Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bloc-note express - Page 2

  • Bloc-note express N°191

    Samedi soir aux Victoires de la Musique. Je n'en retiendrai que la phrase de Jules Renard citée par Hubert-Félix Thiéfaine: "Il y a des moments où tout réussit, ne vous effrayez pas, ça passe" (Jules Renard). Joli moment d'ironie non affectée par un artiste qui a su se constituer une fan base importante au fil des anss, des albums, des concerts, sans soutien manifeste de médias de masse.

    Certes le palmarès des Victoires sentait un peu le Retour vers le Futur, Voulzy, Aubert, Thiéfaine, Ringer, Clerc... Depuis la mort de Johnny et la retraite d'Eddy, le flambeau générationnel a été transmis... [On me murmure dans l'oreillette que Johnny n'est pas mort. Dont acte.]

    Victoires avec Izia, Skip the Use, le rock anglophone décomplexé et pêchu.

    Victoirs avec Stromae et Arno reprenant le standard d'icelui du temps de son premier groupe TC Matic, le légendaire "Putain, Putain (Nous sommes quand même tous des Européens)"... Des mots crus qui ont espérons-le traumatisés quelques jeunes esprits sensibles aux mots choisis de Zaz ou Nolwenn Leroy... Je plaisante...

    Il n'y a pas eu que les Victoires... Il y a la sortie de l'album de Springsteen. Il y a l'inauguration de l'expo Bob Dylan à la Cité de la Musique.. Il y a eu la lecture édifiante de "La Face Cachée du Louvre", le livre-enquête d'Ariane Warlin sur les dérives mercantiles du légendaire musée.

    Nouvelle semaine. Just Like Starting Over. La semaine précédente étant une de celles où selon la règle du business, on ne gagne pas à tous les coups. Mais bon, on relit Kipling, "If", et on se remet sur ses pattes arrières! Parce qu'il y a eu des victoires aussi.

    Voila, quoi.

    Enjoy!

    Catégories : Bloc-note Lien permanent
  • Bloc-note express N°187

    Le bloc-note express est de retour. Pas eu le temps de l'alimenter depuis quelques semaines, voire mois. J'avais piscine.

    Naaaan, je rigole.

    Plus sérieusement, le blogueur a délaissé plus ou moins son espace d'expression qui entre - OMFG - dans sa 6ème année.  Il s'est lâché sur Twitter, moins chronophage (quoique...), du moins, un tantinet moins contraignant éditorialement parlant. 140 caractères par post, ça repose.

    Etat des lieux:

    miscellanées d'internet,Les Miscellanées d'Internet en librairie depuis jeudi dernier. Excitation maximale, joie de gamin devant l'arbre de Noël. Un livre! Mon livre. Moi qui, gamin, rêvait d'aller présenter mon livre chez Bernard Pivot... Bon, Bernard Pivot a eu le mauvais goût de ne pas m'attendre et d'arrêter Apostrophe il y a des années. Bernard, vous avez eu tort! Je promets, on se serait bien tenus! Surtout moi. On n'aurait pas bu du vin blanc, on ne se serait pas bourrés la gueule. Nico Prat n'aurait pas parlé de caca, et je n'aurais pas prononcé le mot sodomie. Promis-juré-craché, parole de scout! 

    A part ça, promo, à donf'! D'aucuns ont cherché à perturber le plan de promo des Miscellanées d'Internet! Je pense à Xavier Niel qui a lancé on offre deux jours avant la sortie du livre. Je pense à Costa Croisières qui plante un navire de 290 m sur un caillou rien que pour nous contrarier. Avec dommage collatéraux, en plus. Je pense à Standard & Poors qui tente de détourner l'attention en retirant un A à la Mère-Patrie. "Les Miscell_nées d'Internet", ça se lit moins bien, comme titre. 

    gilles jacquierGilles Jacquier, journaliste, tué en Syrie. Je ne suis pas journaliste, juste un petit commentateur dilettante de la vie qui va. Le seul risque vital que j'encours est l'accident de la route., Emotion, en pensant à ceux qui s'approchent de près de l'action pour être sûrs que la photo sera nette. Ces journalistes-là méritent un immense respect. 

    Grande fierté: recevoir les exemplaires papier de L'Expansion Management Review avec son nom en couverture! L'article est là, une réflexion sur les paradoxes du consommateur 2.0. En bref, les outils, les médias, l'environnement ont changé. Certes, c'est indéniable. Mais le consommateur, lui, a-t-il tant changé que cela? A mon avis, non. Qu'en pensez-vous?

    A part ça, j'ai commandé l'album de Lana Del Rey, reçu celui de Skip The Use, revu la mini-série Holocauste, lu Gaza 1956 de Joe Sacco et Les chroniques de Jerusalem de Guy Delisle et racheté la réédition du légendaire Principe de Peter.

    Enjoy!

    Catégories : Bloc-note Lien permanent
  • Bloc-note express N°179

    Le weekend dernier fut belge. Bruxellois pour être précis. La précision est importante. Bruxellois ET culturel. Objectif: éviter les trucs touristiques, le Manneken Pis par exemple. Se dire qu'on va visiter le musée de la BD. Et ne pas le visiter. Se focaliser sur la Villa Empain, qui abrite la Fondation Boghossian, laquelle a organisé une belle exposition sur les femmes. Moins militante que l'expo Elles du Centre Georges Pompidou. Plus fine. Des femmes sous le regard des femmes, et de quelques hommes. Sublime et épurée.

    La Centrale Electrique, un lieu entre Palais de Tokyo, Fondation Cartier et Tate Modern miniature... Jane Alexander met en scène son Afrique du Sud, avec d'étranges créatures hybrides, des gants de caoutchouc rouge, quelque chose d'obscur, même dans l'explication de l'artiste...

    Bozar, lieu consacré aux bozars... Plusieurs expos, un choix, celui de se consacrer aux phtographes belges. Etonnantes natures mortes, bunkers renversés, vies de familles...

    Plus loin, Louvain la Neuve, et son Musée Hergé. Je craignais le pire, malgré tout. Essentiellement de découvrir une sorte de Disneyland purement marchand. Le résultat est étonnant, une pure plongée dans l'univers de Tintin, de la ligne claire. Fascination devant les planches originales, devant le coup de crayon, la technique unique et le travail d'équipe incroyable qu'était devenue l'élaboration d'un album de Tintin.

    Mention spéciale, et envie de péter les genoux, voire pire, à l'abruti qui a fracassé la vitre avant de la voiture pour piquer, le minable, un sac posé certes un peu trop en évidence. La prise de contact avec la police belge a été agréable.

    Un point important: toujours partir en voyage avec un copain ayant été chef déco dans le cinéma. C'est fou comment avec un bout de carton et un rouleau de gaffer, il t'improvise une solution de remplacement à ton prpblème de vitre brisée. Avoir avec soi aussi un copain équipé d'un Laguiole, bricoleur de surcroit. Résultat: un ersatz de vitre avant qui protège du vent...

    Voila, quoi. Et on écoute de la new wave belge des années 80. Et quelques raretés, dénichées chez un disquaire local.

    Retour à Paris sans histoires...

    Enjoy!


    Envoyé de mon iPad

    Catégories : Bloc-note Lien permanent
  • Bloc-note express N°175 - Spécial Don du sang

    Aujourd'hui, 14 juin, c'est la Journée Mondiale des Donneurs de Sang! Alors, faites comme moi, allez donner votre sang! Enjoy!

     

     

    Catégories : Bloc-note Lien permanent
  • Bloc-note express N°174

    Je chanterai ce matin avec Creedence Clearwater Revival, "Who'll stop the rain?"

    Mercredi dernier, j'étais DJ. Une fête sage s'arrêtant à 2h30 du matin. Armé de son PC, de Virtual DJ, d'une playlist en béton, Mr Dubuc a joué les ambianceurs. Impeccable.

    Rock en Seine 2011. Places achetées. Yee-aah, baby! Programme des derniers jours d'août fixé. Grosse affiche, dont Anna Calvi, Cat's Eyes, Arctic Monkeys, Foo Fighters, etc, etc... 

    Ce matin, j'écoute Adele, des mois après tout le monde. Pas de pression. C'est plutôt agréable. Tout comme Selah Sue. Bande-son agréable de ce printemps bizarrement caliente.

    Côté ciné, le délicieux Chat du Rabbin de Johan Sfar et le crétinissime Very Bad Trip 2. Côté Sfar, belle adaptation de la saga, la bédé qui m'a réconcilié avec la bédé. parce qu'intelligente, érudite, truffée d'humour fin. Les traits parfois grossiers de Sfar sont transcendés à l'écran, on aime ce chat malin, on aimerait que son propre chat prenne la parole et vienne discuter philo au lieu de miauler bêtement en quête de croquettes... Côté Very Bad Trip, copier/coller du premier film, qui en appelle un troisième, ad lib. Toujours plus trash. Pas de quoi hurler de rire, non plus. Sinon lors du visionnage des photos du trip pendant le générique de fin. Comme dans les "sequels", surenchère pour pallier l'effet "déja vu"...

    Weekend au soleil, barbecue, rosé, grasse matinée, potes. Les joies simples, quoi.

    Enjoy!

    Catégories : Bloc-note Lien permanent