Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

concert - Page 2

  • A vendre, place de concert!!!! Willie Nelson au Grand Rex

    URGENT!!!!

    Amateurs de country, amateurs de légendes vivantes, j'ai une place de trop pour le concert de Willie Nelson demain soir au Grand Rex (1756967783.jpg Bd Poissonnière, 75002 Paris) à 20h00.

    Ce vieux voyou de Willie a 75 ans, mais il ... encore! Et c'est un monument, un des pionniers du mouvement outlaw qui a fait bouger les lignes bien balisées de la country US.

    Si ça vous tente, un mail... Vous avez jusqu'à la dernière minute. Remise en mains propres sur place!!! 

    Un avant goût: 

    Lien permanent
  • dans mon iPod ce weekend...

    Bruce, le Boss. Lui-même, en personne, accompagné du E Street Band...Au sommet de sa forme en 1984, pendant la tournée concommitante à la sortie de Born in the USA. Un album live pirate. Un concert enregistré à Toronto et déniché un peu par hasard en fouinant ça et là... Le genre de chose qui n'existe pas dans la discographie officielle, mais qu'on est content d'avoir surtout quand vers l'été 85 (de mémoire...) on a assisté, transi d'émotion au concert marathon de La Courneuve... Tremblez, gamins! Frémissez, blogueurs qui cette année-là babilliez encore au milieu de vos Playmobils! Bruce Tout Puissant, porté par les succès planétaires successifs de The River, Born in the USA, Nebraska...

    Live in Toronto, une trentaine de titres, Cadillac Ranch, Rosalita, Jungleland, Born to Run... Une cover de Street Fighting Man des Stones...

    Pourquoi vous faire saliver à l'évocation d'un objet du désir que vous ne trouverez pas dans les circuits officiels? Sadisme? Un peu... ;-) Allons... je plaisante... La chose peut se trouver, assez facilement pour peu qu'on sache utiliser les réseaux P2P... Crispation du lecteur de cette note... Oh My God! Ce blogueur irresponsable est en train de nous inciter à ruiner l'industrie du disque, à affamer les artistes, à transgresser l'Ordnung, la LOI. Une étape de plus dans la dérive morale de la société... Après l'hommage vibrant (et bref) rendu à ce Bizot!!! Bientôt, il va nous faire l'apologie des stupéfiants, de la cigarette! Et peut-être même lancer des piques, saillies et sarcasmes à l'endroit de notre Président chéri!!! Halte au feu!!!! Qu'on lui lise la lettre de Guy Môquet et qu'on le pende haut et court!!!!!

    On se calme!!! Dans la morosité ambiante - ventes de CD en chute libre, échanges P2P en forme, écoute en streaming, etc... - le fan, qui déjà du temps du vinyl aurait tué père et mère pour se procurer l'introuvable, trouve sur le web les incunables, le Saint Graal... Et le Saint Graal à la sauce "Long Tail"... c'est encore mieux que Xanadu, l'Eldorado et le Paradis réunis!!!

    Info: la jeune fille qui monte sur scène pour danser avec Bruce, c'est Courteney Cox, toute jeunette, période pré-Friends!

    Enjoy!

    Catégories : Musiques, Playlists Lien permanent
  • Arcade Fire à l'Olympia, hier soir

    Arcade Fire. Quand vous en parlez autour de vous, 50% des gens n'en ont jamais entendu parler. Et les 50% restant ont les yeux qui s'illuminent immédiatement. Le combo de Montreal, l'espace de deux albums majeurs, est devenu un groupe-culte.
     
    Retour en arrière. 2005, Rock&Folk fait de Funeral, premier (enfin techniquement second, mais le tout premier n'est qu'un faible brouillon des surprises à venir) album d'un groupe inconnu, collectif mené par Wim Butler et Régine Chassagne. Alors on craque, on se lance. On achète la galette et c'est la plus grosse claque depuis... London Calling au moins... Les cinq premier morceaux, une montée en puissance, un débordement d'énergie, une intensité rarement atteinte. Les Inrocks en font LE groupe de l'année. Concert en France dans une petite salle. Sold out. Public d'initiés. Je me réveille trop tard. Pas de place. Tant pis. Next time.
     
    Attente. Rumeurs. On guette sur la toile les nouvelles. On jette un coup d'oeil alerte dans les blogs québéquois. On furète. Cris' de tabarnak d'caliss' d'cibouère. Rien à l'horizon. Mi-décembre, petite info anodine sur Blogue-notes... Le nouvel album serait pratiquement achevé et sortirait au printemps. Alors on gouguelise à tout va, on sonde les service de P2P... Quelques infos.. L'album s'appellerait Neon Bible. Et puis la date tombe. Sortie le 6 mars. Patience. Le 5 mars, sur Technorati, les liens vers les sites de téléchargement. 6 mars, l'album sort. Intense. Suite logique de Funeral. Richesse des cimats, des contrastes... J'en ai déjà parlé.
     
    Et hier soir, le concert. Olympia bondé. Dehors, les places s'échangent à 70 €, le double du prix d'origine. Au bar, Raphaël discute avec Cali et Stefan Eicher. 21h10, Arcade Fire attaque. Quasiment a capella avec des percussions. 2-3 minutes. Puis le groupe envahit la scène. Envahir est le mot juste.. Ils sont dix. Dans un bordel de matériel et d'instruments divers, claviers, grand orgue, mégaphone, cymbales, contrebasse... Wim à la guitare, Régine à la vielle à roue. L'intégralité de Neon Bible défile, dans le désordre. Les musiciens passent d'un instrument à l'autre avec un naturel incroyable. Butler passe de la guitare à la mandoline, puis se met à l'orgue. Chassagne passe à la batterie, à l'acordéon, aux claviers... On passe du rock à la pop, en passant par le folk. La voix de Butler évoque parfois celle de David Byrne. Public debout, enthousiaste et sage. Le groupe attaque les morceaux de Funeral. Le climat change du tout au tout. Public debout. Ovation. Deux ans pour assimiler l'album. Quinze jours à peine pour Neon Bible. Intensité. Hystérie. Folie. "Intervention" pour finir. Le groupe quitte la scène. Il est 22h30.
     
    Tellement tôt. Applaudissements. Cris. Arcade Fire remonte sur scène. Quelques morceaux de Funeral. Orgasme collectif. Salle debout. Fin du rappel. Les lumières se rallument, la salle se vide, à regret. Tellement à regret que certains en réclament encore. Retour dans le hall. Tellement fort, tellement court. Clameur. Retour en arrière. Retour dans la salle. Plus de places numérotées. Le groupe est sur scène à nouveau. Sans tenue de scène. En civil. No look. Ils reprennent leurs instruments. Régine au chant. "In the backseat", morceau qui clôt Funeral. Voix cristalline. Douceur. Dernière ovation. Fin. 
     
    J'oubliais... Un grand moment du concert, une version survitaminée de "Poupée de Cire, Poupée de son"... (enregistrement trouvé sur Imeem)
     
     
     
    technorati tags:
    del.icio.us tags:
    icerocket tags:
    keotag tags:

    Catégories : Musiques Lien permanent
  • dans mon iPod ce weekend...

    medium_neon_bible.gif...Neon Bible d'Arcade Fire. A fond. Mise en condition pour le concert de lundi soir à l'Olympia.

    Pas de mots, pas de note longue. Juste une plongée dans l'univers flamboyant du groupe. S'il n'y avait qu'un seul morceau à retenir sur cet album, je prendrai la liberté d'en sélectionner quand même 2!

    "Intervention" et "My Body is a Cage". Pour cet orgue inattendu. Un vrai orgue d'église. Puissant. Plus fort que la plus saturée des Stratocasters. Et c'est ça l'alchimie et la réussite incontestable d'Arcade Fire. Cette capacité à sortir du mélange classiquement rock'n'roll guitare-basse-batterie, voire claviers ou section de cuivres. Ici, c'est une vielle à roue, parfois, là, un grand orchestre symphonique, un peu, et surtout cet orgue. Invitation à une messe païenne

     

     


     Enjoy!                                                                                                                                            

     

    Lien permanent
  • Sign O' the times

    Avant, "in antiquis temporibus", dans un concert, on allumait son briquet et on le tenait à bout de bras pendant les ballades...
    Aujourd'hui, les salles de concert sont non-fumeur, alors on tient son portable allumé, à bout de bras.
    Signe des temps.
    (Observé au POPB, vendredi soir lors du 6ème concert de Michel Polnareff) 

    Catégories : Musiques Lien permanent