae4bbec.jpg29 septembre. RER B, station La Plaine/Stade de France. 18h30. Des hordes de quadras et quinquas se dirigent vers l'enceinte du Stade de France. Une bière et un sandwich merguez-frite à la main. Quelques djeunz... égarés ça et là. 19h00. Dans le stade. La pelouse, précieuse en ces temps rugbystiques est recouverte d'un revêtement protecteur. Gradins clairsemés. 19h45. Fictionplane, le groupe de Sting Junior ouvre le bal. Rien à dire, sinon, peut mieux faire. La voix rappelle celle de papounet. Quelques morceaux à consonnances reggae réveillent quelques souvenirs dans le cerveau reptilien du public. Ennui poli. Power pop assez standard mais entraînante. Ballades se passant de commentaire. 21h00. The Police. Message in a bottle. Un peu bâclé. Son sans aspérités. Ecrans éteints. Où l'on constate qu'en dessous d'1m80, il faut renoncer au concerts de stades... Les écrans s'animent. La voix de Sting est intacte. Andy Summers délivre 993d4f908c076337b9b9cbb6bb6089cb.jpgquelques soli incisifs. Stewart Copeland matraque les fûts. Impeccable. Froid. Efficace. Le groupe semble avoir retrouvé une forme de complicité. Le public suit. Un peu mollement. Sting sourit. Copeland bastonne. Summers torture les 6 cordes de sa Stratocaster rouge. 1h30 passent. Et la grâce... L'essence punk de Police suinte enfin. Can't stand losing you. Roooooooooxane. So lonely. Enchaînés. Le public bouge enfin. Et si Police devait être résumé à son seul premier album, Outlandos d'Amour? Le plus simple, le plus énergétique, le plus séminal. Every breath you take. Fin du concert. rappel ultime. Et la bonne surprise. Un dernier morceau. 4 musicos sur scène. Sting, Copeland et Summers rejoints par Henri Padovani. Le corse. Le tout premier guitariste du combo. Le père fondateur. Energie punk du quatuor pour l'ultime moment d'extase de ce concert. 22h45. Finito. RER B, bondé.

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 6 commentaires
  • dans mon iPod ce weekend...

    abac43d8c7784225911888fad4a594be.jpgAvez-vous visité l'expo que consacre la Fondation Cartier aux origines du rock'n'roll? Si ce n'est pas le cas, foncez!!! Les origines du rock, 1939-1959. Du désespoir électrique des bluesmen de Chicago au crash de Buddy Holly et Richie Valens, the day the music died (Don Mc Lean). A voir, à écouter. Une peinture sans concessions de l'Amérique ségrégationniste des années 50. De l'impact du rock sur le rapprochement des communautés, sur ce mouvement de rébellion de la jeunesse contre une société fortement marquée par le puritanisme.

    Dans mon iPod, ce weekend... Sam Cooke. Voix de velours. Flingué bêtement dans un motel en 1965, pour une sombre histoire de mari jaloux... 

    Un morceau à écouter en boucle, porteur de tant de messages d'espoir: "A change is gonna come".  

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 2 commentaires
  • Choc marketing

    e0ad0e7edd7dfa32578cee2b9d162e6e.jpgL'image est dans mon ordi depuis plusieurs semaines. Image choc, brutale, dérangeante, image qui crée le malaise. La campagne nous a été proposée, fin août, pour diffusion au début de la Fashion Week milanaise. Double page centrale. Un format impactant dans un quotidien. Un format cher. En ouvrant le fichier, j'ai reconnu le style d'Oliviero Toscani, qui réutilise, pour Nolita, les codes de communication de Benetton. Créer un choc, surfer sur une cause juste, jouer la carte de l'ambiguité. Dire non à l'anorexie au début des présentations des collections. Timing parfait et occasion d'attirer l'attention sur les ravages du culte de la minceur extrême. Avec un doute, toujours... La marque n'est pas connue, on sent une volonté d'accroître sa notoriété immédiatement. La rédaction du journal a refusé de diffuser la campagne. En Italie, le Corriere avait fait de même. La Repubblica l'avait acceptée. Aujourd'hui, les médias se sont emparés de l'affaire. Le visuel est repris partout (comme ici-même...). On ne parle que de Nolita. La marque émerge. Elle existe. Mission accomplie... en ne dépensant pas un centime!!! Un vrai bonheur pour sa direction financière!!! Un cas d'école en termes d'optimisation de budget publicitaire!!! Les obsédés du ROI se frottent les mains!!!

     

    Lien permanent 1 commentaire
  • Interlude

    En séminaire à Opio aujourd'hui. La vidéo de la présentation n'apparaitra pas ici... ;-)

    En attendant, pour le plaisir une pépite dénichée sur Youtube...  Un best of Ben Laden... faisant la promo de l'iPhone (entre autres joyeusetés). Fort à propos en plein Apple Expo!!!

     

     

    Enjoy! 

     

    Lien permanent 2 commentaires
  • J'ai écouté le nouveau Springsteen

    Il flotte. L'automne nous tombe dessus. Ca dégouline. L'adepte du scooter se renfrogne. What else? me dit George, en me6db6b9ff61e37a9aa7773b7eea063af7.jpg filant une tasse de Nespresso (un Roma, capsule gris foncé)... Les filles sont indifférentes, le nez dans leur Livanto (capsule dorée)... Loose.
     
    Et Bruce dans tout ça. The Boss is back. Avec le E Street Band.
    d65a477c81b964ba352d457f7e806f64.jpgEt Magic, le nouvel opus? Premier morceau, Radio Nowhere, très rock. Musclé. Mélodie accrocheuse. Guitares. On pense à du REM sous stéroïdes. You'll be coming down... Springsteenien. Le sax de Clarence Clemmons au tiers du morceau. Le clavier du professeur Bittan. On retrouve un univers balisé. Gros son. Living in the future. Ouverture au sax. Springsteenien en diable. Classique. Your worst ennemy. Plus soft. La voix du boss est maîtrisée. Moins éraillée. Gypsy Biker. Harmonica en intro façon The River. Sur fond de guitares. Gros son ici aussi et sax puissant. Girls in their summer clothes. La voix est en retrait. Le Boss apaisé, regarde passer les filles dans leurs robes d'été dans son bled de la Côte Est. I'll work for your love. Intro au piano, le Boss attaque, voix très en avant. Du Springsteen de la grand époque. Magic. Calme. Le Bruce de Nebraska et du Ghost of Tom Joad. Moins brut de fonderie, plus travaillé. Last to die. Intro héroïque, pour un rock musclé. Long walk home. Encore un morceau Springsteenien type... Introduction apaisée, Bruce, presque seul. Montée en puissance. Et le E Street Band sonne la charge. Devil's arcade. Ballade introspective. Entre douceur mélodique et intensité. Terry's song. Final. Ballade nostalgique. Voix nue. Clavier et harmonica. Choeurs discrets. c310b355e7a16343a812e5d640f778d2.jpg
     
    George est scotché. On reprend une tasse.
    What else?
    Bercy le 17 décembre, pour la vérification live. (Merci Môssieur Resse d'avoir pallié mon inconséquence en te précipitant sur les places dès leur mise en vente et pas quelques jours trop tard... 
     
     
     
     
     

    Lien permanent Catégories : Musiques 2 commentaires
  • Mauvaise humeur...

    Mauvaise humeur matinale. Playlist réalisée avec Deezer, spéciale Bad Mood... hard, métal, thrash, punk, rap, hardcore, cold wave...

    Enjoy, if U can!

    free music

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Bloc-note express - N°6

    Comme un lundi...

    0e715f795bc0b57a18569132fbd455be.jpgVais-je me procurer un iPhone avant sa sortie en France? Tentation, tentation. Un exorcisme s'impose. Maintenant que la chose est "désimlockable" sans dégats physique pour l'obscur objet du désir... Cette semaine, Apple Expo. J'y passerai avec mon badge presse de blogueur (merci Rumeur Publique!) avec beaucoup de gourmandise et de curiosité. Car l'univers Mac, c'est un peu terra incognita... Je suis PC. Depuis pas mal d'années. De plus en plus séduit toutefois par l'univers sans pépins de la pomme de Cupertino (métaphore à la c..)... Débat samedi 29 sur l'avenir des blogs... A suivre!

    Après les yaourts O% de matière grasse, le blog low fat. C'est la nouvelle promesse de Fred de Mai.7c83b4edecafd0d47e355a8f8d25feea.gif Il ne vire pas luddite, mais dégraisse son blog de toutes ces merveillles de réseautage social, affinité, affiliation... Avantage, ça charge plus vite. Inconvénient? Je n'en vois pas. Retour à l'essence du blog. A la conversation. Est-il l'initiateur d'un mouvement de fond? A suivre.

    Retour sur Nice. Quand un des commerciaux de votre bureau suisse, bien sous tous rapports, très fils de famille, jeune marié et père de famille avoue après quelques verres être aussi chanteur dans un groupe métal-indus', ça surprend. C'est cool aussi. Comme quoi on sous-estime toujours l'helvète underground...

    Dernier séminaire de la saison, jeudi. Live on stage. Avec quelques camarades, nous faisons l'ouverture. Devant parait-il une audience de plus de 200 personnes. Il va falloir affiner le Powerpoint, régler les chorés et la pyrotechnie. Créer l'envie de travailler pour notre vénérable publication. Très rock'n'roll!

    Samedi 29, The Police, live au Stade de France. Faut voir. Police, à l'origne, c'était une musique low fat. Andy Summers a l'embonboint d'un sexagénaire. Sting joue du luth (collants et poulaines lui vont mieux que la coiffe du bon sauvage Raoni...). Stewart Copeland... Euh... Pas suivi. On verra sur la pelouse. Je couinerai Rooooooooooxane avec les quadras et les quinquas ventrus...

    f4dee131db1bf5bd3e3b1b79a52e8a49.jpgNékid, agence innovante s'il en est, déjà à l'origine du fabuleux buzz BigTool qui plongea le monde de la comm dans l'angoisse, vient sous la houlette de Nicolas Bard, d'ouvrir son blog. A déguster, icitte. Une réflexion sur l'avenir de la comm à l'aune des nouveaux médias!

    Pif Paf! La nouvelle émission de Philippe Vandel sur les médias lancée ce weekend sur Paris Première... A fond dans le montage de meubles Ikea, je finis par lancer l'enregistrement de la chose pour consommation ultérieur. Prometteur au vu du panel de journalistes médias présents sur le plateau.

    Retour sur un weekend Ikea...  DIY, comme on dit. Do It Yourself. Ikea elbow... Je ne résiste toutefois pas au plaisir de vous présenter ce cartoon:

    5d573d279ef3e89b68761373d16784f5.jpg 

    Bonne semaine!

    Enjoy! 

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 5 commentaires
  • dans mon iPod ce weekend...

    2bb97484041320417c50d6c5c95be2f8.jpgJ'allais dire... Nebraska de Springsteen... Et vous me reprocheriez de virer monomaniaque. Et vous auriez raison! N'empêche que, Nebraska, je l'ai réécouté cette semaine. Plusieurs fois. Et j'ai aimé. Sobre. Dépouillé. Puissant. Bon...

    Parlons peu, mais parlons bien. Dans mon iPod ce weekend, il y a des petits jeunes qui montent. Dont j'ai déjà parlé, il y a quelques mois. The Fleets. Un trio parisien qui distille une pop subtile et agréable. Trois p'tits gars, autour de 20 ans chacuns. Et un vrai talent de composition. Ils ont choisi la pop mélodique, comme d'autres choisissent la brutalité garage. Ils sont dans l'air du temps et presques intemporels, déjà. Ils progressent d'année en année. Ils seront même à la Boule Noire en décembre prochain.

    Le fan-club sur Facebook, icitte.

    La page MySpace relookée pour écouter leur dernière compo, "Alligator", et acquérir leur second CD, "Millionaire", icitte.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 1 commentaire
  • Engagement vs notoriété

    Le maître mot pendant ces deux jours de conférences et de networking à Nice (so nice in Nice!!! :-D) fût "engagement", "engage" (in English, "èn'guèïdge")...  Passer, pour les marques, de la simple recherche de notoriété (ancien paradigme) à l'engagement. Autrement dit, une implication plus forte dans la relation avec un consommateur sursollicité, bombardé en permanence de messages, et aujourd'hui disposant des moyens de donner son avis et de faire savoir au monde entier aussi bien sa satisfaction que son dégoût.

    Un exemple, ce film publicitaire réalisé par Dove. Plutôt que parler de ses produits, ou de se focaliser sur le bénéfice utilisateur, la marque élargit le discours au delà de son simple périmètre pour parler à l'intellect de son consommateur. Et le faire réfléchir sur le sens de ce qu'est la beauté et ses conséquences psychologiques. Pourquoi chercher à être beau/belle? Dove travaille sur l'estime de soi. S'assumer. Evidemment, Dove propose des solutions. La réponse est le message. Mais en attendant, la marque s'engage auprès de ses utilisateurs potentiels.

    Le film:

     

    Enjoy!

     

    Lien permanent 6 commentaires