Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

andrew keen

  • Chroniques du Web3 - N°3

    675f624b33a43af9cc219e3659743070.jpgLe Web3 fut foisonnant. Bloc-note, carnet de croquis, relevé d'impressions, d'idées, jetées en vrac.

    The Dark Side Of the Web... En ouverture. Un thème fort, tant les questions de respect de la vie privée, de gestion de l'identité numérique sont au coeur de la problématique du Web aujourd'hui. Où l'on découvre que la Chine, royaume de la censure, exporte ses compétences en matière de contrôle de ce qui se passe sur Internet. C'est l'aveu même de Jaewoong Lee de Daum Communication, un des plus grands portails sud-coréens... qui utilise les compétences chinoises. Vive la mondialisation!!! Excuses publiques de Dan Rose de Facebook au sujet de Beacon et de la monétisation des profils des membres du réseau social le plus hype du moment. Aveu: Facebook n'a pas écouté ses utilisateurs. A real "faux pas"! comme on dit en anglais. Conséquence: la perte de la confiance des early adopters? A voir. Intervention intéressante de Chris Alden de Six Apart à propos de la nature du Web et des blogs. Le Web est un espace vivant. On y publie beaucoup de choses. Le contenu est abondant. Tout ce qui est publié a une audience, si petite soit-elle. On parle de web social, où prime l'interaction et la qualité de la relation entre utilisateurs. Attention à la gestion personnelle de la réputation et de l'identité. Légalement, précise Michel Jaccard, avocat, le consommateur à tous les droits, y compris de faire retirer des informations qu'il ne souhaite pas voir accessibles à tous. Reste à déterminer à qui s'adresser...


     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Vendredi

    Vendredi, jour du poisson. Vendredi, fin de semaine. Vendredi, HS. Weekend et vacances dès ce soir. Mise au vert. Blog un peu en sommeil la semaine prochaine. Parce que... Vacances. Break.

    La semaine présente s'achève. Ouf. Ballades provinciales. Lever à 5 heure du matin plusieurs jours de suite. TGV. Blog sous-alimenté.

    TGIF!!!

    Fin de la lecture du livre d'Andrew Keen, déjà chroniqué en début de semaine.  Et agacement. Un bon tiers du livre est une sorte de catalogue, vu et revu des dangers de l'Internet... Prédateurs sexuels qui rôdent, danger pour nos enfants, nécessité d'une réglementation. A début du livre on est dans Wired, on le finit avec l'impression de lire le Fig Mag. Carton Jaune Mr Keen!

    Illustration sonore de fin de semaine:  



    Lien permanent 2 commentaires
  • Bloc-note express - N°10

    Oublions le rugby. Oublions les grèves. Oublions Cécilia. La semaine passée a été rude pour nos nerfs... Quelle va être la hype de la semaine à venir? Quel va être l'os à ronger? Quel va être l'obsession médiatique de la semaine? La nouvelle vie du Président? On imagine déjà les titres de Paris Match ou Gala... La vie sans elle... Un homme seul relève la tête... etc, etc... Révérence et complaisance. Faisons pleurer dans les chaumières sur le destin d'un homme de pouvoir, qui détient les codes de déclenchement du feu nucléaire et qui s'avère être comme le citoyen lambda être lui aussi soumis aux affres de la dissolution de sa vie conjugale... Snif! La ménagère de moins de 50 ans pleure devant TF1. Not' bon Président, not' bon maître... Si seul. Magie d'une communication maîtrisée qui permet de conserver une part de voix conséquente, alors que le peuple manifeste... Bienvenue dans la société du spectacle! A part ça, retour en fanfare de Benazir Bhutto au Pakistan. Attentats.

    Nouvelles incursions en région cette semaine. Leçon bien retenue. Faut jamais dire: déplacements en province. C'est parisien, péjoratif et condescendant. On dit "en région". C'est pareil, on va au même endroit. Mais c'est politiquement correct. Donc, Lyon et Nantes. Si la SNCF le veut bien.

    Andrew Keen. Son livre: The Cult of the Amateur. Remarquable et provocateur. Le journaliste et blogueur anglais se livre à une c6f3a11e2aec00aff67959ca81a9fb8f.jpgattaque incisive contre la médiocrité... Message clair: Comment Internet ruine notre culture et met en danger notre économie. Un raccourci. Keen ne remet pas en question Internet. Juste certaines dérives comme l'amateurisme érigé en valeur dominante vs les experts reconnus du passé. C'est la sagesse populaire, l'intelligence collective que l'on croit voir émerger de la production écrite, vidéo, sonore qui fleurit sur et grâce au web 2.0. Destructrice de valeur. Donc à terme ayant un impact négatif sur nos économies. Critique acerbe de la théorie de la Long Tail. Qu'on peut ne pas partager. Mais Keen pose de bonnes questions Là où Chris Anderson s'émerveille avec raison de l'émergence de multiples marchés de niches, Andrew Keen s'interroge sur la viabilté économique de ces niches. Ou du moins de leur capacité à générer suffisament de richesse pour permettre à ceux qui les occupent de gagner un minimum vital. Pas totalement dénué de sens. Message de fond: le culte de l'amateurisme, c'est le mix de l'ignorance, de l'égoïsme, du mauvais goût, de la loi de la jungle... sous stéroïdes. Bref, le bordel. Où les valeurs reconnues sont remises en cause, et remplacées par un gloubi-boulga d'approximations, rumeurs, inventions dont la répétition et la propagation créent une nouvelle vérité à prendre avec des pincettes.

    On peut lui objecter que nous ne sommes qu'au début d'une évolution technologique sans précédent, que le système doit s'auto-réguler, qu'il ne s'agit que des travers de la petite enfance. Péchés véniels ou mortels? Andrew Keen ouvre le débat et nous incite à la vigilance. A suivre!!!

    Sortie cette semaine de "Détrompez vous", film de Bruno Dega. Je n'ai pas encore vu le film. Bruno est un ami. J'irai voir!

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 2 commentaires
  • Bloc-note express - N°3

    a2de0bd05e69c082d2984b0fa6662a78.jpgSeth Godin, encore. Il oppose le marketing de l'interruption au marketing de la permission. Traditionnellement, les modèles classiques élaborés par les gourous de la pub et du marketing depuis les années 20 reposent sur l'interruption. le message est émis en direction d'une cible concentrée sur la lecture d'un journal, d'un magazine, l'écoute de la radio ou le visionnage d'une émission de télévision. On interromp son activité pour détourner son attention vers le contenu d'un message publicitaire, non désiré. Pour Godin, la pub télé n'est rien d'autre que du spam!!! L'interruption, ça marche certes, mais avec un ROI inférieur à ce générerait un même message adressé à une cible à qui on aurait demandé la permission d'adresser le message. Seth Godin base sa réflexion sur les façons de gagner la confiance des consommateurs potentiels, des cibles pour qu'elles vous donnent cette permission. 
    Quelles sont les règles de cette permission:
    • La permission ne se transfère pas
    • La permission repose sur l'égoïsme
    • La permission est un processus, pas un événement
    • La permission peut à tous moment être annulée
    Le marketing de la permission, permet d'optimiser la relation avec le consommateur du produit ou du service. mais une fois conquis, il convient d'obtenir de lui une fidélité croissante... Nous reviendrons sur ce thème passionnant!a8699007f920f40d7ee6e6e5b7bbd3a0.jpg
    En attente de la livraison par Amazon du livre polémique d'Andrew Keen "The Cult of the Amateur - How today's Internet is killing our Culture". Céline a abordé le sujet sur son blog suite à l'interview de Keen parue dans Libé cet été. J'y reviendrai, car Andrew Keen, lui-même blogueur se livre à un torpillage en règle de la survalorisation dans l'opinion du journalisme citoyen...
    Dernier point, le sondage lancé lundi montre que vous êtes favorables à la poursuite de la découverte du kitsch... Reste à trouver un jour de parution, et vos désirs seront exaucés!!! 

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 7 commentaires