Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

john lydon

  • Dans mon iPod ce weekend... Public Image Ltd

    Et oui... Il suffit que je tombe en arrêt devant la couv de l'édition française de Mojo, que je m'étais juré de ne plus acheter au vu d'un premier numéro médiocre. En couverture, John Lydon. Une légende vivante. Je n'avais pas prêté attention à la sortie du nouvel album de PIL, dont le Metal Box a vrillé mes tympans il y a des années et dont la redécouverte m'avait scotché. Reformation de PIL dans un line-up ne comptant que le sieur Lydon comme membre originel. Exit Jah Wobble et ses lignes de basse. Exit Keith Levene. Des seconds couteaux finalement écrasés par le charisme démoniaque de l'irlandais...

    L'album est intéressant. A la hauteur de la légende de Public Image Limited

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 0 commentaire
  • RIP Malcolm McLaren

     

    album-the-great-rock-n-roll-swindle.jpg

    Hommage à l'escroc du siècle, Malcolm Mc Laren, arraché à l'affection de ses détracteurs nombreux. Coupable d'avoir eu le génie de lancer les Sex Pistols. Alchimiste du buzz à qui, nous, les gens qui fréquentons, désossons et alimentons les médias sociaux, devons à peu près tout. Provocation, flirt avec les limites du bon goût, détecteur de tendances, recycleur acharné, provocateur, emmerdeur, catalyseur. Ce qui ne retire rien au talent de John Lydon/Johnny Rotten. Le seul qui n'ait rien compris est ce brave Sid Vicious, le loser dans l'affaire, un con qui a scié la branche sur laquelle McLaren l'avait assis.

    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 1 commentaire
  • Dans mon iPod ce weekend...

    Quand j'ai écouté le second album de Public Image Ltd, Metal Box, dès sa sortie en 1980, je me suis crispé. J'étais fan des Sex Pistols en 1979, autrement dit sur la fin. J'avais 15 ans. La rupture sonique entre le punk basique et le post-punk, désaccordé, déstructuré de PIL me provoqua un sentiment d'abandon. Je détestai l'album. Presque trente ans plus tard, je réécoute, un peu par hasard. Ne jamais rester sur un échec. Retenter le coup. Surprise. Si la voix de Lydon, hululement désincarné de possédé, reste angoissante, tout comme la guitare stridente de Keith Levene, la basse de Jah Wobble produit un groove hypnotisant.
    A redécouvrir!!
     
     



    Enjoy!

     

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 2 commentaires