Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vous avez demandé la Police...

    3db1c46daed612450498c611fae4bbec.jpg29 septembre. RER B, station La Plaine/Stade de France. 18h30. Des hordes de quadras et quinquas se dirigent vers l'enceinte du Stade de France. Une bière et un sandwich merguez-frite à la main. Quelques djeunz... égarés ça et là. 19h00. Dans le stade. La pelouse, précieuse en ces temps rugbystiques est recouverte d'un revêtement protecteur. Gradins clairsemés. 19h45. Fictionplane, le groupe de Sting Junior ouvre le bal. Rien à dire, sinon, peut mieux faire. La voix rappelle celle de papounet. Quelques morceaux à consonnances reggae réveillent quelques souvenirs dans le cerveau reptilien du public. Ennui poli. Power pop assez standard mais entraînante. Ballades se passant de commentaire. 21h00. The Police. Message in a bottle. Un peu bâclé. Son sans aspérités. Ecrans éteints. Où l'on constate qu'en dessous d'1m80, il faut renoncer au concerts de stades... Les écrans s'animent. La voix de Sting est intacte. Andy Summers délivre 993d4f908c076337b9b9cbb6bb6089cb.jpgquelques soli incisifs. Stewart Copeland matraque les fûts. Impeccable. Froid. Efficace. Le groupe semble avoir retrouvé une forme de complicité. Le public suit. Un peu mollement. Sting sourit. Copeland bastonne. Summers torture les 6 cordes de sa Stratocaster rouge. 1h30 passent. Et la grâce... L'essence punk de Police suinte enfin. Can't stand losing you. Roooooooooxane. So lonely. Enchaînés. Le public bouge enfin. Et si Police devait être résumé à son seul premier album, Outlandos d'Amour? Le plus simple, le plus énergétique, le plus séminal. Every breath you take. Fin du concert. rappel ultime. Et la bonne surprise. Un dernier morceau. 4 musicos sur scène. Sting, Copeland et Summers rejoints par Henri Padovani. Le corse. Le tout premier guitariste du combo. Le père fondateur. Energie punk du quatuor pour l'ultime moment d'extase de ce concert. 22h45. Finito. RER B, bondé.

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 6 commentaires
  • dans mon iPod ce weekend...

    abac43d8c7784225911888fad4a594be.jpgAvez-vous visité l'expo que consacre la Fondation Cartier aux origines du rock'n'roll? Si ce n'est pas le cas, foncez!!! Les origines du rock, 1939-1959. Du désespoir électrique des bluesmen de Chicago au crash de Buddy Holly et Richie Valens, the day the music died (Don Mc Lean). A voir, à écouter. Une peinture sans concessions de l'Amérique ségrégationniste des années 50. De l'impact du rock sur le rapprochement des communautés, sur ce mouvement de rébellion de la jeunesse contre une société fortement marquée par le puritanisme.

    Dans mon iPod, ce weekend... Sam Cooke. Voix de velours. Flingué bêtement dans un motel en 1965, pour une sombre histoire de mari jaloux... 

    Un morceau à écouter en boucle, porteur de tant de messages d'espoir: "A change is gonna come".  

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 2 commentaires
  • Choc marketing

    e0ad0e7edd7dfa32578cee2b9d162e6e.jpgL'image est dans mon ordi depuis plusieurs semaines. Image choc, brutale, dérangeante, image qui crée le malaise. La campagne nous a été proposée, fin août, pour diffusion au début de la Fashion Week milanaise. Double page centrale. Un format impactant dans un quotidien. Un format cher. En ouvrant le fichier, j'ai reconnu le style d'Oliviero Toscani, qui réutilise, pour Nolita, les codes de communication de Benetton. Créer un choc, surfer sur une cause juste, jouer la carte de l'ambiguité. Dire non à l'anorexie au début des présentations des collections. Timing parfait et occasion d'attirer l'attention sur les ravages du culte de la minceur extrême. Avec un doute, toujours... La marque n'est pas connue, on sent une volonté d'accroître sa notoriété immédiatement. La rédaction du journal a refusé de diffuser la campagne. En Italie, le Corriere avait fait de même. La Repubblica l'avait acceptée. Aujourd'hui, les médias se sont emparés de l'affaire. Le visuel est repris partout (comme ici-même...). On ne parle que de Nolita. La marque émerge. Elle existe. Mission accomplie... en ne dépensant pas un centime!!! Un vrai bonheur pour sa direction financière!!! Un cas d'école en termes d'optimisation de budget publicitaire!!! Les obsédés du ROI se frottent les mains!!!

     

    Lien permanent 1 commentaire
  • Interlude

    En séminaire à Opio aujourd'hui. La vidéo de la présentation n'apparaitra pas ici... ;-)

    En attendant, pour le plaisir une pépite dénichée sur Youtube...  Un best of Ben Laden... faisant la promo de l'iPhone (entre autres joyeusetés). Fort à propos en plein Apple Expo!!!

     

     

    Enjoy! 

     

    Lien permanent 2 commentaires