Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

katerine

  • Dans mon iPod ce weekend... Katerine, Francis et ses Peintres

    Avec Katerine, les plaisanteries les plus courtes devraient parfois être les moins longues. J'avoue avoir décroché pendant la première écoute de son dernier album, où hormis le coup de génie de la Banane (non mais laissez moi manger ma banane tout nu sur la plaaaaageuh), les textes sont assez pauvres et dégagent une nette impression de foutage de gueule... Mais le gars est sympathique, et les barges sympas, il convient de les encourager à poursuivre leur joyeuse entreprise de démolition des standards du bon goût musical mainstream.
    Katerine s'est associé à Francis et ses Peintres pour sortir un album hallicinant et halluciné dont l'écoute déclenche la stupeur dans mon entourage proche. Bref, y'a que moi et ma fille N°3 (12 ans) qui trouvons la chose drôle. De quoi s'agit-il? D'un triple album de reprises de standards de la variété, de la pop, de la chanson "à la manière de Katerine", à savoir voix ingénue et arrangements minimalistes... Déconstruction et déconnade pure à la clé. Pur concept qui voit se cohabiter Quand t'es dans le désert avec Il est vraiment phénoménal, Elle est d'ailleurs, Ne partons pas fâchés, Le Cimetière des éléphants ou Maman a tort. Mélange improbable de Bézu, Mylène Farmer, Pierre Vassiliu, Ottawan, Lio, Sacha Distel... Pas d'attentat notoire avec flingage de grands maîtres genre Brel ou Brassens... A noter une version parfaitement géniale de Dans ma Benz de NTM. Grand moment qui permet d'apprécier le texte. Il y a dans l'album un mélange de déconnade pure et de respect pour certains artistes. Katerine se fout du monde et le fait bien! Classieux, enfin presque.



    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • Marine et Katerine

    Saluons la vista de Philippe Katerine, déjà obsédé par le phénomène dès 2005. Remettons un peu de dérision dans le débat médiatique.

    Saluons aussi la superbe pirouette tactique du Parisien qui a réussi à occulter le lancement dimanche 6 mars de la nouvelle formule du JDD avec la publication d'un sondage désormais fameux, aux allures de tsunami...

    Enjoy!

    Lien permanent 0 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend... Philippe Katerine

    La critique est enthousiaste et unanime. Palme de la cohérence décernée aux Inrocks, qui depuis des années défendent Katerine avec acharnement, comme ils ont défendu Dominique A. Depuis plus de 15 ans. Il y a bien sûr le convertis de la dernière heure qui, faute de mieux s'extasient devant l'audace formelle, la simplicité, le choix esthétique: non look, cheveux filasses, ringardise kitsch.

    Mais Katerine, qu'est-ce exactement? Un fumiste? Un fou génial? Un surréaliste 2.0? Un escroc? Télérama s'interroge. En même temps, Télérama prend fait et cause pour tellement de valeurs discutables - hormis Clash et Arcade Fire - chanteurs soporifiques, trucs de bobos branchés... 

    Katerine... Essayons d'être objectif. En quoi La Banane serait de plus grande portée artistique que Le Petit Bonhomme en Mousse? Peut-être à cause du discours désespéré de l'auteur? Lequel ne fait pas tourner les serviettes en invitant à la grosse rigolade arrosée au pastaga? Moins de beauferie et plus d'auto-dérision et de haine de soi chez Katerine peut-être. Il est vendéen et pourrait presque être belge, dans la grande tradition des Tueurs de la lune de Miel, Arno, Jan Bucquoy?

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Playlists 0 commentaire
  • Message à caractère politique

    En fouillant ma discothèque, je suis tombé sur ce morceau de Philippe Katerine résumant ma pensée politique du jour, et ma mauvaise humeur du matin... Le message s'adresse donc à droite comme à gauche. La campagne est terminée, enfin. ENFIN. Pas trop tôt! La perspective d'avoir un pays enfin gouverné. La perspective d'une activité économique qui reprend, enfin... Parce que franchement entre vacances de Printemps, RTT, ponts, élections... les investissements publicitaires dans les médias en général et dans la presse en particulier ont été mous du genou, comme on dit familièrement.

    La quarantaine sonnée, je vous adresse, chers candidats, un message chanté! Vous ne m'avez séduits ni l'un, ni l'autre. J'irai quand même voter dimanche. Comme en 2002. Résigné. Parce que l'abstention n'est pas une option.



    Rendez-vous dans l'isoloir le 10 juin. Pour le match retour. Avec, souhaitons-le, une perspective plus claire pour le Mouvement Démocrate.

     

     

    Lien permanent 1 commentaire