Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jimi hendrix

  • Neil Young et Amy Winehouse

    A priori, la collision des deux univers est improbable. Le Loner, à 65 ans passés, continue d'enrichir une discographie complexe et richissime. Au gré de ses envies, de ses humeurs, de son envie de faire rugir les Marshall, ou de bercer son public de ses somptueuses ballades folk. Amy W a rejoint le sinistre Club 27 des stars cramées. Avec une discographie plus légère, moeurs du marché de la musique des années 2000 obligent.

    Au même âge, Hendrix, Joplin, Morrison avaient accompli leur oeuvre. Multiplié les directions artistiques, les champs d'exploration. Amy Winehouse est plus proche de Kurt Cobain. Un album au succès planétaire, proprement monstrueux. Un mal être persistant. Une fin rapide laissant un sentiment d'inachevé. Et une inscription immédiate au Hall of Fame du rock'n'roll.
    Mais Neil Young dans tout ça? Il y a les paroles de Hey Hey My My, sur l'album Rust Never Sleep, qui sont dérangeantes, car tout est écrit sur le fatum de la star du rock:

    Hey Hey, My My
    Rock'n'roll is here to stay,
    It's better to burn out
    Than to fade avway,
    My My Hey Hey


    The King is gone, but not forgotten. Pas d'oubli. C'est la Société du Spectacle, qui malgré ses mises en scènes, ses gloires éphémères, sa mémoire collective de poisson rouge, arrive paradoxalement à détruire ceux qu'elle porte au pinacle, et dont les noms passeront les générations. Bizarrerie.

    Etonnamment, ce sont parfois ceux qui ont parié sur la brièveté des choses qui ont vécu le plus longtemps. Roger Daltrey, et son I Hope I die before I get old (My Generation), entre autres. MacCartney a été plus lucide, le seul à avoir envisagé le passage de la soixantaine, et ce, en 1967 (When I'm 64)... Mais Macca n'est pas un rebelle. Alice Cooper chante-t-il toujours I'm Eighteen sur scène? J'aimerai voir ça.

    Finalement, c'est peut-être ça, l'âme du rock'n'roll. Un équilibre fragile entre pacte Faustien et chute brutale façon Icare. Iggy Pop, Keith Richards vs Club 27, Ian Curtis, Eddie Cochran, etc...

    Donc, ce matin, je réécoute Neil Young en ayant une pensée pour Amy W.

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 2 commentaires
  • Dans mon iPod cet été...

    Presque quadruple dose de Jimi Hendrix, en live! Purple Haze, Little Wing, All Along the Watchtower... Et Stevie Ray Vaughan reprenant Voodoo Chile... Pas jeune, me direz-vous... A réécouter absolument, en tous cas. A donf'. Sans qu'aucune réévaluation ne soit nécessaire. Les yeux fermés, si besoin. La technique guitaristique poussée à son paroxysme. Le climax du feeling, à coup de wah-wah, distortions. Le guitariste et sa Fender Stratocaster ne foint plus qu'un. Pourquoi les guitares sont-elles affublées de prénoms féminins? BB King et sa Lucille. Le corps en bois arrondi, la caresse des cordes, au doigts, au médiator. Erotisme, pur. Le mediator sextoy. Jimi allait jusqu'à jouer avec les dents... Pour la performance, certes. Mais rapprocher sa bouche du corps de la guitare... Métaphore d'un cunilingus électrique.

    Tout est bon dans Hendrix. Il faut réécouter Are You Experienced? Axis Bold As Love, Electric Ladyland. Il faut éccouter en boucle le live à Woodstock. En fin de festival. Et pas uniquement pour la version déstructurée du Star Spangled Banner. Il faut redécouvrir le défricheur de nouveaux territoires. Le black-cherokee qui a fait le lien entre musiques blanches et noires. Les débuts du crossover.

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 1 commentaire
  • Cover story N°8

    Hey Joe, immortalisée par Jimi Hendrix est indissociable du style de jeu de guitare incendiaire et innovateur du gaucher. Hey Joe était déjà une cover créée par un obscur groupe américain, The Leaves. C'est devenu un incontournable auquel chacun veut se mesurer, guitar hero ou non... On connait la version mariachi de Willy DeVille, la version française de Bashung et Johnny Halliday...

    Aujourd'hui, dans cover story, un match Jimi Hendrix vs Buckwheat Zydeco. Le zydeco, musique de Louisiane, musique noire, musique de bayous. Où l'accordéon est l'instrument central.

    Et pour finir, une curiosité: la première version de Hey Joe enregistrée par The Leaves.  

     

     

     
     
     
     
     

     

     

    Enjoy! 

     

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire