Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Hail Hail Chuck Berry!

    Sacré vieux Chuck! Sacré vieux grigou pervers et radin! Je pensais même que tu étais déjà mort. Et puis non, de temps à autres tu te pointais sur les scènes locales avec, à ce qu'on m'a dit un groupe monté à l'arrache avec quelques sbires recrutés sur place, pour faire bouillir la marmite. Sacré Chuck. Tu as tout inventé. Le riff qui tue, l'écriture rock, l'attitude. Et tu as pondu tant de standards. Je me rappelle l'état dans lequel m'a mis la première écoute de Johnny B Goode, dans la BO d'American Graffiti. Cette intro!!! Que les p'tits gars de Téléphone ont pompé note pour note quelques années plus tard. Tu a filé tous les plans, posé les bases de l'édifice, premier inventeur, génie - ouais allons y carrément. Réputation de merde, atrabilaire, de mauvaise foi. Ca je l'ai lu. C'est ce qui se dit.

    Chuck Berry, prince du rock. Le King a fini confit dans ses chiottes de Memphis. Toi, tu as trainé ta Gibson jusqu'à 90 piges. Mais tu n'avais pas fait le bravache, comme certains en disant qu'il était mieux de mourir avant d'être vieux. Aujourd'hui, il sont vieux... Leurs fans froncent le sourcil. L'air grave. 

    Chuck Berry aurait-il mérité le Prix Nobel? Peut-être pas, le Pulitzer peut être. Tout comme Springsteen. Dans cet art de raconter des histoires en moins de 3 minutes. 

    Des histoires de bagnoles :

    As I was motivatin' over the hill I saw Maybellene in a Coupe DeVille

    Cadillac rollin' on an open road but nothin' outrun my V8 Ford

    Cadillac doin' about ninety-five bumper to bumper rollin' side to side

    Oh Maybellene...

    Des histoire de mecs qui s'appellent Johnny B. Goode qui jouent de la guitare :

    Deep down in Louisiana close to New Orleans,

    Way back up in the woods among the evergreens

    There stood a log cabin made of earth and wood,

    Where lived a country boy named Johnny B. Goode

    Who never ever learned to read or write so well,

    But he could play a guitar just like a ringing a bell.

    Des histoires où l'on évoque des musiciens classiques

    Well, early in the mornin' I'm a-givin' you a warnin'

    Don't you step on my blue suede shoes

    Hey diddle diddle, I am playin' my fiddle,

    Ain't got nothin' to lose

    Roll Over Beethoven and tell Tschaikowsky the news

    Et des histoires d'ados en pleine montée de sève :

    'Cause they'll be rockin' on Bandstand

    In Philadelphia P.A.

    Deep in the heart of Texas

    And 'round the Frisco Bay

    All over St. Louis

    Way down in New Orleans

    All the cats want to dance with

    Sweet little sixteen

    Un peu plus sophistiqué que les standards pourtant absolus du rock comme Tutti Frutti ou Louie Louie... 

    Chuck Berry... et revient en mémoire cette scène hilarante de Retour vers le futur où un improbable Marvin Berry passe un coup de fil à son frère Chuck pour lui faire écouter le son de demain... en l'occurence Marty McFly en train de jouer Johnny B. Goode devant un public de lycéens hallucinés (petit coup de whitewashing inconscient au passage, mais n'en voulons pas à Zemeckis).

    Chuck est mort. Il reste l'increvable Jerry Lee, le révérend Penniman aka Little Richard... 

    Et Keith Richards va bien. C'est déjà ça.

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • La Féline un jeudi soir

    Le dilemme du titre de l'article est entier. Il serait tellement simple de faire un jeu de mot pourri et évident du genre "La Féline sort ses griffes". Ou "J'ai ronronné de plaisir au concert de La Féline". En même temps ça serait plus simple. Mais l'évidence n'est pas une solution... Et là, je sèche. Nom d'une boule de poils. Je vais voir La Féline à la Maroquinerie, et je dois juste titrer "La féline à la Maro" parce que je ne trouve pas la punchline qui tue, le truc à la Libé des années d'il y a longtemps quand le machin n'avait pas été essoré par ses propriétaires successifs. Bref. 

    Quand je pense Féline, je pense s'abord à un album des mythiques Stranglers. La Féline n'a rien à voir avec les dark étrangleurs britanniques, mais Feline était un album... Les mots me manquent pour évoquer les impressions ressenties à la première écoute a long long time ago in a far away galaxy. J'ai la flemme de chercher la formule. Je reproduis juste les premiers vers de European Female :

    "I knew she was a feline

    She moved with ease and grace

    Her green eyes they held mystery

    No emotion on her face

    She speaks her lips are kissing

    The air around her face

    I don't always understand her

    But I love her air and grace"

    Feline, Féline. A part ça, je n'ai pas pu voir - de loin - si les yeux d'Agnès Gayraud, chanteuse, auteuse, compositeuse, rockeuse était verts. [NDLR : je sais, on ne dit pas compositeuse. Ni auteuse d'ailleurs. Mais pour la rime et une vague tentative d'allitération approximative, il faut tout tenter. Ce n'est pas pire que les lyrics de Nicolas Sirkis. Ceci n'ayant rien à voir avec cela. Je parle de moi. Pas de l'écriture de La Féline].

    Revenons à la Féline, un jeudi soir à la Maroquinerie. J'étais - il y a de cela quelques temps déjà - tombé en arrêt à la première écoute d'Adieu l'enfance, le premier titre de La Féline qu'il m'avait été donné d'écouter. Electro jolie. Voix pure. Je débarque à la Maroquinerie sans avoir écouté une note du nouvel album. Intitulé "Triomphe". Carrément. Le son est puissant. La basse est ronde et élastique, le sax prend parfois des accents free jazz. C'est une belle pop qui porte une belle écriture. Magie. Je suis fan. Il fait chaud. Personne ne se met nu. Malgré les injonctions mutines de La Féline. La Fender se désaccorde. Le français peut être mis en musique électrique. On en a la preuve. 

    Pour découvrir La Féline 

     

    Lien permanent Catégories : Découvertes, Musiques 0 commentaire