Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Rock, pop et mort...

    rock.jpgLecture d'été... Les derniers Jours du Rock'n'Roll de Pierre Achard... Les derniers jours, dernières heures et derniers soupirs des icônes de la pop et du rock... Eddie Cochran et son taxi, Janis et sa dernière OD, la dernière nuit de Jimi... Tous jeunes, très jeunes... Il est clair qu'il n'y a à ce jour pas grand chose à écrire sur Chris Martin ou Bono... La rebellion est devenue un business, la rock'n'roll attitude est ultra-calibrée... Rien qui ne soit racontable sur Twitter ou Facebook... Alors imaginez des pratiques sexuelles limites avec des poissons (ça c'est la légende de Led Zeppelin...), du partage de seringues et de coups de couteau au Chelsea Hotel... Pas bien propre pour l'époque... Rock et mort... Musique de vie qui défie le temps. Forever Young. Qui défie Dieu. Highway to Hell. A coups de décibels, de murs d'amplis Marshall. De lignes dans le nez, pour tenir le choc. De bitures sévères, parce qu'il faut avoir la force de monter sur scène, d'atteindre la transe vaudoue qui permettra envouter les dizaines de milliers de fidèles venus comme à la messe, pour leur communion extatique.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Musiques 1 commentaire
  • Dans mon iPod cet été...

    Presque quadruple dose de Jimi Hendrix, en live! Purple Haze, Little Wing, All Along the Watchtower... Et Stevie Ray Vaughan reprenant Voodoo Chile... Pas jeune, me direz-vous... A réécouter absolument, en tous cas. A donf'. Sans qu'aucune réévaluation ne soit nécessaire. Les yeux fermés, si besoin. La technique guitaristique poussée à son paroxysme. Le climax du feeling, à coup de wah-wah, distortions. Le guitariste et sa Fender Stratocaster ne foint plus qu'un. Pourquoi les guitares sont-elles affublées de prénoms féminins? BB King et sa Lucille. Le corps en bois arrondi, la caresse des cordes, au doigts, au médiator. Erotisme, pur. Le mediator sextoy. Jimi allait jusqu'à jouer avec les dents... Pour la performance, certes. Mais rapprocher sa bouche du corps de la guitare... Métaphore d'un cunilingus électrique.

    Tout est bon dans Hendrix. Il faut réécouter Are You Experienced? Axis Bold As Love, Electric Ladyland. Il faut éccouter en boucle le live à Woodstock. En fin de festival. Et pas uniquement pour la version déstructurée du Star Spangled Banner. Il faut redécouvrir le défricheur de nouveaux territoires. Le black-cherokee qui a fait le lien entre musiques blanches et noires. Les débuts du crossover.

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques, Playlists 1 commentaire
  • Intermède politico-musical #9

    Radicalité musicale, images choc... Livré brut de fonderie, un mercredi matin... Rage Against The Machine... Testify (lyrics, icitte) RATM a représenté une opposition radicale à George W Bush avant de splitter... De se reformer... Et de se trouver dans une situation paradoxale... Obama a d'une certaine façon, pour l'instant, rendu inutile ce rock militant... L'heure est aux artistes plus mainstream, "working class hero" authentiques... Springsteen...

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 0 commentaire
  • Bloc-note express N°95

    Les uns, la trentaine -à peine- fringante, pédalent comme des malades, avalent du col, dévorent la plaine, contre la montre ou non. A donf'. Miracle de la médecine. emerveillement des foules, scotchées dans le déni. Le spectacle à tout prix. La performance, le sport, nouvel opium du peuple. L'autre, l'Autre, devrais-je dire, avec ce petit tremblement de respect pour l'Auguste personne, la cinquantaine fringante nous fait du malaise vagal un dimanche. Les supporters de ce dernier, le jovial militant UMP, distributeur professionnel de tracts sur les marchés, m'insultera grossièrement, en m'affirmant que le Grand Homme s'épuise au service de la France, Lui au moins. Et il s'empressera, petit courtisan, d'envoyer des voeux de rétablissement sur l'anonyme boite mail de L'Elysée. "Courage, nous comptons sur vous pour rétablir notre cher Pays, livré pendant tant d'années à la gabegie des socialo-marxistes" sera en substance le message-type... WTF?

    deschanel.jpgEffectivement, le présidentiel malaise vagal occupa l'espace médiatique dominical avec force détails, experts, analyses historiques... Goddammit, dirait Jack Bauer, on n'ose imaginer le jour où il se passera réellement quelque chose de grave... Bon, soyons lucides, ce jour-là, on ne nous dira rien. Nada, nix, keud. Le coeur, ça va, c'est noble. L'AVC, c'est emmerdant. Le cancer colo-rectal, c'est pas médiatique... Et le pétage de plomb? Comment les médias auraient traité l'affaire Deschanel... Le président tombé du train en pyjama... Je vois déjà un déchaînement twittero-facebookien, catégorie lol. Mais LCI-JDD plutôt gênés...

    Heureusement, pendant que la présidence nous fait du malaise vagal, il ne se passe rien ailleurs... Plus de bouteilles de gaz à la porte des usines, plus de répression iranienne, plus de pandémie de grippe, d'Airbus qui se crashent, de kamikazes à Grozny, de charrettes et licenciements, plus de mauvais temps... Le temps est suspendu...

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • Le point sur les réseaux sociaux

    reseau.jpgJe m'interrogeais ici même il y a deux ans sur les réseaux sociaux dont nous faisions partie... Réseaux professionnels, ludiques, fun ou pas, utiles ou futiles, tribaux, les qualificatifs sont nombreux... Le réseau est incontournable. Il est générateur de contacts, de liens. Il contribue à l'établissement de notre identité numérique. Lieu d'échange, agora, lieu de spam pour certains, le réseau, les réseaux sont incontournables. Nombreux. Les résaeux sociaux ont évolué vers l'échange. Il est intéressant de constater que les LinkedIn et Viadeo ont introduit des éléments qui ont fait le succès de Facebook, avec plus ou moins de bonheur... Autant le statut Facebook incite au lol, à la déclaration pataphysique, surréaliste ou oulipienne, autant sa légitimité est plus discutable sur un LinkedIn... Votre réseau professionnel est moins enclin à prendre connaissance en temps réel de votre processus digestif... "12h15, je vais faire caca", est certes porteur de sens, voire d'un certain humour... Schmolldu, DAF de la Socoplastec, spécialiste de l'extrusion plastique, trouvera ça limite...

    (Illustration: Flickr-Martin Canchola -(DR) )

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Intermède politico-musical #8

    Dead Kennedys... Kill the Poor... Vision au vitriol d'une certaine conception de la société... En 1979... Lyrics, icitte. A méditer...

     

    Enjoy!

    Lien permanent 0 commentaire
  • Bloc-note express N°94

    earth.jpgIf you believed they put a man on the Moon, chantait REM il y a presque 20 ans... Ouaip, on y a cru, on yapollo 17.jpg croit encore... Certains doutent de l'impact, petit pas pour l'humanité... Pas d'accord... Un rêve n'a pas de prix. Les esprits chagrins diront que cet argent aurait pu nourrir l'Afrique... Faut pas rêver, les Africains n'en auraient jamais vu la couleur... Les potentats locaux auraient empoché les subsides... La conquête de la Lune a fait rêver la planète entière... Cette photo de la Terre vue de la Lune valait seule le déplacement. Planète si petite. Nada. Un point dans l'espace... Voir loin, voir grand, ce qui a motivé les premiers dingues qui ont traversé les océans. Penser au delà de l'horizon. Le truc qui donne envie d'aller de l'avant. Certes la conquête de l'espace s'est effectuée dans un contexte de Guerre Froide, de compétition entre Blocs... Qui n'a pas cette curiosité de connaître l'Ailleurs? Into the Wild ou L'Etoffe des Héros... Dépouillement extrême ou hyper-technologie au service d'un même rêve d'aventure. Après la Lune, Mars... Pourquoi pas? mars.jpgCette image de la Planète Rouge prise par Mars Rover ne donne-t-elle pas envie d'en savoir plus?

    Dans le grand trip nostalgique estival... il y a aussi Woodstock... 3 semaines après les premiers pas de l'homme sur la Lune... 450 000 personnes se rassemblent à Bethel, à woodstock.jpgquelques miles de Woodstock... pour écouter la fine fleur de la pop de l'époque. On y attendait Dylan. Dylan n'est jamais venu. A noter la bonne idée de l'édition française de Rolling Stone de proposer un fac similé du numéro 42 de l'édition américaine, numéro publié en septembre 69 après le festival et racontant les faits... Sous la plume de Greil Marcus... Woodstock où le début de l'industrialisation de la rébellion... Quand la musique est devenue un business... A une époque où tout restait à inventer... Les débuts du crossover, avec Santana, Sly And The Family Stone ou Hendrix... Un business qui allait connaître son climax avec l'avénement du cd 15 ans à peine plus tard... Et s'effondrer 20 ans plus tard avec Napster... Restent les festivals, et cette mécanique bien rodée... Ces endroits "safe" où l'on se rend aujourd'hui en famille... Parents et enfants dans une même communion... Les kids ayant cette vision plate de l'histoire de la pop... Mais quel plaisir d'écouter un Jack White, avec The Raconteurs ou The Dead Weathers qui est l'un des rares à animer la flamme d'un rock héroïque à base de guitares hurlantes et de murs d'amplis Marshall.

    Choses vues: No Direction Home (Scorsese + Dylan), Band Of Brothers (en blu-ray, avec bombardements grandeur nature et vol de Dakotas dans le salon...), Kiss Me Stupid (Billy Wilder+Dean Martin)

    Choses lues: La Griffe du Chien (Don Winslow - la guerre USA vs Narcos, sur fond de géopolitique, lutte contre le communisme, terreur, ALENA... Guerre perdue...)

    Enjoy!

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Bloc-note 0 commentaire
  • 46664: Carla sings in NYC

    Bon, que les choses soient claires... Ici prévalent l'ironie, l'humour noir, les coups de griffe... Point de Sarkophilie bêlante en ces lieux... Le Gourou es-Pop Culture doit parfois se rendre à l'évidence qu'il y a parfois des trucs sympas à dire... L'anniv' de Nelson Mandela est LA teuf' où il faut être... Et quand Carlita y chante, on est sceptique... Parce que Première Dame, bla, bla, bla... Parce que l'album sorti en juillet dernier, autant ne pas en parler - Disclaimer: ceci est un avis 200% personnel, qui n'engage que l'auteur de ces lignes, les goûts et les couleurs, etc, etc... - Quand Carlita chante en duo avec Dave Stewart... Quelqu'un m'a dit et Blowin' in the wind... On écoute, et on est séduit. C'est sûr que ça a de la gueule, dans la reconquête du coeur des américains! On imagine difficilement Tante Yvonne à Carnegie Hall en duo avec Maurice Chevalier, Claude Pompidou et Mick Jagger chantant Brown Sugar, Anne-Aymone Giscard d'Estaing et Yves Duteil, Danièle Mitterrand et Johnny Clegg sur Asimbonanga... Chez les Chirac, c'est Jacques qui serait monté sur scène pour chanter Bali-Balo... Ca aurait manqué de hauteur de vue...

    Non rien à dire, Carla c'était nickel... (Ca c'est une phrase qui me coûte... ;-) - Je vais me recoucher...)

     

    Enjoy!

    Lien permanent Catégories : Musiques 1 commentaire
  • Armstrong is on the Moon

    Vague souvenir et question.. L'ai-je vraiment vu. Je suis sûr que oui, j'y étais, devant la télévision, le 20 juillet 1969, au moment où Neil Armstrong a posé son pied sur la surface de la Lune. Souvenirs d'enfance, une sorte de flou. Mais les images, aujourd'hui vues et revues, réveille quelque chose d'enfoui au plus profond de la mémoire... Une impression, quelque chose. En vacances à Cabourg. L'appartement des voisins, au rez-de-chaussée. Un petit groupe rassemblé autour du poste de télévision. J'avais 5 ans. Je l'ai vu. J'en suis sûr. Même si je me méfie de la mémoire, des reconstructions a posteriori. Je suis un enfant de la conquête de l'espace qui a grandi avec le mythe de l'ultime frontière. Un enfant de l'image et de l'hyper-technologie. Né dans un monde binaire. Confronté à la complexité d'un monde complexe. Et qui revient de temps à autres à l'époque bénie où à coup de milliards de dollars, avant les chocs pétroliers où l'Amérique triomphante envoyait trois gusses en scaphandre faire un show de real TV comme on en avait jamais vu auparavant. Une de ces sagas fondatrices qui allait nous aider à nous projeter dans l'avenir. Aujourd'hui, le retour sur la Lune se profile pour 2020, la conquête de Mars pour plus tard... :)


    A noter la mort de Walter Cronkite, figure emblématique de la télévision américaine. Presque quarante ans après qu'il eût prononcé son "Armstrong is on the Moon"... Retour sur image ci-dessous:

     

     

    Enjoy!

    Lien permanent 0 commentaire